Notre adoption est un echec .

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Cloclo » dim. 19 oct. 2008 21:14

Chantal (adoptée) et Ophélie (adoptante) mettent en évidence, au travers de leurs propos, ce qu'est le trouble de l'attachement. Un dialogue quasi impossible entre un adopté et un adoptant. L'un n'a pas demandé à être adopté et rend inconsciemment l'adoptant responsable de son "abandon". L'adoptant se culpabilise de voir que , malgré tout son amour, cela ne fonctionne pas et tout le monde autour de lui, tend à lui faire croire qu'il ne sait pas s'y prendre. Or ni l'un, ni l'autre n'est responsable de cette situation. L'un comme l'autre est "victime" d'une situation et d'un passé de l'enfant qui lui interdit de faire pleinement confiance aux adultes.
D'une manière simple et souvent répétée par des enfants adoptés :
" Si vous n'aviez pas voulu m'adopter, je n'aurais jamais été abandonné(e)". Inconsciemment cela signifie, je suis votre cadeau et je vais vous le faire payer. Le motif de l'adoption est inversé par l'enfant car un abandon est inacceptable dans sa tête.
Attention ! Il ne faut pas généraliser et cela ne concerne qu'environ 20% des adoptions (c'est trop), mais cela signifie qu'heureusement 80% des adoptions se déroulent normalement, sans + de problèmes qu'avec les enfants biologiques.

ophélie
Messages : 21
Enregistré le : sam. 18 oct. 2008 12:17

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par ophélie » lun. 20 oct. 2008 06:56

Chantal, vous devenez insultante. Quand je dis, Pauline ne nous parle plus que pour demander un bouquin etc...J'emploie le mot NECESSAIRE . Juste les quelques mots qui lui suffisent pour obtenir ce dont elle a besoin. Cela peut-être un signature sur son carnet de correspondance... Ai-je dit qu'il était anormal de lui payer ses repas ?
Et vous dîtes en simplifié, on doit nourrir et éduquer un enfant. C'est vous qui ramenait ça a l'argent. Je ne lui reproche pas le chèque de la cantine, je dis simplement que dans ces occasions, elle a besoin de me parler et elle le fait, on pourrait échangé autre chose. Je pouvais attendre un peu plus de cette relation. Mais peut-être dire qu'on attend autre chose est aussi politiquement incorrect.

Chacun a ses valises a porter, elle, moi, vous... Mais est-ce un raison suffisante pour POURRIR la vie des autres ?

Les enfants sont innocents et les adultes sont des monstres. C'est pas toujours le cas. Mais les enfants pas très sympas éxistent aussi, comme les hommes battus mais , on en parle moins parce que c'est dérangeant, et souvent difficile a croire !!!


J'ai fait ce témoignage parce que je sais que des futurs adoptants vont le lire et il faut qu'ils sachent que les troubles de l'attachement existent. Moi, je n'en ai pas entendu parler avant l'arrivée de Pauline.

L'adoption est une aventure merveilleuse car n'oublions pas que dans 8 familles sur 10, le lien se tisse mais il reste 2 familles pour lesquelles c'est la galère. Il faut en être avertis, au même titre qu'une femme enceinte sait qu'il existe certaines malformations mais dans l'adoption il n'y a pas d'écho, de triple test ou encore d'amniocentèse. Alors dans ce cas l'information est essentielle. Se parler et témoigner peut aider...

Avatar du membre
Simon
Administrateur du site
Messages : 57
Enregistré le : ven. 3 août 2007 23:40
Localisation : Haute-Savoie
Situation familliale : Marié, 2 enfants
Profession, activité : Ingénieur software
Centres d'intêret : Cyclo-randonnée, écriture, photographie,
Profil adoption : Première adoption en 2005 au Vietnam (MDM).
Deuxième adoption en 2011 au Vietnam (MDM).
emailpersonnel : moderateur.EFA@gmail.com
Contact :

Re: Notre adoption est un echec.

Message non lu par Simon » lun. 20 oct. 2008 09:42

Bonjour,

L'intérêt d'un forum, d'un débat est d'avoir un échange entre personnes averties. Idéalement dans le respect.
Vous n'êtes toutes et tous pas dupes du fait qu'il soit difficile de porter un jugement sur telle ou telle situation en ne lisant que quelques lignes d'un témoignage. Ne tombons pas des raccourcis un peu trop faciles. Restons respectueux dans nos échanges, dans la forme, mais aussi dans le fond. Soyons à l'écoute. L'objectif de ce forum est l'entraide, avant tout.

