la parole aux adoptés de l'étranger

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
lbn99
Messages : 16
Enregistré le : ven. 17 juin 2011 17:44

la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par lbn99 » ven. 17 juin 2011 18:16

j'ai aujourd'hui 25 ans et qu'une seul chose en tête essayer par tout les moyens de casser l'adoption pléniere et retrouver mes origines.
J'ai toujours été au courant de mon adoption, mes "parents" ADOPTIF ne me l'ont jamais caché et heureusement mais malgré tout je ne me suis jamais sentis français et ce que me donne le plus de haine c'est de voir sur les document officiel francais que je suis né de mes "parents " ADOPTIF sous entendu que je suis (le fruit de leur entrailles)....
Je ne supporte plus cette situation car c'est une grossiere erreur, j'ai mes propres origines, ma propre langue j'avais un certificat de naissance et un passeport dans mon pays d'origine et tout ca a disparu pour assouvir les désire d'un couple de francais.
Vous trouverez peut etre mes mots crus et violent mais c'est la plus stricte vérité et apres de longue recherche sur internet je m'apperçois que je ne suis pas le seul et que l'adoption pléniere est un vrai désastre pour un enfant étranger.
J'entend toujours des gens me dire que c'était pour mon bien patati...patata... bha moi ca me fais bien rigolé car tout ce que je vois c'est des enfants qui sont enlevé a leurs origines dans le seul but d'assouvir le désir de paternité des adultes.
Je ne souhaite pas du tout remettre en cause les adoptions a l'etranger bien au contraire et malgré la froideur de mes mots je suis concients que mon enfance a été surement meilleur que si j'étai resté orphelin dans mon pays mais voilà l'adoption à été plénierre et ca je ne le supporte pas.
Aujourd'hui mes parents adoptif regrette cette adoption pléniere et sont bien concient du désastre que cela ma causé et si seulement cela aurait été possible ils auraient volontié changé celle-ci en adoption simple pour que mes origines ne soit pas détruite.
Bref réfléchissez bien quand vous souhaitez adopté un enfant à l'étranger aux conséquences d'une adoption pléniere sur l'enfant car vous lui suprimé toute son origine son libre arbitre pour quand il deviendra adulte.

Framboise
Messages : 329
Enregistré le : ven. 30 mai 2008 14:01

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par Framboise » ven. 17 juin 2011 21:34

et bien j'ai reçu ton message comme claque ! c'était sans doute le but, gagné !!
Bon moi je pense que tu confonds deux choses, le lien juridique et le lien de coeur , on peut avoir été adopté en plénière et maintenir un lien de coeur avec son pays d'origine, par courrier, par une aide humanitaire, par le parainnage.
Tu pourras sans doute aller à la rencontre de tes origines, même avec une adoption plénière. Tes parents ont des documents, et il faut aller dans le pays pour retrouver des bouts de ton histoire.
Pour ma part, le lien de coeur n'a jamais été coupé avec le pays de mes enfants, et c'est ça qui compte
Courage à toi dans tes recherches
framboise

Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par Cloclo » ven. 17 juin 2011 21:50

Deux questions :?:

Casser l'adoption plénière va -t-il permettre de retrouver tes origines :roll:
Une adoption simple aurait-elle changé quelque chose dans ton parcours d'adopté :roll:

Pour ne pas perdre ses origines, sa personnalité, son caratère, son tempérament, vaut-il mieux se marier, se pacser, vivre en concubinage, s'isoler, se cloîtrer, fuir parfois ....

Tiens, cela aurait presque fait un sujet de bac :P

Que de réflexions en perspective ;)

lbn99
Messages : 16
Enregistré le : ven. 17 juin 2011 17:44

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par lbn99 » sam. 18 juin 2011 00:19

pour répondre a cloclo... une adoption simple m'aurait permis administrativement de garder un lien avec mon pays d'origine.
qu'est ce qu'il me reste aujourd'hui de mes origine ? partout il est noté que je suis francais mon identité a été effacer.Casser l'adoption pléniere peut me permettre de retrouver mon nom qui n'ai pas francophone.Framboise vous me parler de lien jurdique et lien du coeur mais sachez que le lien juridique est tout aussi important (allez demander a un palestinien ce qu'il en pense...le lien du coeur c'est bien, mais dans le monde dans lequel on vis ce n'ai malheureusement pas suffisant.)

