Comment gérer les questions des autres enfants ?

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
Séverine
Messages : 11
Enregistré le : mer. 15 déc. 2010 13:29

Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Séverine » mar. 5 juil. 2011 14:29

Bonjour,

J'aimerais avoir votre avis sur un incident qui m'est arrivé ce week-end.

Nous étions au parc avec tout un groupe d’amis quand un des petits garçons présent est venu vers moi et mon fils et a commencé à nous assommer de questions/affirmations du style : « Tu n’es pas sa maman, il est chinois et pas toi. » J’ai eu beau lui répondre clairement « Si je suis sa maman ! », rien à faire il enchainait « mais non regarde ses yeux, il est chinois, tu n’es pas sa maman… ». Pendant ce temps là Théo-An, mon fils qui a aujourd’hui bientôt 6 ans, était totalement figé, il n’a pas parlé pendant tout l’incident me laissant répondre. Heureusement une copine est venue me tirer d’affaires en emmenant ce petit garçon avec elle.

Cet épisode m’a laissé sans voix, à part répéter que j’étais sa maman, et préciser qu’il n’était pas chinois mais vietnamien, je n’ai rien pu lui dire d’autre. Et même aujourd’hui avec du recul, je me dis que c’était sûrement la seule solution pour préserver mon fils. Je suis sa maman et c’est sans discussion, je n’avais pas à rentrer dans des explications qui auraient, vue la personnalité de ce petit garçon, surement suscitées d’autres questions.

Mais je suis vraiment preneuse de vos propres expériences si vous en avez eues et de la manière dont vous avez géré la situation pour être mieux armée et moins déstabilisée la prochaine fois ☺

Merci d’avance pour vos témoignages.

Séverine

En tous cas, heureusement que Théo-An était, grâce à nos discussions et aux livres, déjà préparé à toutes ses questions de différences physiques, de différents rôles entre sa mère de naissance au Vietnam et sa maman adoptive ici …

Avatar du membre
marianne
Messages : 159
Enregistré le : lun. 26 janv. 2009 10:26
emailpersonnel : marianne_zanettin@yahoo.fr

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par marianne » mar. 5 juil. 2011 15:37

Je ne sais pas si j'aurais le cran de le faire en vrai, mais en me lisant il me vient l'envie de répondre à ce petit garçon
"Tu as la joue toute bleue" ! "Sisi je t'assure, toute bleue avec des pois jaunes, fais quelque chose !" ou quelque chose d'absurde dans ce goût là. Mais à 6 ans ça n'aurait peut-être pas marché comme avec un adulte.

Je trouve que vous avez été bien sympa, répondre gentiment en expliquant les premières fois, c'est bien, mais quand il a continué de vous embêter sans rien écouter, vous aviez bien le droit de dire en élevant un peu la voix "Ecoute ça suffit, tes remarques nous ennuient, stop", et si possible lui tourner le dos et partir ! Non mais ho !
Marianne (+ Xavier), maman de Charlie, 7 ans, arrivé d'Ethiopie en juillet 2010 grâce à EAT

Léa
Messages : 21
Enregistré le : mer. 12 janv. 2011 20:39

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Léa » mar. 5 juil. 2011 16:01

Bonjour,

je trouve comme Marianne que vous vous êtes montrée fort patiente. Je n'ai pas eu l'occasion de rencontrer ce genre de situation mais j'y suis très sensible car mon fils lui-même interroge parfois avec douleur cette différence physique qui existe entre nous et lui. Dans le cas que vous décrivez je me vois bien renvoyer le petit curieux à son ignorance en prenant éventuellement mon fils à témoin et dire :" le pauvre ! il croit que les parents et les enfants se ressemblent forcément ! Il ne sait même pas qu'il y a des parents et des enfants qui ne se ressemblent pas, il croit qu'ils doivent être nécessairement pareils, comme des jumeaux ! En ben dis-donc c'est un grand garçon mais il en a encore beaucoup des choses à apprendre !" ou lui demander si son père et sa mère ont exactement la même couleur d'yeux ou de cheveux que lui etc.

Bon courage, bien cordialement,
Léa

nathy68
Messages : 19
Enregistré le : jeu. 3 mars 2011 13:08
Localisation : Haut Rhin
Situation familliale : Célibataire

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par nathy68 » mar. 5 juil. 2011 16:19

Je crois que si cela devait m'arriver je dirai la même chose que Léa, genre le renvoyer à son ignorance mais bon c'est souvent dans ces cas-là qu'on reste bouche bée, trouve une réponse toute faite ou mieux on arrive à arrêter les pourquoi de l'autre enfant.

Salutations à tous

Monsieur Vestiaire
Messages : 82
Enregistré le : mar. 14 juin 2011 18:45

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Monsieur Vestiaire » mar. 5 juil. 2011 21:18

Bonsoir,
Une réponse peut être méchante : "et toi, t'es sûr que ta maman est vraiment la tienne ?"

Séverine
Messages : 11
Enregistré le : mer. 15 déc. 2010 13:29

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Séverine » mer. 6 juil. 2011 14:22

Merci pour vos réponses, très utiles.

