Notre adoption est un echec .

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
Larrylg
Messages : 40
Enregistré le : mer. 22 oct. 2008 16:10
Situation familliale : Marié;
Profession, activité : retraité
Centres d'intêret : Qui gong, Asie, problèmes liés à l'adoption
Profil adoption : un enfant adopté, un enfant bio
emailpersonnel : leekwenlo@orange.fr

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Larrylg » ven. 24 oct. 2008 15:49

Ophélie, bonjour


Je vois qu’en 25/30 ans les méthodes des psychologues ou des gens des CMPP concernant le traitement des problèmes des enfants adoptés, ou plutôt des abandonnés/déracinés/adoptés ne se sont pas améliorées. Malgré la littérature abondante aujourd’hui sur le sujet, ils semblent incapables de reconnaître ce qui est spécifique à nos enfants : le traumatisme de l’abandon et du déracinement et le stress post traumatique qui s’ensuit. Je regardai hier soir l’émission d’Envoyé spéciale sur l‘autisme et la mère de l’enfant (l’épouse de l’acteur Francis Perrin) parlait des interprétations psychanalytiques de gens incapables de comprendre l’autisme et s’élevant contre des thérapies comportementales qui avaient fait leur preuve aux Etats-Unis. Une bonne partie de l’émission montrait l’incapacité de la France des psychologues ou psychiatres à s’ouvrir à d’autres méthodes qui marchent.
Il en est de même pour les troubles dont souffrent les enfants adoptés, non parce qu’ils sont adoptés (sauf rares cas de maltraitances : ça arrive, hélas !) mais parce qu’ils trimballent des traumatismes liés à l’abandon et au déracinement.
Je crois, honnêtement et par expérience, qu’il faut fuir ces psychanalisants (lacaniens, adlériens, rogériens, et.) et essayer de découvrir des psychiatres et psychologues qui ont une formation en thérapie comportementale et cognitive, après s’être assuré qu’ils sont aussi au courant des traumatismes de l’abandon et du déracinement. Voir le site http://www.aftcc.org.
Ensuite, au-delà des lectures d’ordre général, style « Au risque de l’adoption », n’hésitez pas à prendre des livres plus techniques qui vont vous apprendre des comportements à exiger de votre enfant ou de vous-même. Le premier : « Enfant qui a mal, enfant qui fait mal, pour grands enfants et adolescents (c’est le 2eme tome) de Caroline Archer, celle qui a mis au point en Angleterre les méthodes de Family Futures. Le deuxième « Renouer avec soi » de Nancy Verrier, qui débarrasse de beaucoup d’idées préconçues et montrent quels comportements nous devons avoir vis-à-vis de nos enfants qui grandissent ou sont adultes. Vu l’âge de mes enfants c’est celui qui m’a le plus éclairé et aidé.
D’autre part, gardez à l’esprit que même à 13 ans un enfant ne fait pas ce qui lui plaît. Il doit se plier à ce qu’exige ses parents et nous sommes là pour cela. Il faut savoir lui fixer des limites, autrement la justice s’en chargera plus tard.
Autre point très important et qu’on ne rappellera jamais assez : pour que l’enfant aille bien, il faut que la mère aille bien. L’enfant repèrera de suite le mal-être de la mère, ses problèmes antécédents non résolus ainsi que les failles du couple et il s’en servira. L’un de mes amis anglais décrivait cela en disant que l’enfant abandonné avait comme un nuage de guerre au-dessus de la tête. Prenez donc du temps pour vous, pour votre couple et de temps en temps oubliez ce qui doit être votre cauchemar quotidien : savoir prendre une soirée régulièrement, ou un week-end ou 8 jours de vacances sans la présence de l’enfant. Cela permet de respirer

Il est à redouter, que du fait de la Convention de La Haye, de plus en plus enfants âgés d’au moins 6 ans seront confiés par l’adoption internationale. De ce que j’en vois, ce n’est pas une partie de plaisir pour un grand nombre de parents. Il serait temps, grand temps, que les associations s’occupant d’adoption mettent en place par l’intermédiaire des ASE ou éventuellement sans elles (si elles ne bougent pas) des équipes véritablement pluridisciplinaires pour traiter des problèmes de nos enfants avec nous et non pas sans nous. Par cela j’entends que parents et enfants doivent être vus ensemble parce que ce sont des problèmes qui concernent les liens familiaux : souvent, trop souvent, les enfants sont vus à part, et comme ils sont manipulateurs ils ont l’art de tourner le psy autour de leur petit doigt.
Je crois avoir entendu dire qu'il y avait une Maison de l'adoption à Marseille. Êtes vous au courant?

