Medellin, ville de naissance

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
Chantal
Messages : 34
Enregistré le : lun. 11 août 2008 10:43

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par Chantal » ven. 12 août 2011 11:00

Bonjour,
"la pauvreté, la jeunesse, la religion n'expliquent pas tout", enfin ça explique pas mal de choses. Le problème que chaque parent aimant se pose, à savoir puis-je donner une vie agréable à mes enfants n'est pas un problème anodin. Imaginez-vous incapable de nourrir votre enfant, est-e que votre amour n'irait pas jusqu'à se séparer de lui pour qu'il puisse vivre. Rappelez-vous du film Va, vis, deviens, très apprécié sur ce forum. Ou dans un tout autre registre -contexte- époque Au Champ de Maupassant. Le problème de l'adoption, c'est justement d'être lié à autre chose que l'amour. Certains adoptants ne veulent voir que ce trop plein d'amour qu'ils veulent donner, mais l'adopté peut ne pas être dans cette attente.
" Il ne nous devra rien, juste d'être heureux et de composer avec son passé." Certes je lui souhaite tout le bonheur du monde, mais le bonheur ça ne se décide pas comme ça, et "composer avec son passé", ça peut se révéler très douloureux.
Noëlle, adoptée il y a 53 ans à l'âge d'un mois et demi, et qui a fini (en partie) de composer avec le passé, en retrouvant son histoire.

lolococo
Messages : 112
Enregistré le : sam. 29 nov. 2008 19:06

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par lolococo » ven. 12 août 2011 11:24

je ne parle pas de reconnaissance ni de sentiments envers ses parents, mais de "RESPECT". Et je trouve que les adoptés souffrant de leur situation oublient facilement ce mot...

Une petite parenthèse qui ne va pas pour vous plaire : ma vie se fait en France, et quand je pars à dans un autre pays, je suis plus heureuse que jamais parceque je laisse mes soucis en France. N'est-ce pas votre cas, quand vous dîtes que vous vous sentez bien dans votre pays de naissance (que vous ne connaissez plus, il faut bien l'avouer quand même !). Cette sensation d'euphorie n'est-elle pas dû au fait que vous laissez vos problèmes en France, mais votre souffrance est en vous, et elle vous rattrapera que ce soit n'importe où dans le monde si vous n'arrivez pas à composer avec votre passé...
Je trouve que c'est une très bonne chose de retourner voir son pays de naissance, mais cela ne défait pas le noeud sur le coeur.

lolococo

estradamilena
Messages : 18
Enregistré le : mer. 21 juil. 2010 21:32
emailpersonnel : estradamil@hotmail.fr

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par estradamilena » sam. 13 août 2011 14:12

Merci Ibn99... je suis contente de voir que je ne suis pas la seule révolté... et je suis heureuse d'apprendre que je peux avoir un passeport de mon pays d'origine! heureuse pour toi que tu reparte dans ton pays d'origine.

Pour ce qui est de Chicago, il est vrai que ce sont nos vrai parents qui ont choisi notre destin.

Patou, il est vrai que de dire 'pour rien au monde, moi, fausse maman je n'aurai abandonné mon enfant", est facile à dire, je dirais exactement la même chose que Chicago.
Mais dire ''...après un acte si déroutant que l'abandon"...(oui il l'est déroutant et ce quoique vous en pensiez pour les mères qui sont amenées à poser cet acte un jour). Qu'en savez-vous? il est possible que pour certaines mères se soient déroutant, mais que vous dit que pour certaines cela ne les dérangent pas?

Pour ma part je me pose toujours les mêmes questions :
"Ma mère m'a t-elle abandonnée parce qu'elle n'avait pas le choix, par amour pour moi?
Ou l'a t-elle fait parce qu'elle ne voulait pas de moi..."

Je ne saurai probablement jamais...

sand33
Messages : 89
Enregistré le : sam. 7 févr. 2009 02:16

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par sand33 » sam. 13 août 2011 14:43

Bonjour Estradamilena,
Tu as été adoptée en Colombie n'est-ce pas ? Alors dans ce cas, tu as la double nationalité franco-colombienne, en effet, les enfants adoptés en Colombie gardent leur nationalité de naissance. En tous cas, c'est ce que j'ai compris...
Tu dis que tu ne connais pas ton histoire. Tes parents français devraient avoir ton dossier, ce n'est qu'un extrait mais souvent avec de nombreuses informations. Tu peux également demander ton dossier complet à l'ICBF dans lequel tu as été adoptée.
As-tu lu ce témoignage ? Nicolas, adopté en Colombie, parti sur les traces de son passé... On y parle d'une fondation qui aide à retrouver ses origines, tu devrais retrouver facilement le nom de cette fondation auprès de la Voix des Adoptés.
http://lavoixdesadoptes.blog4ever.com/b ... gnage.html
J'espère que tu trouveras des réponses à tes questions en Colombie et que tu continueras à nous donner des nouvelles
Sandrine

lysiane
Messages : 234
Enregistré le : jeu. 26 mars 2009 22:29

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par lysiane » sam. 13 août 2011 15:46

