Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
osluc
Messages : 15
Enregistré le : lun. 29 déc. 2014 13:58
emailpersonnel : Marie-Claude.Dubal@orange.fr

Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par osluc » lun. 29 déc. 2014 16:52

Bonjour et bonnes fêtes de fin d'année!

Mon époux et moi avons adopté deux enfants, un garçon qui aura 15 ans en juin 2015 et une fille qui en aura 13 en mars 2015. Notre garçon avait six mois lorsque nous sommes allés le chercher dans son pays natal. Notre fille en avait 13. Ils sont nés dans le même pays d'Amérique centrale. Tous les deux ont été élevés par une nourrice après leur naissance. Nous avons des photos de ces périodes durant lesquelles ils ont étés préparés à l'adoption, choyés, aimés. Nous avons également des dossiers traduits en français sur les circonstances qui ont mené leurs mères biologiques à les confier en vue d'une adoption.
Il n'y a pas de sujet tabou à la maison, nous répondons à toutes les questions avec un naturel qui n'est pas forcé.
Notre fils est entré dans l'adolescence à peu près au moment de son entrée au collège, il avait 11 ans.
En 3ème, il est je l'espère, au sommet d'une crise d'adolescence dans laquelle je suis un bouc émissaire.
Il me rejette en bloc, je suis "des gens à qui il ne parle pas".
Ce rejet total dure depuis environ trois mois. Nous communiquions avant et je subissais déjà sa violence verbale comme de grands coups dans le ventre.
Il a toutes les capacités pour réussir, il est sociable, il est beau, il a beaucoup de copains et copines et il a des ami(e)s.
Nos familles ont accueilli nos enfants avec beaucoup d'amour.

Scolairement, notre fils a décroché depuis la fin de son année de 5ème. A moins d'un utopique "déclic", il faut songer à une réorientation.

J'avais lu, dans une revue trimestrielle d'EFA que des recherches commençaient sur la place de la mère adoptive dans son foyer.
Il était question des pères qui s'investissent énormément dans l'adoption et dans leur rôle de papa et de la difficulté pour la mère adoptive à trouver sa place.

Est-ce que cette recherche a avancé?
Est-ce qu'il y a d'autres témoignages qui ressemblent au mien?
Est-ce qu'il y a des lectures vers lesquelles je pourrais être orientée?

D'avance, merci de lire mon message.

J'ai fait court car le précédent message a disparu, il devait être trop long car je souhaitais parler de tout ce que nous avions essayé de faire pour que notre fils se sente mieux. Je souhaitais parler de nos professions respectives.

ps: notre fille évolue à son rythme, entre dans l'adolescence progressivement. Elle a des troubles des apprentissages mais réussit son entrée en 6ème ULIS avec les Encouragements du conseil de classe pour sa volonté et son sérieux.
Comme notre fils, elle est très belle, elle a beaucoup de camarades et elle est sociable.
Elle a des passions et même si elle a parlé tard, elle a toujours su ce qu'elle voulait.
Nous avons élevé nos enfants de la même façon.

ABC
Messages : 225
Enregistré le : mar. 15 avr. 2014 16:39
Situation familliale : Mariée, 1 enfant
Profession, activité : Architecte d'intérieur
Profil adoption : Maman d'un petit garçon né en 2011 en Côte d'Ivoire (7 ans et demi) arrivé en aout 2018. Deuxième agrément en cours.
Localisation : Cher
Contact :

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par ABC » mer. 31 déc. 2014 16:23

Bonjour,

Je ne peux pas apporter de réponses à vos questions car je n'ai pas le recul ou l'expérience pour cela...
Je voulais simplement vous envoyer, en cette période de fêtes, des vœux pour un avenir plus doux et des échanges retrouvés avec votre fils.

Comment votre mari / le papa vit-il cela ? Est-il lui aussi rejeté ? D'une manière différente ?
Votre fils a t'il des souhaits, des désirs pour son avenir ? Peut-être que "trouver sa voie" l'aiderait ?