L’émission de Ruffo dont parle Devika montrera si le plus médiatisé des psys marseillais peut passer de la parole à des actions efficaces pour aider les familles en échec J’ai peur que ce ne soit que du verbiage !!! et tant mieux si je me trompe
amicalement

espoir désespoir
Messages : 2
Enregistré le : sam. 8 nov. 2008 10:57

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par espoir désespoir » dim. 9 nov. 2008 16:51

Bonjour

Je suis outrée par ces gens qui vous répondent et qui vous juge sans en savoir plus que ces quelques lignes que vous avez écrit.
Je vous comprend ainsi que votre fille car étant adoptée ca a été également un échec. Il faut quand méme savoir que l’adoption laisse des traces au fer rouge comme la sensation de ne pas étre compris, de chercher a être aimé et, paradoxalement, refuser cet amour ou amitié par peur d’être abandonner à nouveau.
Il est tres difficile pour une petite fille adoptée d’accepter l’amour de sa mère adoptive car elle considére que c’est le rôle de sa mère biologique de l’aimer; de ce fait, elle retourne inconsciemment toute son agressivité contre elle. Je pense que votre fille se complet dans le rôle de marthyr, ayant moi-même, pendant des années, trouvé que ce parraitre pour me sentir exsisté.
Je pense que vous n’avez pas à culpabiliser car vous y êtes pour rien du fait qu’il y ait des mères qui abandonne leurs enfants sans se poser de questions à savoir si ca va leur détruire leurs vies par la suite (certaine).
Toute ma vie, j ai cherché auprés des femmes de mes copines ou copains, une mére de subtitution car celle que j’avais était denuée d’amour, de compassion et de communication; mais pour votre part, vous avez essayé de lui donner de l’amour et elle la refusé,avec ses raisons à elle.
Je peux résonner comme ca par mon expérience, mon âge et avec beaucoup de recul et de travail sur moi méme,
J’aurais envie de vous dire de ne pas baisser les bras et de trouver un terrain d’entente, mais à quoi bon si c’est pour tomber sur un comflit. Je comprend que vous baissiez les bras, mais elle n’a que 13 ans, je pense qu’ avec de la maturité et du recul elle peut changer ou alors vous serrez deffinitivement des étrangères.
Quand je lis les propos de Chantal qui se permet de juger sous prétexte qu’elle a été adopté, je lui dirais que c’est nulle comme attitude car un forum de discussion, ce n’est pas un tribunal. Les gens qui s’y confie cherche généralement une aide, un réconfort, un exutoir pour aider à vivre cette situation difficile, ou pour trouver une solution avec des personnes qui ont vécu, peut être, la même situation. J’aimerais aussi revenir sur vos propos Madame, qui ont été également mal interprété concernant l’achat des livres scolaires. Je demande aux personnes concernées de bien relire vos propos, car vous n’avez jamais dit que ce n’était pas normal d’acheter des livres etc…. mais que c’était seulement le seul moment où votre fille communiquée avec vous. La nuance est très grande. Je suis réellement outrée par les propos de certains ou certaines.
Je peux vous dire que ma mère elle m’aimes pas, adoptée ou pas, elle est obligée de rien car elle fait rien. De plus, elle est méchante dans son attitude et dans ses paroles. Vous savez, je viens de perdre la seule persone qui m’ait donné de l’amour, mon papa, et la seule chose que ma mère ait su dire, 48h aprés son décès, c est « tu fais tes bagages et tu te casse ».
Je vous souhaite donc bon courage pour la suite et gardé un semblant de contact avec votre fille car un jour, elle s’appercevra que l’amour d’une mère, biologique ou adoptive, on en a tous besoin ,car pour moi, enfant adoptée, ca m’a manqué et ca me manque encore et me pourri la vie pour tout ce qui est relationnel.
Je trouve le courage de vous répondre car j’ai enfin trouvé le bonheur, certes avec toujours un manque, mais je me concentre plus que sur mon avenir et non pour trouver l’amour d’une mére.
Bon courage à vous et à votre famille.

ophélie
Messages : 21
Enregistré le : sam. 18 oct. 2008 12:17

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par ophélie » lun. 10 nov. 2008 11:40

Un grand merci à vous, pour ce témoignage d'adoptée...

Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Cloclo » lun. 10 nov. 2008 22:06

Je remercie également "espoir désespoir" pour son témoignage d'adoptée.
Il faut arrêter de dire qu'un enfant adopté ne pose pas plus de problème qu'un enfant biologique ! Avoir ce discours (et de nombreuses associations le tiennent), c'est faire peu de cas du vécu de l'adopté dont très souvent on ne connaît pas l'histoire. Son histoire, c'est souvent LUI qui la fera découvrir petit à petit au travers de conflits avec ses parents adoptifs.
L'un(e) n'a jamais demandé à être adopté(e).
Les autres sont persuadés être les sauveurs "par l'adoption" d'un enfant abandonné qui la rejette.
Tous des victimes malgré eux !

espoir désespoir
Messages : 2
Enregistré le : sam. 8 nov. 2008 10:57

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par espoir désespoir » mar. 11 nov. 2008 11:32

Bonjour
Je tenais à répondre à Ophélie que, si elle voulait parler de son problème en privé, je me tiens à votre disposition, car je comprend ce que vous vivez.
Et pour répondre à Cloclo, je tenais à vous remercier car heureusement qu'il existe des personnes comme vous pour permettre d'avancer sur cette question, et de ne pas avoir de jugement hatif, car toutes situation reste unique, le jugement n'aide en rien. Elle a entièrement raison en disant qu'on est tous des victimes, adoptant comme adopté, car dans les deux cas, on vis une situation que l'on a pas désiré.
Bonne journée à vous deux

Isaden
Messages : 3
Enregistré le : lun. 16 juin 2008 09:49

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Isaden » mar. 11 nov. 2008 20:45

Tous ces témoignages sont émouvants. Je n'ai encore qu'une toute petite expérience de Maman adoptante alors je me pose tout un tas de question surtout en ce qui concerne l'adolescence... merci de nous apporter vos témoignages.
Ophélie, si cela peu vous aider, vous pouvez lire: "dis merci" de Barbara Monestier. c'est le témoignage d'une jeune femme ayant été adoptée à l'âge de 4 ans et qui a eu une vie assez mouvementée. Cela pourra peut être vous apporter quelques réponses.
Bon courage à vous.

Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Cloclo » mer. 12 nov. 2008 22:54

L'adolescence est certes une période délicate ou révélatrice. Mais dans le cas de difficultés d'attachement, des symptômes peuvent être détectés bien avant. Notre fille, adoptée à 6 ans, a très rapidement manifesté son refus d'adoption. Des comportements que nous ne savions pas "décoder" à l'époque s'exprimaient déjà quelques semaines après son arrivée. Nous pensions "à tort" être de mauvais parents ou des parents incapables, malgré ce permis ridicule de bonne conduite que nous avions aisément obtenu : L'AGREMENT !

Durant son adolescence, notre fille n'a pas été pire que les autres. Elle nous rejetait tout simplement car pour elle nous étions "LA CAUSE DE SON ABANDON". Elle s'éloignait de nous et paradoxalement tous ceux de notre entourage qui la rencontraient, nous félicitaient pour lui avoir inculquer au moins la politesse et l'honnêteté et la trouvaient " très bien élevée". Seuls les éducateurs de foyers s'en débarassaient dès qu'elle les agressait, comme elle l'a fait avec nous (violences menant aux urgences).

Dans l'adoption, il n'y a que deux possibilités :
- l'enfant est demandeur car il a pris conscience ( quel que soit son âge) qu'il n'a plus de maman et/ou papa et désire ardemment avoir de nouveaux parents : c'est gagné à 99 %. Le 1% restant étant attribué à l'erreur imprévisible.
- l'enfant se voit imposé l'adoption, alors que sa famille existe toujours, même si elle vit dans des conditions précaires et difficiles : indubitablement, il fera "payer" aux adoptants leur choix, tôt ou tard. Ceci représente environ 20% des enfants adoptés.

Comment déterminer ce risque ?

- Ne pas écouter les oeuvres ou intermédiaires qui disent que cet enfant doit être adopté dans l'urgence.
- Observer les comportements de l'enfant dès les premières semaines :
- Me regarde-t-il droit dans les yeux ? A-t-il tendance à accepter trop facilement le contact avec n'importe quel adulte ? A-t-il tendance à s'isoler facilement ? Est-il violent dès qu'on lui refuse ou interdit quelque chose ?