bonjour,

je n'aime pas prendre position entre parents biologiques ou adoptifs mais là tout de même je vais vous dire ce que j'en pense à vous tous ces enfants adoptés qui souffrent.
Vous êtes-vous déjà posé cette question :
que seriez-vous devenus si vos parents adoptifs n'étaient pas venus vous chercher ? Des autres seraient venus ou alors vous seriez restés à l'orphelina , et puis un autre, et encore un autre ...
Vos parents ont fait ce qu'ils ont pu, ils vous ont aimés, il vous ont donnés une éducation, le confort, et tout ce dont un enfant peut avoir besoin. Alors SVP ne les blâmez pas !
Je comprends que vous puissiez souffrir, et je ne permettrai jamais de juger vos parents biologiques qui vous ont abandonné mais respectez vos parents.
Nous avons adopté un enfant pupille il ya 5 ans que sa mère a délaissé et pourtant en France il ya des aides pour les femmes seules avec un enfant. Je ne la juge pas , elle devait être en grande souffrance pour délaisser son enfant , mais si plus tard mon fils me le reproche et parle de nous comme vous parlez de vos parents adoptifs et bien cette fois c'est moi qui souffrirai et je me poserai cette question ;
mais qu'est-ce qu j'ai fait de mal ?

Voilà mes pensées et je vous souhaite de vous reconstruire et de réussir à être heureux
lysiane

mais qu'est-ce que j'ai fait de mal ?

lysiane
Messages : 234
Enregistré le : jeu. 26 mars 2009 22:29

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par lysiane » sam. 13 août 2011 15:50

mais qu'est-ce que j'ai fait de mal ?[/quote]
désolée, je me suis répétée

estradamilena
Messages : 18
Enregistré le : mer. 21 juil. 2010 21:32
emailpersonnel : estradamil@hotmail.fr

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par estradamilena » mer. 17 août 2011 17:47

Sand33, bonjour,

J'ai mon dossier, mais mon histoire n'est pas complète... je sais certaines choses, mais d'autres resterons dans l'oubli. Par exemple dans qu'elle hosto j'ai été pendant des mois. Il y a des parties de mon histoire que j'aimerai connaître et qui ne figure pas dans le dossier que mes parents ont. Mais a Medellin (ma ville de naissance) on l'a réclamé, et maintenant je l'attend (avec une grande impatience...!)

Bonjours à vous Lysiane,

Je sais bien qu'ils m'ont "sauvé", mais une partie de moi reste révolté contre eux, ils m'ont enlevés une partie de moi-même. A chaque fois que je me regarde dans un miroir je me demande qui je suis... Je suis juridiquement la fille de ces deux personnes, mais en même temps je suis née de deux autres personnes. Qui suis-je?
On m'a donné un nom qui n'est pas mon nom, un prénom qui n'est pas mon prénom, on m'a amenée en France, pays qui n'est pas mon pays, la France est mon pays d'adoption. Je parle une langue qui n'est pas ma langue maternelle, je voudrais parler Espagnol (version Colombien).
Je ne me reconnais dans la famille dans laquelle je suis, je n'est pas les mêmes goût que mes, soit disant, "parents", j'ai des talents pour le dessin et l'écriture (j'ai écris un livre que je compte faire éditer), pour parler aux personnes en détresses, talents qui ne possède pas... aucun.

Je fait de terrible cauchemars que, ni eux, ni moi ne peuvent expliquer. j'ai la phobie de tous les bruits (pétard, ballons de baudruches... ), pourquoi?

Je me pose constamment des questions sur mes actes, et en ce moment c'est : "pourquoi ai-je choisi cette orientation pour faire ce métier? Pourquoi tels ou tels métiers m'intéresse...? Pourquoi est-ce que je ne sais pas dire, non?"
J'ai trouvé les réponses...

Les métiers qui m'intéressent : Archéologue, Science médico-légales.... tous se concentre sur la recherche, sur le passé (et je suis tout le temps fourré dans mon dossier d'adoption pour comprendre mon passé)

Pourquoi je ne sais pas dire non? parce que j'ai peur d'être rejeté, abandonnée, une fois m'a suffis... je ne veux plus que cela se reproduise.

A l'école, quand j'étais encore au primaire on ne me voyais pas comme une Française, mais comme une Chinoise... A 7, 8 ans cela fait un choc... ! j'ai toujours subit des brimades, aujourd'hui je me bat, j'essaye de m'en sortir, et mes meilleurs alliés sont les livres fantastiques, fantasy et de sciences fictions, j'oublie la réalité et me plonge dans la magie... encore une chose que mes parents n'aiment pas et ne veulent pas comprendre.

Pour résumé, je suis convaincu que pour les parents adoptifs, la vie n'est pas simple, mais pour l'enfant adopté c'est encore plus dur car d'un : il apprend que ses parents ne le sont pas vraiment, de deux : il remet sa vie en question, de trois : il se pose de fois plus de questions qu'un autre enfant arrivais à l'adolescence. Et de quatre : il a vécu un déracinement, il vit dans un premier temps comme ses parents adoptifs le lui disent (façon de parler) et ensuite il apprend qu'en réalité il a double culture...