En résumé (un petit mix de vos réponses à ma sauce), si je me retrouve à nouveau face à ce petit garçon (ce qui est très possible car c'est le fils d'une amie d'amie), je pourrai à présent lui dire que premièrement c'est franchement pas gentil de tenir de tels propos, est-ce qu'il aimerait lui que je lui dise haut et fort que sa maman n'est pas sa maman et que deuxièmement pour un petit garçon aussi curieux que lui, il devrait savoir que non les parents ne ressemblent pas forcément à leurs enfants, et que franchement la ressemblance physique ce n'est pas le plus important.

D'ailleurs je vais reprendre la discussion avec Théo-An pour l'armer lui aussi avec ses réponses!!

Merci,
Séverine

Patricia01
Administrateur du site
Messages : 1032
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 13 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 9 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Patricia01 » mer. 6 juil. 2011 14:40

Moi j'ai déjà expliqué, une fois, à un petit garçon, que mes filles étaient bien soeurs même si elles ne se ressemblent pas (il ne voulait pas en démordre, et m grande était en larmes, donc je suis venue voir ce qui se passait), et qu'on était leurs parents; je suis rentrée patiemment dans les détails de l'adoption, expliquant qu'elles étaient nées d'une dame qui ne pouvait pas s'en occuper et qu'on nous les avait donc confiées pour qu'on devienne leurs parents, pour la vie. Tout ça devant mes filles bien sûr. Un gosse de 6 ans, s'il n'a jamais été confronté à des enfants adopté, ne comprend pas, et sa réaction est logique... Donc ça ne me surprend absolument pas.
Bon, j'ai coupé court ensuite à toute discussion en lui disant qu'on devait partir, et en lui suggérant de demander à sa maman qu'elle lui explique ce que veut dire "adopté". Et on a filé sans demander notre reste. Parce que lui aussi il commençait à insister...
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 12 et 8 ans

Genevieve
Messages : 39
Enregistré le : lun. 29 juin 2009 19:28

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Genevieve » lun. 25 juil. 2011 15:10

Bonjour
C'est sûr que c'est perturbant, surtout quand on ne s'y attend pas - mais les questions des enfants, ceux des autres et les siens, c'est toujours quand on ne s'y attend pas... En revanche, je ne vois rien de choquant ni de "pas gentil" dans cette question, même insistante. Je vois un enfant qui s'interroge sur la manière dont il voyait le monde jusqu'à présent et le surgissement d'une incompatibilité....
Je ne sais pas si j'aurais eu la bonne réaction devant l'enfant (c'est toujours plus facile à froid qu'à chaud!) mais comme ça, a posteriori, je pense qu'il aurait fallu demander à cet enfant ce qu'était sa définition d'une maman. Une maman n'est pas seulement une dame qui vous a fabriqué, c'est une dame qui vous aime et vous le prouve, en s'occupant de vous tous les jours, en vous faisant à manger, en vous habillant, vous racontant une histoire le soir, en allant voir les maîtresses à l'école, en soignant quand on a un bobo, en consolant les chagrins, en aidant à grandir, en... je ne sais quoi encore, en vous emmenant au parc! Certes chacune de ces actions peut être déléguée, mais il n'y a qu'une maman pour faire tout ça et dont on soit sûr qu'elle sera là toujours, à chaque fois qu'on aura besoin d'elle. Je me souviens que j'avais demandé une fois à ma fois à ma fille ce qu'était une maman et elle m'avait fait la liste façon pyramide de Maslow - ce que n'aurait certainement pas fait un enfant qui a eu la chance d'avoir été choyé depuis sa petite enfance... comme j'ai pu le voir avec des copines à elle - mais pas dans une situation vécue comme une "agression", comme celle que vous racontez, même si ma fille vivait mal ce genre de situation. Confronté à ce questionnement, l'enfant dont vous parlez aurait certainement commencé par la "fabrication" vu que ça semblait le préoccuper au plus haut point (normal, dans les familles, on met souvent l'accent sur les ressemblances - qui de nous ne l'a pas vécu dans sa propre famille?) mais aurait ensuite enchainé vers les besoins affectifs - et si nécessaire, il aurait suffi de l'aider en lui disant "oh, quelle tristesse, ta maman, elle t'a seulement porté dans son ventre, elle ne fait rien d'autre pour toi?" Et le reste serait venu, bien sûr, car l'enfant aurait été indigné qu'on puisse penser cela de sa mère... Il aurait sans doute suffi de quelques reformulations.
Il me semble que la discussion aurait pu être productive et faire reculer "l'ignorance" de l'enfant - un enfant a le droit d'être ignorant!!! Et je pense par ailleurs que ce type de discussion devant l'enfant concerné lui fournit plus d'armes pour lui-même que des réflexions à la limite de l'agressivité ou sur la défensive. Mais, encore une fois, c'est évidemment plus facile derrière un écran d'ordi...