Avant d'écrire une réponse assurons-nous que nous avons bien compris le message de notre interlocuteur. N'écrivons pas toujours impulsivement, dans l'émotion de l'instant. Relisons-nous. Assurons-nous que notre message ne risque pas d'être mal interprété.

Bonne journée à tous,
Simon.

celine_rose
Messages : 78
Enregistré le : mar. 9 sept. 2008 23:17
Localisation : Romorantin, 41200.
Situation familliale : Mariée, 1 fille de 2 ans et demi
Profil adoption : En cours d'agrément, conclusions à rendre le 15/03/09 pour Comission

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par celine_rose » mar. 21 oct. 2008 15:41

Bonjour,
Je ne suis pas adoptée et pas encore adoptante (procédure en cours...) mais votre difficile témoignage (à écrire et à lire) me touche particulièrement parce que nous avons une fillette de presque 3ans et aimerions lui offrir cette chance d'avoir des frères/soeurs et aimerions avoir une grande famille. La question de l'égoïsme (adopte t-on pour nous ou pour elle ?) s'est posée il y a quelques jours. La question des "risques" d'un problème d'attachement (ou autre rendant l'adoption complexe) venant gâcher le quotidien qu'on aurait juste voulu heureux et léger s'est posé également.
A vouloir adopter ne prend t'on pas un risque (pas pour soi) mais pour l'enfant qui est déjà là?
Votre témoignage montre que cela peut arriver ... Même si le style, la syntaxe peut être sujet à discussion on ne peut pas se mettre à la place de cette famille (tout simplement parce qu'on ne les connaît pas) et on ne peut pas non plus prendre son expérience personnelle comme règle absolue, justement parce que c'est un cas personnel.
Ophélie, 13 ans c'est aussi l'adolescence ... peut être que cela s'ajoute sur les troubles déjà existants de Pauline. Quand j'avais du mal à communiquer avec ma mère, je lui écrivais. Avez-vous essayer de lui ouvrir votre coeur de mère mais aussi de femme via une lettre? Vous dites avoir consulter, qu'est-ce que ces professionnels vous ont conseillé?
Même si tout n'est pas la faute de Pauline - elle ne l'est pas non plus complètement de ses parents ... Cela laisse effectivement songeuses !!
Céline (41)

Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Cloclo » mer. 22 oct. 2008 14:09

celine_rose a écrit :Bonjour,
La question de l'égoïsme (adopte t-on pour nous ou pour elle ?) s'est posée il y a quelques jours. La question des "risques" d'un problème d'attachement (ou autre rendant l'adoption complexe) venant gâcher le quotidien qu'on aurait juste voulu heureux et léger s'est posé également.
A vouloir adopter ne prend t'on pas un risque (pas pour soi) mais pour l'enfant qui est déjà là?
Céline (41)
Cécile Delannoy (mère adoptive et auteur interviewée dans le documentaire "De l'enfant rêvé à l'enfant réel") a écrit un livre (éditions "La Découverte") qui s'intitule: "Au risque de l'adoption".
Son livre est une enquête auprès de 150 famillies adoptives. Elle y parle du risque de Trouble de l'Attachement dont la manifestation s'amplifie évidemment avec l'adolescence. Lisez-le et forgez-vous une conviction en connaissant des risques "probables".

L'adoption reste, non pas une B.A.,mais un acte égoïste de parents postulants. Ce n'est pas une revendication d'un enfant adoptable, sauf lorsqu'il est orphelin de père et de mère. Mais, même dans cette situation, il ne demande pas à être arraché à son pays d'origine.

La France est TRES en retard, dans l'information, la prévention, la détection des troubles de l'attachement au regard d'autres pays francophones (Belgique, Suisse, Québec) et anglosaxons.