Cordialement,
Adeline
agrément pour un enfant de moins de 6 ans en avril 2015

osluc
Messages : 15
Enregistré le : lun. 29 déc. 2014 13:58
emailpersonnel : Marie-Claude.Dubal@orange.fr

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par osluc » jeu. 1 janv. 2015 16:06

Bonjour, merci et très bonne année!

La mienne commence agréablement avec votre message.
J'y réponds depuis une heure, mais en souhaitant voir un aperçu, il s'est envolé!
Je ne maîtrise pas encore cette messagerie.
De toute façon, je ne souhaitais pas que vous lisiez ma très longue réponse en ce premier jour de l'année.
La deuxième mouture sera plus concise et plus claire.

Vous posez les bonnes questions, celles dont j'aurais voulu développer les réponses dans mon premier message.
J'y répondrai plus tard, aussi pour trouver d'autres témoignages sur le site.

J'aimerais diriger mon fils sur le blog de la voix des adoptés.
Mon époux préfère attendre que notre fils le demande.
Je vais me fier à mon instinct.

gagatte
Messages : 447
Enregistré le : sam. 10 janv. 2009 14:25
Localisation : Europe
Situation familliale : Mariée, trois enfants
Profil adoption : un enfant adopté
emailpersonnel : magaliparent@hotmail.com

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par gagatte » jeu. 1 janv. 2015 23:58

Tres bonne idee la voix des adoptes. Il ne faut plus attendre, attendre quoi, votre fils vous frappe! Cela va beaucoup trop loin, c'est inacceptable, votre mari a surement un role a jouer sur ce plan-la, des interdits. Pour votre fille c'est violent aussi d'etre temoin de cela. Bon courage a vous tous pour que 2015 soit l'annee de grands changements pour votre fils, je crois que vous etes determinee dans ce sens.
mariée, trois enfants

osluc
Messages : 15
Enregistré le : lun. 29 déc. 2014 13:58
emailpersonnel : Marie-Claude.Dubal@orange.fr

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par osluc » ven. 2 janv. 2015 19:33

Oh la la!
Mon fils ne me frappe pas Gagatte!
"Je ressens sa violence verbale comme des coups dans le ventre."
La voix des adoptés ne l'intéresse pas.
Je lui ai néanmoins demandé de garder les documents que j'ai préparés pour lui au cas où...
Vous avez raison de parler de l'impact des paroles de notre fils sur notre fille.
Il devait sortir cet après-midi à la patinoire avec plusieurs camarades mais sous certaines conditions.
Les conditions n'ont pas été remplies et il a cette fois-ci été odieux avec son père.
Ma fille a pleuré.
Elle a de la peine pour nous.
Je l'ai rassurée et mon époux a remis à plus tard la conversation qu'il devait avoir avec notre fils.
Nous nous préservons.
Je reprendrai ce témoignage plus tard.
Je vous remercie d'y avoir prêter attention.

gagatte
Messages : 447
Enregistré le : sam. 10 janv. 2009 14:25
Localisation : Europe
Situation familliale : Mariée, trois enfants
Profil adoption : un enfant adopté
emailpersonnel : magaliparent@hotmail.com

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par gagatte » ven. 2 janv. 2015 20:05

Tant mieux! J'ai lu trop vite, je suis desolee!

Bon courage en tout cas
mariée, trois enfants

Patricia01
Administrateur du site
Messages : 1032
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 13 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 9 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par Patricia01 » dim. 4 janv. 2015 23:40

Je vous souhaite bien du courage.
Laissez-lui des pistes, comme justement la voix des adoptés, ou parlez-lui (via votre mari s'il ne veut pas vous écouter) de la possibilité d'aller extérioriser sa colère auprès d'un psychologue. Tant qu'il n'y sera pas prêt, effectivement ça n'avancera pas, mais il faut qu'il sache que c'est possible, qu'il ait les adresses, pour le jour où il se sentira prêt...

Et l'adolescence n'est jamais facile. Plus difficile pour les adoptés qui ont trop de blessures à rouvrir à cette période... Même sans être adoptée, j'ai passé presque 2 ans à rejeter totalement mon père (à bouder sans lui adresser la parole, en répondant par monosyllabe... ma soeur, elle, a passé son adolescence à s'engueuler avec lui... et la petite dernière ne comprenait rien à tout ça !)