Quand vous parents, vous êtes arrivais à l'adolescence vous avez du comme tous adolescent de ce nom vous poser des tas de questions, Dites vous que nous adoptés on s'en pose le double ou le triple... Etre ado c'est pas simple, mais ado adopté c'est l'enfer!

lolococo
Messages : 112
Enregistré le : sam. 29 nov. 2008 19:06

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par lolococo » mer. 17 août 2011 19:35

Vous ne ressemblez pas à vos parents, et bien soit...

J'ai troix enfants, et ils sont tous différents, ne me ressemble pas, ne feront pas mon métier, font et aiment des choses que je ne sais pas faire ou l'inverse... où est le problème ? je trouve cela super...

J'ai eu des enfants, pas pour en faire mes clones mais des individus à part entière.

lolococo

lysiane
Messages : 234
Enregistré le : jeu. 26 mars 2009 22:29

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par lysiane » jeu. 18 août 2011 09:32

bonjour,

Vous vous posez des questions. Je trouve cela tout à fait normal et je comprends que cela vous perturbe, mais comme le dit lolococo qu'est-ce que cela peut bien faire si vous ne ressemblez pas à vos parents ? Mois non plus je ne ressemble pas aux miens ni physiquement,ni dans mes gouts , ni dans mon caractère et alors ? En plus j'ai 2 frères avec qui je n'ai aucune relation, pas parce qu'on ne s'entend pas mais tout simplement parce qu'on a rien en commun, on se rencontre de temps en temps chez ma mère, c'est tout , on parle des enfants on prend des nouvelles de tout le monde, mais rien d'autre. Et pourtant c'est ma famille et je suis française. Par contre ma mère à élever quand j'étais petite une enfant qui est un peu plus jeune que moi, et on est comme 2 soeurs, c'est la marraine de mon fils et je suis la marraine du sien. plutôt bizarre les liens familiaux vous trouvez pas ?

Je ne sais pas si je peux m'imaginer ce que vous endurrez, mais il faut vous reconstruire et quoique vous en disiez, je pense que vos parents adoptifs seraient prêts à vous aider.
Vous dites que c'est plus dure pour vous que pour les parents, je n'en suis pas persuadée, mon fils , adopté à 6 ans m'en fait voir de toutes les couleurs( 10 ans aujourd'hui). Par moment il est adorable, mais avec moi, c'est très difficile, l'année dernière j'ai fait une dépression, c'est très difficile de voir son enfant vous rejeter en permanence , vous provoquer... et de se dire que s'il est comme cela avec moi c'est aussi parce qu'il souffre, alors je fais tout pour l'aider, aujourd'huil je trouve qu'il va nettement mieux, mais il reste difficile avec moi, beaucoup moins avec son père .
Voilà je vous souhaite de vous reconstruire, malgré toutes les difficultés que vous rencontrez dites-vous que la vie est belle et qu'il faut en profiter un maximum;



Lysiane

Chantal
Messages : 34
Enregistré le : lun. 11 août 2008 10:43

Re: Medellin, ville de naissance

Message non lu par Chantal » ven. 19 août 2011 10:56

Les adoptés connaissent souvent un trouble psy : ils ont du mal a se voir dans une glace, ne se reconnaissent pas sur les photos etc... ce qu'un enfant biologique ne connaîtra pas même s'il ne ressemble pas à ses parents. Il y a vraiment une difficulté à accepter des parents avec lesquels on a aucune ressemblance - et pour vous dire que c'est certainement beaucoup plus profond qu'une simple ressemblance physique, j'ai entendu toute mon enfance dire que je ressemblais à mon père adoptif... et pourtant j'ai éprouvé ce trouble très désagréable.
Quand vous parlez de -respect- j'ai envie de vous dire que ce n'est pas le problème. Estradamilena respecte ses parents. Elle vient juste sur un forum témoigner de ce qu'elle ressent, ce qui est ressenti par beaucoup d'adoptés qui respectent leurs adoptants, mais qui n'arrivent pas à se fondre dans la famille, la culture qu'on leur a imposées. Je sais : personne ne "choisit" sa famille, et dans les familles bio il y a beaucoup d'enfants qui ne s'entendent pas non plus avec les leurs, mais dans le cas de l'adopté ce sont des humains qui ont choisi pour lui, et c'est peut-être ce qui est difficile à accepter. Des humains qui ont tous les droits sur l'enfant. Et notre vie est déterminée par ce choix initial. Lisez d'autres posts: certains adoptants vont même jusqu'à changer le prénom de l'enfant déjà grand sans en faire un partenaire, sans lui laisser la possibilité de s'exprimer. C'est cette emprise qui est difficile a supporter pour certains caractères ( de toute évidence pas tous le monde, ou alors ils se taisent). Et peut-on dans ces cas-là parler de respect de la part des adoptants? Le respect ne fontionne pas à sens unique.

Répondre