Larrylg
Messages : 40
Enregistré le : mer. 22 oct. 2008 16:10
Situation familliale : Marié;
Profession, activité : retraité
Centres d'intêret : Qui gong, Asie, problèmes liés à l'adoption
Profil adoption : un enfant adopté, un enfant bio
emailpersonnel : leekwenlo@orange.fr

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Larrylg » mer. 22 oct. 2008 16:52

En réponse au témoignage d’Ophélie
Pauline souffre-t-elle des troubles de l’attachement ? Peut-être mais ceux-ci ne proviennent pas de son adoption à 7 ans. Peut-être viennent-ils de son histoire antérieure ? A-t-elle été abandonnée dès la naissance, a-t-elle vécu en foyer, a-t-elle été placée dans une ou plusieurs familles d’accueil ? A-t-elle vécu à la rue ?
Une rupture a lieu à 6.5 ans ; elle est transplantée de Madagascar en France ? D’un pays chaud à un pays tempéré et plus gris, d’une vie avec des gens de couleur à une vie avec des blancs, des odeurs tropicales à de odeurs si différentes, d’une culture malgache à une culture française, de coutumes malgaches à des coutumes françaises etc. etc.
Qui n’y perdrait pas la tête ? Troubles de l’attachement, peut-être ? Déracinement, oui !
Et que fait-on à 6.5 ans quand on perd tous ses repères ? On essaie de survivre, on apprend à survivre : on ment, on est violent, on manipule. Ce n’est pas l’adoption qui est en cause, c’est l’abandon, le déracinement, l’impression d’être un objet qui est ballotté, qui tombe dans un abîme sans fond, sans savoir à qui ou à quoi se raccrocher !
Comment dire cette douleur, cette souffrance ? à des visages inconnus, à des gens qui ne parlent pas votre langue ?

Et que dire de la souffrance de cette famille ? N’a-t-elle reçu aucune aide sérieuse ? C’était en 2001 Les problèmes de l’adoption étaient connus. Mais tout le monde se taisait. Malheureusement la majorité des psys de tout poil ne comprennent rien aux souffrances de l’abandon, du moins en France. Pourtant déjà en Angleterre Caroline Archer commencé à mettre sur pied l’association « Family Futures » et l’expliquait dans son livre en 2003, livre traduit en 2008 sous le titre « Traumatisme, Attachement et Permanence familiale » ; cette association regroupant des équipes multidisciplinaires de psychiatres, psychologues, éducateurs, psychomotricien, etc. travaillait avec les familles, parents et enfants, pour essayer de mettre en place les liens familiaux. Egalement aux USA des psychothérapeutes, dont l’une des plus célèbres Nancy Verrier dans ses livres « La Blessure primitive » (2004) et « Renouer avec soi » (2008), montraient les atteintes neurobiologiques dont souffraient les enfants abandonnés et montraient comment y remédier. Le Dr Chicoine, pédiatre canadien, dans ses conférences en France ces dernières années se désespérait de voir comment la France traitait les enfants adoptés. La Belgique montrait un peu la voie et créait à Bruxelles l’Envol clinique de l’adoption.
Pourquoi les associations qui s’occupent d’adoption et qui souvent sont dans le déni de ces problèmes n’ont-elles rien mis sur pied ? Peur de salir l’image de l’adoption ? De faire fuir les candidats à l’adoption ?
Même les associations qui prétendent s’occuper de ces familles en difficultés et manient avec dextérité les notions de troubles de l’attachement n’apportent rien de concret et restent souvent malheureusement au niveau du bureau des pleurs, au lieu de s’organiser au niveau de chaque département pour faire pression sur les responsables des ASE afin qu’ils voient ce qui se passe en réalité, qu’ils créent des équipes pluridisciplinaires spécialement formées : qu’ils aillent se renseigner au Canada ou en Angleterre ! Cela vaudrait mieux que d’accuser les parents adoptants. Hélas ! la frilosité est le maître mot dans ces associations.

Quant à la maman d’Ophélie, je ne sais que vous dire, sinon d’appeler à l’aide. Ce n’est pas un déshonneur ; vous avez besoin d’aide, Pauline a besoin d’aide. En premier prenez de la distance : vous êtes le nez dans le guidon ! Appelez l’assistante sociale de votre quartier et battez vous avec votre mari pour qu’elle voit apporte de l’aide à vous et à votre fille ; remuez ciel et terre. Vous semblez avoir des liens avec EFA. Que fait EFA avec vous, pour vous ? Seule vous ne pouvez pas vous en tirer. Et puis prenez du temps avec votre mari pour voir les choses d’un peu plus loin et à deux. Cela peut-être long, mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ?
De tout cœur
Un père adoptif
22.10.2008

celine_rose
Messages : 78
Enregistré le : mar. 9 sept. 2008 23:17
Localisation : Romorantin, 41200.
Situation familliale : Mariée, 1 fille de 2 ans et demi
Profil adoption : En cours d'agrément, conclusions à rendre le 15/03/09 pour Comission