C'est bien de ce dire que je suis bresilien,chilien coreen ou autre si administrativement rien ne le prouve. Tu trouve ca normal toi ??
Pourquoi est ce que je n'ai pas le droit d'appartenir au pays dans le quel je suis né? pourquoi on ne ma pas laisser le choix a ma majorité de choisir? c'est quoi le but recherché le bonheur des parents ou le bonheur de l'enfant?????Vous savez qu'il existe beaucoup de forum sur l'adoption et si on fait le tour vous verrez que beaucoup d'adopté ne supporte pas leur situation.Sachez que beaucoup de parents adoptif pensent comme moi et font en sorte de garder le maximum de lien entre l'enfant qu'ils adoptent et son pays d'origine (étude de la langue maintient de la double nationalité,etc...).Encore une fois je ne fais pas le procès de l'adoption mais de l'adoption pléniere pour un enfant étranger.
toute mon enfance je me suis battu pour vivre normalement, avec ma couleur de peau on ma toujours pris un étranger et le fait d'avoir un nom francophone n'a fait qu'empiré les choses.la discrémination je les subis de plein fouet comme n'importe quel immigré.je serai toujours un étranger pour la france.. Vous me parler d'amour, de lien du coeur bha moi je vous parle de mon droit a mon identité...
désolé mais quand je me regarde dans une glace j'arrive toujours pas à me dire que mes ancetres était les gaulois ... et pourtant si c'est marqué noir sur blanc :cry: :cry: vous voyez toujours pas ce que je reproche a l'adoption pléniere??

gata972
Messages : 15
Enregistré le : sam. 12 mars 2011 21:12

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par gata972 » sam. 18 juin 2011 02:52

Ce n'est pas si facile de garder la double nationalité je pense. Ce n'est pas uniquement lié a l'adoption! la loi actuelle p.ex. ne me permet pas de garder ma nationalité si je demandais la nationalité fr., étant ressortissant d'un pays de l'UE. Pourtant je vis entre les deux pays, et sans parler de mes sentiments, du point de vue pratique tout simplement cela n'est pas anodin! D'ailleurs, je suppose que tu as entendu la derniere idée du Marine Le Pen, aussi...

Je ne suis pas persuadée non plus que l'adoption pleniere soit une réponse au "soif d'amour" de parents adoptifs comme tu dis. Certes, cela facilite les choses, mais aussi pour l'enfant, tu ne penses pas? Cela donne le choix d'en parler ou pas, a l'école etc, dans les situations ou la couleur de la peau ne devoile pas tout.

Ceci dit, je ne suis pas pour que toutes les adoptions soit plenieres "d'office", je pense que pour des enfants qui ont connu leurs parents, s'en souviennent, la question est tout a fait légitime

gagatte
Messages : 447
Enregistré le : sam. 10 janv. 2009 14:25
Localisation : Europe
Situation familliale : Mariée, trois enfants
Profil adoption : un enfant adopté
emailpersonnel : magaliparent@hotmail.com

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par gagatte » sam. 18 juin 2011 09:42