Autant de symptômes qui peuvent permettent de diagnostiquer un trouble de l'attachement ? La consultation avec un pédiatre ou un psy qui connaît bien ces troubles devient une prévention qui permettra d'aider l'enfant et les parents, en préservant de drames futurs.

ophélie
Messages : 21
Enregistré le : sam. 18 oct. 2008 12:17

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par ophélie » jeu. 13 nov. 2008 11:36

Lorsque Pauline est arrivée, je me suis très vite aperçue que quelque chose n'allait pas, mais quoi ?
Elle est arrivé un jeudi et dès le dimanche suivant, j'ai commencé a me poser des questions.

Pauline ne nous a jamais regardé dans les yeux (sauf maintenant, mais je ne préfère pas dire ce qui passe dans son regard)
Elle a refusé dès le début toute forme d'autorité ou même de conseils
Chaque fois que quelqu'un venait à la maison, elle lui faisait des câlins et voulait même repartir avec lui !!! Tous les adultes sont interchangeables pour elle.
Pauline est une ado charmante à l'extérieur, polie et sympathique. Elle est pourtant violente à la maison.
Elle fait systématiquement l'inverse de ce qu'on lui demande ou propose.
Mais, je crois que le plus terrible, c'est le mensonge. Même si elle est prise sur le fait, elle peut mentir et RIEN ne peut l'aider a dire la vérité. J'ai essayé de l'aider a devenir honnête mais ça a été peine perdue.

Comme tous les parents, nous avions, mon mari et moi-même, certaines valeurs que nous voulions transmettre mais il a fallu qu'on revoie tout ça à la baisse pour ne garder qu'une valeur qui nous paraissait essentielle, L'honnêteté. Pauline est avec nous depuis 7 ans, et elle continue a mentir et a voler...

En fait Pauline fait ce qu'elle veut et cela depuis qu'elle est chez nous. Nous n'avons aucun moyen de pression.
"Tu peux me punir, je m'en fout, je n'aime rien et je n'aime personne"

Quant à moi, je n'ai pas eu le cœur assez grand pour continuer a lui dire que je l'aimais malgré tout.
J'ai cessé d'essayer.
Quand un chien vous mord chaque fois que vous le caressez, vous arrivez a ne plus avoir envie de le toucher.

Chantal
Messages : 34
Enregistré le : lun. 11 août 2008 10:43

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Chantal » jeu. 13 nov. 2008 14:31

Je ne commenterai pas votre dernière phrase mais vous pouvez imaginer ce que j'en pense, mais je ne cherche pas à jeter de l'huile sur le feu.
Par contre, je vous soumets une idée. Lui avez-vous proposer une pension. Il y en a d'excellentes, avec des activités qui pourraient lui plaire. Ce serait peut-être une solution et pour vous et pour elle.

Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Cloclo » jeu. 13 nov. 2008 14:53

Ophélie,

Votre témoignage me rappelle un certain nombre de "vécus" et va dans les mêmes constats ou observations que nous avons faits. Notamment ça :
" Chaque fois que quelqu'un venait à la maison, elle lui faisait des câlins et voulait même repartir avec lui !!! Tous les adultes sont interchangeables pour elle."

Son cas s'est aggravé, suite à une hospitalisation au service des urgences pédiatriques de l'hôpital proche, après une longue fugue dangereuse pour sa vie.
LA chef de service voulait "en premier" avoir un entretien seule avec elle. Au bout d'un certain temps, nous sommes allés mettre l'oreille contre la porte du cabinet et là, nous avons entendu cette femme, médecin, chef de service dire à notre fille : " Tu sais, tu peux toujours demander à changer de parents !". Pourtant, nous avions bien précisé à cette spécialiste que notre fille avait été adoptée par jugement d'adoption plénière donc irréversible.

A partir de ce jour, tout s'est dégradé : un mois en hôpital, nos visites étaient critiquées car elles "déstabilisaient l'enfant" qui hurlait dans les couloirs, gênant les "vrais" malades. Etc, etc, etc…

Nous devenions les responsables de son état, aux yeux de cette soit-disante spécialiste vers laquelle notre médecin généraliste nous avait orienté car lui-même ne savait plus quoi faire.

Voilà un petit exemple, parmi des milliers d'autres ( voir association PETALES FRANCE) des dégâts que peuvent causer la méconnaissance ou le refus de vouloir découvrir les problèmes d'attachement. Les associations, trop souvent et pour ne pas décourager les postulants à l'adoption, ignorent ou passent sous silence ces difficultés.
C'est une grave erreur, car elles manquent à leur devoir d'information.

Répondre