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par celine_rose » mer. 22 oct. 2008 18:04

Merci "CloClo" pour votre référence bibliographique !
Je vais courir me l'acheter parce que vous avez raison, nous ne sommes jamais assez bien renseigné(e)s.
Je trouve même, qu'au delà des entrevues d'enquêtes en vue des agréments, les adoptant(e)s sont somme toutes, seul(e)s. Et apparemment après l'adoption aussi ...

Nous ne lisons plus de message d'Ophélie depuis quelques jours, j'espère tout de même qu'elle lira nos échanges. Bon courage Ophélie et comme le dit "Larrylg" appelez à l'aide. Ne restez pas seul(e)s, y'a forcément une solution.
Pauline est certainement perturbée mais pensez à vous - vous devez continuer à vivre, vous épanouir en tant que femme & maman mais aussi pensez à elle: il va falloir qu'elle se construise femme & plus tard maman. N'en restez pas là.

Bien à vous, Céline (41)

Cloclo
Messages : 191
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par Cloclo » mer. 22 oct. 2008 22:26

J'approuve tout à fait Larrylg dans son argumentation. Il cite le Dr Jean-François Chicoine qui intervient longuement dans le documentaire cité plus haut et que les télés refusent car il pourrait "nuire" à l'image de l'adoption. Chicoine et ses collaborateurs ne comprennent pas pourquoi en France on dénie le trouble de l'attachement et rend les parents responsables. C'est une manière pour les institutionnels de se dédouaner de leur méconnaissance (ou refus) de cette réalité.
Chicoine dit que l'attachement est un sujet "ANARCHISTE" et qu'un tel sujet mettra 30 ou 40 ans avant d'être pris en considération. Il a d'autant plus raison que nos sociétés créent les conditions du développement de ce trouble, non seulement chez certains enfants adoptés, mais de + en + chez des enfants biologiques.
Comment se fait-il que des gamins de 6 ans deviennent des terreurs à l'école ?
Encore une fois, l'adoption ne doit pas être remise en cause, par contre certains enfants proposés à l'adoption ne l'accepteront jamais, car leur traumatisme leur a fait perdre toute confiance dans l'adulte.
Nier cette évidence, c'est courir droit à un échec.
Ophélie n'est pas seule et elle sait qu'elle n'a pas échoué, malgré les apparences.
Enfin, ces considérations ne reposent que sur une trop longue expérience personnelle.

ophélie
Messages : 21
Enregistré le : sam. 18 oct. 2008 12:17

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par ophélie » jeu. 23 oct. 2008 10:03

Merci Larrylg,

Je vais entrer un peu plus dans les détails de notre histoire.

D'après l'association par laquelle nous avons adopté Pauline, nous avons eu certaines informations sur son passé.

Elle a été emmenée dans un orphelinat à environ 4 ans par son oncle et sa tante après le décès de sa maman. Pauline n'a pas eu de père et son oncle trop pauvre pour s'en occuper la placée. Elle a passé 1 an dans cet orphelinat, puis un an et demi dans un autre à Tamatave (celui ci franco-Malgache étant une maison de transit avant l'adoption).
Pauline a été prévenue de son adoption 7 mois avant son arrivée.

Elle a donc été préparée suffisamment selon les dires de l'association.

Une semaine avant son arrivée, la présidente de l'association m'a téléphonée pour régler les derniers détails de son arrivée à l'aéroport. Durant cette conversation elle m'a dit que Pauline était menteuse, voleuse et capricieuse mais que c'était un trait commun qu'avaient tous les enfants de l'orphelinat car c'était une façon de survivre et que ça passerait rapidement.

Quand Pauline est arrivé, elle n'était pas angoissée, elle n'avait pas peur de nous, elle n'était pas contente non plus...
Le soir même, elle s'est couchée dans son lit et s'est endormie tout de suite. Les soirs suivant se déroulèrent de la même façon.