Bienvenu. Ce que vous dites ne me choque pas du tout parce qu'il y a une vraie souffrance derriere vos mots. Neanmoins je pense qu'avoir la double nationalite (ce qui creerait des obligations pas rapport a votre pays d'origine, un service militaire par exemple) ne resoudrait pas toutes vos difficultes d'appartenance.
Beaucoup d'adoptes aussi refusent de maintenir leur langue d'origine, sont contents d'avoir un prenom francais qui ne les stigmatise pas, cela depend vraiment de chaque personne. Aujourd'hui un certain nombre de parents choisissent de conserver le prenom d'origine en second (mais parfois ce prenom n'a pas ete choisi par les parents biologiques, mais par un responsable d'orphelinat).
L'adoption pleiniere c'est aussi donner les meme droits a son enfant adopte qu'a un enfant biologique, ainsi ce n'est pas une sorte de "sous-enfant" (dans notre famille il y a aussi des enfants bio, pour nous il est important que nos trois enfants soient nos enfants a part entiere, pour nous, mais aussi pour notre enfant adopte).
Meme un enfant adopte qui aurait garde la langue et un papier de son pays d'origine se sentirait etranger de retour dans son pays de naissance, parce ce que son vecu aura ete differente de ceux qui ont vecu la-bas, sa vision aussi forcement. Du coup certains adoptes ne se sentent chez eux nulle part. Et certains autres vivent cette double appartenance tres bien, se sentant d'abord francais mais aussi tres proches de leur pays de naissance, j'ai connu une jeune femme tres implique dans du benevolat dans son pays de naissance, mais completement integree et heureuse dans son pays d'adoption qui etait vraiment devenu le sien et ou elle faisait ses etudes, avait sa famille et ses amis. Elle parlait de ses deux pays avec beaucoup de naturel et de joie. Elle avait eu l'occasion de connaitre toujours son pays de naissance par des sejours avec sa famille adoptive. Est-ce que vous etes deja retourne dans votre pays de naissance, avez-vous fait des recherches? Peut-etre que cela pourrait vous aider a avancer, mieux vous situer dans vos deux histoires, l'une n'effacant pas l'autre. Courage a vous
mariée, trois enfants

Sophie D
Messages : 80
Enregistré le : dim. 18 janv. 2009 19:05
emailpersonnel : sophie.dazord@yahoo.fr

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par Sophie D » sam. 18 juin 2011 10:02

Je comprends que vous ne vous reconnaissez pas dans l'adoption plénière. Ce décalage entre ce que vous ressentez de votre histoire, de votre identité et ce qui figure sur votre état civil est insupportable pour vous. Il y a dans votre histoire un avant et après l'adoption. Certains papiers, documents ne mentionnent pas cet avant : mais il existe, il est important pour vous et vous en avez sans doute des traces. L'adoption plénière n'efface aucun état civil, elle en crée un qui ne mentionne pas la première filiation. Mais ce premier état civil existe (au Brésil, ou ailleurs). Vous devez en avoir un exemplaire dans votre dossier.
Pour ce qui est de la nationalité, la plénière ne fait pas forcément perdre la nationalité d'origine : vous devenez français, mais si votre pays d'origine accepte la double nationalité, vous pouvez conserver cette première nationalité : vous êtes toujours né là où vous êtes nés.
Pour ce qui est du "né de" c'est la mention sur l'extrait de naissance. C’est parce que c'est un formulaire. Sur une copie intégrale d'acte de naissance, il n'est pas mentionné de naissance mais bien un jugement d'adoption.

Comme tous les parents, nous prenons des décisions pour nos enfants, et ceux-ci plus tard vont peut-être les remettre en cause, se révolter contre... ou pas... Sans doute que la loi française avec ces deux catégories d'adoptions oblige à des choix qui simplifient trop des situations bien compliquées.
Mais, il y a aussi des adoptés adultes qui sont très heureux d'avoir été adoptés en adoption plénière. Il n'y a pas, à mon sens, à être POUR ou CONTRE l'adoption plénière pour TOUS les enfants nés à l'étranger. Chaque histoire est singulière, avant comme après l'adoption. Contrairement à l'adoption simple, l'adoption plénière crée un lien juridique avec l'ensemble de la famille : grand-parents, oncles, tantes. Et il y a des adoptés pour qui cet aspect là est important, fondamental. D'autres pour qui le fait que leur histoire n'apparaisse pas sur l'extrait de naissance est important, alors que vous, vous réclamez l'inverse... Des histoires des ressentis différents qui passent à la moulinette de textes de lois qui ne sont pas adaptés à tant de complexité.
J’ai pris une décision pour mes enfants. J’ai pensé à leur insertion dans la famille. Cela m’a semblé mieux. Mais en aucun cas cette décision n’a à voir avec le fait de gommer l’histoire de mes enfants, de les couper de leur origine. Le lien que mes enfants ont avec leur histoire et leur pays d’origine leur appartient, et je ne veux intervenir qu’en soutien pour eux sur ces questions. Peut-être que ce n’était pas ce qu’il fallait faire, que je les ai blessés quand je pensais faire au mieux pour eux … mais il faudra encore attendre pour répondre à cette question.