Fifoune
Messages : 285
Enregistré le : lun. 25 juil. 2011 17:12
Localisation : IdF
Situation familliale : Mariee
Profession, activité : Assistante de direction
Profil adoption : Heureuse maman de F. arrivée d'Haïti en 2009 à 4 ans et 2 mois (procédure individuelle, 34 mois d'attente), de H. arrivé de RDC en 2016 à 6 ans et demi (OAA, 50 mois d'attente) et de G. né en France et rencontré en 2019 à l'âge de 4 ans.
emailpersonnel : delphine.francou@gmail.com

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par Fifoune » lun. 25 juil. 2011 17:29

Bonjour,

Je rejoins les 2 derniers témoignages : ce petit garçon, même enquiquinant, ne peut pas savoir ce qu'est l'adoption s'il n'a jamais rencontré d'autres enfants adoptés, et si on ne prend pas le temps de lui expliquer quand il en rencontre un, il ne risque pas de comprendre. Même si c'est un peu pénible, je pense important de répondre (bon dans la limite du raisonnable, hein :)), ne serait-ce effectivement que pour donner les armes à votre fils pour le jour où vous ne serez pas à ses côtés pour répondre à sa place.

Moi ça m'est déjà arrivé, j'allais chercher ma fille (5 ans à l'époque, originaire d'Haïti) au centre de loisir le soir, j'étais speed, et une petite fille me dit "T'es la maman de F. ? Mais pourquoi t'es pas de la même couleur ?". Ca m'a arrêté net dans mon speed :D , je me suis assise, et je lui ai dit que son papa et moi on avait adopté F. Je lui ai demandé si elle savait ce que c'était qu'adopter, elle ne savait pas, alors je lui ai expliqué avec des mots simples, comme je l'ai expliqué à ma fille il y a bien longtemps ("je n'ai pas porté F. dans mon ventre, je l'ai portée dans mon coeur, c'est pour ça qu'on n'est pas de la même couleur parce que du coup F. est née à Haïti et pas en France ; mais je suis sa maman exactement au même titre que n'importe qu'elle autre maman, on s'aime exactement pareil", etc.) F. ne disait rien, elle était à côté en train de dessiner, mais je sais qu'elle écoutait. Je sais aussi qu'elle a compris que son statut d'enfant adoptée n'était pas une honte et que sa maman l'expliquait fièrement. La petite fille avait l'air très contente de l'explication et elle n'a plus jamais posé la question (on la voit souvent au centre de loisir). Quand on est sortie, ma fille et moi on en a rediscuté pour "dédramatiser" la chose.

Je pense qu'effectivement ces questions sont parfois "usantes", on n'a pas toujours le temps (ni l'envie !) d'y répondre, mais on a choisi une adption visible du coup il est normal que ça génère des questions. Pour nous tout cela est évident, on baigne dedans, c'est notre quotidien, mais ce n'est pas le cas de M. et Mme Toulemonde, et quand en + il s'agit d'enfants, la pédagogie me paraît importante.

A bientôt,
Delphine
Delphine (42 ans) maman d'une puce de 14 ans (Haïti, 2009), d'un ptit gars de 9 ans (RDC, 2016), et d'un mini gars de 4 ans (France, 2019).

gagatte
Messages : 447
Enregistré le : sam. 10 janv. 2009 14:25
Localisation : Europe
Situation familliale : Mariée, trois enfants
Profil adoption : un enfant adopté
emailpersonnel : magaliparent@hotmail.com

Re: Comment gérer les questions des autres enfants ?

Message non lu par gagatte » lun. 25 juil. 2011 21:56

Si ce petit garcon était vraiment insistant, sa maman aurait du intervenir pour lui demander de cesser d' ennuyer "la dame" et le petit garcon. On peut aussi apprendre à nos enfants à ne pas insister quand une question dérange et est indiscrete. Les enfants sont curieux et c'est bien normal, mais ils n'ont pas à poser des questions à tort et a travers non plus. Cette maman pouvait aussi expliquer l'adoption à son enfant plus tard.
Apres lecture de toutes les réponses, tres intéressantes, je me dis que sans doute il faut se préparer à deux sortes de réponses. Une première qui coupe court gentiment mais fermement, après tout notre vie privée n'appartient qu'à nous et mon enfant n'aura pas à expliquer l'adoption à tout le monde, seulement s'il en a envie, a qui il veut, et quand il veut (nous pareil).
Une seconde plus longue et explicative, comme l'indiquait Genevieve par exemple, si on a le temps, l'envie, si l'enfant demande gentiment et innocemment, et pas par provocation pour enquiquiner un autre enfant (on voit parfois de "droles" de choses dans les plaines de jeux...).
Je pense la meme chose pour repondre aux questions sur l'adoption venant des adultes d'ailleurs.
Notre enfant n'est pas encore la, et je suis ravie d'expliquer encore et encore notre projet, malgre toutes les idées recues parfois agaçantes a la longue ... mais pas a tout le monde non plus, pas n'importe quand etc. Quand il sera la, je voudrais qu'il puisse avoir cette liberté aussi, même si ce n'est bien sur pas toujours évident.
mariée, trois enfants

Répondre