Une solution pourrait être de l'encourager à aller en internat, pour diminuer la pression familiale et espérer retrouver des temps plus apaisés le week-end. Si je comprends bien, il est en fin de collège, l'an prochain est l'année des choix (rien que ça, c'est angoissant pour un adopté), des nouveaux départs, d'une certaine émancipation... Peut-être une piste à creuser ?

Bon courage en tout cas...
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 12 et 8 ans

osluc
Messages : 15
Enregistré le : lun. 29 déc. 2014 13:58
emailpersonnel : Marie-Claude.Dubal@orange.fr

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par osluc » lun. 5 janv. 2015 02:11

Merci beaucoup Patricia pour vos conseils, votre témoignage et votre sympathie.

Notre fils n'est pas intéressé par la Voix des Adoptés. Je lui ai demandé de conserver les documents que j'avais préparé pour lui à ce sujet et de revoir cela avec son père quand il en aurait envie.
L'an dernier, nous sommes allés avec lui dans la Maison des Adolescents. C'est vers une éducatrice qu'il a été dirigé. Elle semblait projeter sa propre histoire sur tous les adolescents mais nous avons été rassurés de savoir que notre fils n'avait pas de comportement autodestructeur. C'est de cela qu'elle s'est préoccupée en premier. Je craignais qu'il fasse une dépression.
Les visites n'ont pas duré longtemps.
Nous l'avons menacé d'aller en internat de façon qu'il travaille et que le climat soit plus serein à la maison.
Il n'aurait pas pas supporté la séparation et il nous a dit qu'il ferait tout son possible pour s'en faire exclure. Il n'en a plus jamais été question!

Cette année, nous avons trouvé une psychologue. Après deux visites, notre fils nous a dit que nous allions dépensé 40 euros par semaine inutilement car il n'est pas malade.

J'ai beaucoup insisté ce matin pour qu'il me donne une raison de ne plus vouloir me parler. Il me parlait mal en utilisant le langage de la cité et en riant car il ne voulait pas me dire pourquoi. En revanche il m'a dit que des camarades à lui ne parlaient pas à leur mère mais pas pour la même raison. Je le trouvais cruel et je le lui ai dit.
Je souhaitais que la rentrée se passe dans un meilleur climat, d'autant plus qu'il va au collège le ventre vide et qu'avec la fatigue due au manque de sommeil, il est beaucoup plus agressif en période scolaire.
C'est un garçon incapable de faire du mal physiquement, moralement si. Il peut avoir un visage si doux!

Son stage en entreprise s'est bien passé. Il travaillait dans une grande librairie et faisait de la manutention qui lui donnait des courbatures tous les jours. Il était avec d'autres stagiaires et avait des contacts avec certains clients.

J'ai beaucoup insisté pour qu'il parte en Angleterre en mars. Il le souhaitait vivement, mais vu ses résultats et sa façon de se comporter avec nous... Il sera dans la même famille que deux de ses meilleurs copains.

Il souhaite aller en seconde générale mais les appréciations finales du bulletin du premier trimestre lui demandent de réfléchir à une réorientation. C'était prévisible! Il commence seulement à admettre qu'il ne travaille pas.

Jus qu’avant les vacances de la Toussaint, je lui rappelais tous les jours que nous pouvions l'aider pour ses devoirs (il n'était plus question que nous fassions ses devoirs à sa place) et je lui demandais de faire en sorte de ne pas avoir d'observation écrite.

Son carnet de correspondance s'était amélioré jusqu'à ce qu'il cache une observation de trop. Ensuite, ça a été l'escalade.

J'ai reçu un mail que je n'ai lu qu'aujourd'hui.
Une personne m'a dirigée avec beaucoup de tact vers une association.
J'ai découvert des témoignages qui m'ont bouleversée.
Notre fils pourrait souffrir de troubles de l'attachement.
Il y a des similitudes entre tout ce que j'ai lu à ce sujet et ce que nous vivons à la maison.