sand33
Messages : 89
Enregistré le : sam. 7 févr. 2009 02:16

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par sand33 » sam. 18 juin 2011 12:59

lbn99 a écrit : mes "parents" ADOPTIF
Bonjour,
Vous mettez le mot parents entre guillemets. Je comprends qu'il n'y a pas que l'adoption plénière que vous rejetez mais également le lien avec vos parents. Mais je me trompe peut-être ?
Sandrine

Avatar du membre
marianne
Messages : 159
Enregistré le : lun. 26 janv. 2009 10:26
emailpersonnel : marianne_zanettin@yahoo.fr

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par marianne » sam. 18 juin 2011 14:28

J'ai juste envie de répondre sur un point particulier : la formulation "né(e) de" est il est vrai assez dommage et un peu ridicule dans le cas d'une adoption. Si tout le monde portait sur son acte de naissance la mention "fils ou fille de", ça serait tout aussi vrai et beaucoup mieux pour les adoptés.
En fait je suis pour l'adoption plénière mais en la réformant un peu... Elle devrait pouvoir faire mention d'une première filiation tout en donnant tout de même aux adoptés les mêmes droits qu'à tous les autres enfants... ce serait plus juste pour tout le monde !
En tous cas lbn99 je vous souhaite d'être apaisé par vos démarches. Vivre écartelé entre son identité intérieure et son identité officielle... je ne peux guère que commencer à imaginer le déchirement que cela doit être.
Marianne (+ Xavier), maman de Charlie, 7 ans, arrivé d'Ethiopie en juillet 2010 grâce à EAT

Patricia01
Administrateur du site
Messages : 1132
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 14 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 10 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: la parole aux adoptés de l'étranger

Message non lu par Patricia01 » sam. 18 juin 2011 14:46

Il me semble qu'aujourd'hui ce n'est plus "né de", justement, mais bien "fils de"...

Et je confirme ce que d'autres ont dit : l'adoption plénière n'efface nullement l'acte de naissance antérieur (pour la simple raison qu'un jugement français ne peut faire changer des documents d'état-civil étrangers). Je conseille à ibn99 de faire une demande de copie intégrale d'acte de naissance pour se rendre compte qu'il n'y est nullement écrit qu'il est né de ses parents adoptifs, mais bien au contraire qu'il a été adopté; le jugement d'adoption plénière, lui, indique en plus la filiation d'origine. Le fait que les simples extraits d'acte ne parlent pas d'adoption mais le présentent comme "fils de" ses parents est là pour éviter les questions indiscrètes, tant ce document est souvent demandé... Et il n'est absolument pas mensonger, un enfant adopté est bien le fils de ses parents adoptifs et de nul autre, c'est la loi qui le dit !
Et une adoption simple n'aurait absolument rien changé: en terme de nationalité, le fait de pouvoir ou non avoir la double nationalité ne dépend pas du type d'adoption mais des accords entre les pays et des lois de chacun, il me semble. Et quant à garder un lien avec le pays d'origine... l'adoption plénière ne l'interdit absolument pas ! Ce sont les liens du coeur qui comptent, et une adoption ne prétend pas effacer pas l'histoire et le vécu d'un enfant.

Ce témoignage est empreint d'une souffrance à laquelle je compatis... mais le message anti-plénière me hérisse quand je me suis tant battue pour obtenir celle de ma seconde fille, pour qu'elle ait le même statut que sa soeur, que ses cousins, pour que juridiquement elle fasse pleinement partie de la famille, et surtout, pour qu'aucun parti aux idées nauséabondes n'ait un jour le droit de lui ôter sa nationalité française...
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 14 et 10 ans

Répondre