Elle a été inscrite au CP (grosse erreur), mais le directeur de l'école n'a rien voulu entendre, elle était de l'année correspondant au CP et il n'a pas voulu l'inscrire en grande section.
Pauline s'est très vite acclimatée à sa nouvelle école. Elle a eu de nombreux amis (car elle est très gentille et très sympathique avec les autres enfants) mais elle a eu aussi très vite des difficultés scolaires.

A plusieurs reprises, nous avons demandé le redoublement mais aucun instit n'a trouvé ça nécessaire, quel dommage pour elle car aujourd'hui elle traine en 4 ieme.Je pensais que Pauline souffrirait de sa couleur de peau, de son statut d'adoptée, au contraire, elle est vite devenue une petite victime. La petite noire orpheline qu'on va aider. Elle était celle qui avait été si malheureuse, qu'elle pouvait faire à peu près ce qu'elle voulait. Et malheureusement les vrais problèmes sont passés inaperçus. Ses difficultés a se repérer dans le temps, dans l'espace ainsi que ses grandes difficultés en calcul.

Aux évaluations de 6 ieme, elle était (en moyenne) a 13% de réussite en maths alors que la moyenne de sa classe était a 70%. En français, elle se débrouille un peu mieux. Quand nous sommes allés voir le prof principal, elle nous a dit que le collège c'était comme un cylindre , on entre en bas en 6 ieme et on sort en 3 ième.

Vous me posez la question : qu'on fait les différents professionnels , et bien RIEN
Nous habitons Marseille et nous avons quand même le plus médiatisé des pedo-psy !!!
Nous avons consulté son confrère. Pauline a fait un joli dessin avec un ciel bleu, un soleil et une maison et il nous a dit tout va bien. C'est une petite fille équilibrée et vous êtes des parents géniaux...

Nous avons passés plusieurs mois dans un CMPP. Honnêtement, personne n'a compris ce que nous vivions.
Nous avons aussi vu pendant plusieurs moi une psychologue de l'ASE qui elle nous avait conseillé de placé Pauline dans un foyer en faisant intervenir le juge des enfants. J'ai trouvé ça trop dur. Nous l'avions enlevé de cette orphelinat Malgache, de son pays, de ses odeurs et saveurs, ce n'était pas pour la mettre dans un foyer de l'ASE.

Aujourd'hui, nous ne voyons plus personne. Pauline sait que si elle veut se faire aider, elle peut.

Et nous dans tout ça, on essaie de survivre. J'ai la passion des animaux (des miens et de ceux des refuges) et mon mari fait du modélisme.
Quant à notre fils, il est entré en classes préparatoires cette année et la difficulté de ses études ne lui laissent plus guère le temps de penser à nos problèmes familiaux, je l'espère...

Bonne journée à tous et merci

devika
Messages : 12
Enregistré le : sam. 31 mai 2008 13:00

Re: Notre adoption est un echec .

Message non lu par devika » ven. 24 oct. 2008 13:01

Nous habitons Marseille et nous avons quand même le plus médiatisé des pedo-psy !!!
Peut-être aussi vous faire entendre lors de cette émission : http://www.programme.tv/le-mieux-c-est- ... 469079.php

Adoption : comment éviter l'échec ?

En France, près de 30 000 familles en mal d'enfants attendent de pouvoir réaliser leur rêve : adopter.
En 2007, 4000 enfants ont été adoptés, pour la majorité à l'étranger.
Ces enfants, abandonnés par leurs parents biologiques, retirés de leur pays natal et de leur culture, grandissent entourés de soins et d'amour.
Mais quand l'enfant prend conscience de son histoire, le rêve de ces familles peut se transformer en profond désarroi. Mal-être, agressivité, rancune : leur enfant les rejette et s'interroge sur ses origines. Parfois même, la rupture est totale à l'âge adulte.
-Pourquoi tant de difficultés resurgissent-elles à l'adolescence ?
-Comment rassurer ces enfants et consolider le lien de l'adoption ?
-Quelle attitude les parents doivent-ils adopter face au comportement dangereux de leurs ados ?
Autant de questions auxquelles répondra le Pr Marcel Rufo dans « Le mieux c'est d'en parler », dimanche prochain, le 26 octobre à 17h10 sur France 3.


Prenez soin de vous.

Répondre