Je vais chercher dans cette voie et en parler à mon médecin traitant.
Mon époux et moi n'avons pas fini de faire équipe...
J'écris cela avec le cœur gros.

Je reprendrai ce témoignage plus tard, lorsque nous aurons avancé tous les quatre.

alex_adopte37
Messages : 61
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:14
Localisation : 53000laval
Situation familliale : SEPARE
Profession, activité : COMPTABLE
Centres d'intêret : KARATE / BODY KARATE
Profil adoption : J'ai été adopté à l'âge de 4 mois en Corée du Sud...
emailpersonnel : alex_luigi3792@yahoo.fr

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par alex_adopte37 » mar. 6 janv. 2015 00:18

Bonjour osluc, votre témoignage est touchant mais il ne m'étonne pas pour un adopté à l'âge de l'adolescence. C'est une période plus particulièrement difficile dont moi j'ai laissé quelques plumes... Oui je suis adopté et depuis cette année engagé Efa. Votre fils a t il des soucils avec des camarades du collège qui le font chier concernant l'adoption ? Il se pourrait que des personnes lui fassent des remarques comme par exemple, "c'est ki t'es vrais parents ?" ou "Pk tu ne ressembles pas à tes parents ?",...etc. Y en a bcp d'autres. Des mots répétés quotidiennement ça énerve les ados. Ils ne vous en parleront pas car ils ont peur de vous blesser avec leur adoption. Cela pourrait être une cause de violence à la maison... ???

oumemma
Messages : 4
Enregistré le : dim. 26 janv. 2014 15:26

Re: Crise d'adolescence et rejet de la mère adoptive.

Message non lu par oumemma » mar. 6 janv. 2015 10:49

Bonjour Osluc,

EN vous lisant, je me disais que l'adolescence est une période terriblement difficile pour tout le monde - les enfants ont la tâche oh combien compliquée de se détacher de parents aimants et aimés, qui étaient leur modèle et leur principal horizon, pour aller faire leur vie ailleurs. Ce n'est nulle part sans douleur ni conflit, que l'enfant soit ou non adopté. Je crois que nous, parents d'adoption, avons parfois trop tendance à aller chercher des explications dans l'histoire particulière de notre enfant (l'abandon vécu avant l'adoption, les éventuels "troubles de l'attachement"). Si, jusqu'à maintenant, tout s'est bien passé et que les problèmes ont commencé à l'adolescence, j'aurais tendance à dire que cela se joue entre vous (qui êtes sa famille) et lui, et qu'il ne s'agit pas du rejet de la "mère adoptive" mais simplement du rejet de la "mère". Rejet des plus fréquents chez les garçons de cet âge, surtout quand le lien a été fort, parce qu'ils ne peuvent s'intéresser à d'autres filles et femmes qu'au prix d'un éloignement psychique douloureux.

Peut-être, si lui ne veut pas rencontrer de psy (la maison des ados était une très bonne idée, d'ailleurs, à laisser ouverte pour l'avenir), vous pourriez en rencontrer un pour votre propre compte? Se faire aider dans des moments de crise aide parfois à relativiser et retrouver la bonne distance... Evitez un-e "spécialiste de l'adoption", voyez plutôt qui peut vous aider à repenser votre rôle de maman avec un grand ado devenu inconnu et dur, là où se trouvait jadis un mignon petit garçon qui attendait tant de vous.

J'ignore tout de votre propre histoire et de ce qui vous a conduite vers l'adoption, mais je sais que l'adolescence (les crises, quoi!) a parfois tendance à réveiller chez les parents adoptants le fantasme que cela aurait été différent avec un enfant "fait maison", et que s'il y a un deuil mal cicatrisé de l'enfant biologique, c'est à l'adolescence de l'enfant adopté que ce deuil se réveille. Deuil qui rend insupportables les comportements de l'ado, alors même que les dits comportements ressemblent beaucoup à ceux de la plupart de des copains et copines du même âge, et que sous la provocation et l'agressivité, la demande de cadre et d'affection est toujours là.

En espérant que ces quelques mots pourront vous être utiles et ne sont pas trop "indiscret", bon courage et bien cordialement,

EE

Répondre