Echec de mon adoption.

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
Chantal
Messages : 34
Enregistré le : lun. 11 août 2008 10:43

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Chantal » mar. 28 déc. 2010 11:40

Vous allez dire que j'oppose encore adoptants et adoptés, mais comme par hasard Dom est également adopté... C'est Cloclo, adoptant qui me paraît être le seul à dépasser cette frontière, malheureusement encore existante, et que moi même j'ai bien du mal à dépasser.
22 ans, c'est l'âge de mon fils (bio); la soif d'absolu me semble bien significative de cet âge. La vie n'est pas finie... ils viennent tout juste de régler leur compte avec leur enfance. Pour certains c'est plus dur et douloureux. D'autres n'y arrivent jamais. Lorenzo me paraît l'avoir fait, ce qui est bien difficile vu son parcours et je ne peux que l'en féliciter. Personnellement j'ai mis beaucoup plus de temps et j'arrive, peut-être, tout juste à m'en sortir. Il m'est encore impossible de parler de mon enfance avec mon père adoptif. Il ne parle pas de moi et je ne me reconnais pas dans les souvenirs qu'il évoque.
Quant à l'adoption d'un enfant grand, bien sûr que je n'ai pas la même opinion que Lorenzo. Je crois que l'âge ne fait rien à l'affaire.

Lorenzo
Messages : 7
Enregistré le : mer. 22 déc. 2010 21:12

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Lorenzo » mar. 28 déc. 2010 13:31

Merci pour vos lectures et messages.
Je tiens a remercier ceux qui ont pu l'entendre de son sens premier.

La crise d'adolescence d'enfant adopté est un passage souvent houleux. Beaucoup de parents adoptifs n'en sont pas encore là et clament leur joie. Tant mieux. J'ai vu des drames familiaux d'une rare violence parce qu'en plus le fait d'être adopté n'interdit aucune limite. Tentative de meurtre, bagarre au couteau avec ses parents adoptifs, Insultes quotidiennes, mutisme de plusieurs semaines, suicides et manipulations perverses, sexualités incompréhensibles. Mon témoignage est violent? C'est que vous n'êtes pas passé par ce stade. Vous n'y passerez jamais? Tant mieux.
Alors je ne suis qu'un menteur, névrotique et fasciné par la mort comme l'ont laisser entendre certains. Et bien d'accord. J'accepte tous les qualificatifs. Je m'offusque pas d'être considérer comme idiot. Je ne trouve pas cela insultant comme certains ( si précieux) : j'ai vu et entendu mille fois pire!

Par contre je dedicasse mon témoignage a 5 personnes adoptés. L'une est en prison pour tentative de meurtre, l'une est parent a 15 ans, l'une est solitaire seule et refuse l'amour, l'une a abandonné son enfant, l'une c'est suicidé.

La détresse de leurs parents va bien au delà de mon témoignage. Ce témoignage qui dit a leurs parents conspués et jugés par leur pairs que non. Ils ne sont pas forcément fautif. Peu de monde l'exprime. Moi si. Je suis coupable de ne pas avoir voulu leur amour de 4 a 15 ans âge ou je suis partis seuls de chez eux laissant un champ de ruines familial derrière moi.

Je ne savais pas a quel point le monde des parents adoptifs étaient aussi enfantin. Et se refusait a imaginer des drames. A l'instar de tous parents ont se croient meilleurs que tous, ont est riches intelligents et certains de nos prénotions héritées de nos diplômes. Et cela change de note quand un matin le ton monte et on se fait accusé de ne " pas être ses parents". On passe outre mais le jour ou les coups naissent on pleure. On se sent solitaire. On se tourne vers des associations et forums qui prétendent écouter et lire mais s'empressent de juger et d'oublier. On se sent si triste.


Et Voila qu'un Lorenzo vient témoigner de son côté. Pour ces quelques rares parents qui se cachent.
Si un jour vous vous sentez dans ce cas. Hésitez pas a demander mon mail a ce forum pour en discuter. Pour l'heure je me retire.
En vous priant d'excuser mes propos qui ont violer vos cocons familiaux si parfaitement beaux.
Cordialement.

sand33
Messages : 89
Enregistré le : sam. 7 févr. 2009 02:16

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par sand33 » mar. 28 déc. 2010 13:53

Lorenzo,
Je te rejoins quand tu dis que beaucoup de parents ne sont pas préparés à affronter de tels problèmes. Et même si on y est préparés par des lectures, des témoignages, etc, on n'en prend la mesure que si on y est confrontés. Ensuite, comprendre, ça c'est autre chose...
Bien sûr que la violence de tes propos est choquante et cela fait déjà quelques jours que j'y pense. Maintenant que je l'ai digérée, et grâce à d'autres interventions (merci Dom) je la trouve...je ne sais pas comment dire, je lui trouve du sens dans ton propos.
Tu souhaites te retirer de la discussion ? Je comprends mais je trouve ça dommage car on a beaucoup à apprendre de toi et contrairement à ce que tu penses, tu as beaucoup à donner et à apprendre également
Sandrine

Dom
Messages : 30
Enregistré le : mar. 28 avr. 2009 18:57

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Dom » mar. 28 déc. 2010 14:12

Bonjour Lorenzo,
je crois qu'effectivement ton témoignage dérange....mais pas comme tu le penses...
tu sais il peut être constructif, faire réflechir sur ce que tu as vécu, ressenti, ça peut aider à comprendre et ça ne veut pas dire que tous les adoptés sont comme toi.
Par contre pour ceux que tu connais, je crois que tu les as rencontré dans les divers foyers, hopitaux, consultations... et ta vision des adoptés en est faussée, désolée de te le dire ainsi... !
c'est comme les spécialistes en adoption qui ne rencontrent dans leur consultation que des adoptés qui vont mal, ou ceux qui ne rencontrent que des petits qui "vont bien"....
à EFA tu as tous les cas de figure, des familles qui vont bien, d'autres moins bien et enfin d'autres qui ne vont pas bien du tout.
Ici c'est un réseau d'entraide, d'écoute pour les familles, les adoptés, les postulants, chacun apporte son expérience, sa réflexion.
Dans ton témoignage tu mets le doigt sur la préparation des adoptants ou devrais je dire la non préparation à devenir parents d'un enfant que l'on a pas conçu et qui a une histoire quelque soit son age d'arrivée....
C'est dommage que tu ne veuilles plus accepter le dialogue, je pense que tu as ta place ici.
J'espère donc te retrouver,
Dom(adoptée)

Cloclo
Messages : 190
Enregistré le : dim. 12 oct. 2008 16:52

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Cloclo » mar. 28 déc. 2010 23:06

Après notre vécu que ravive le témoignage de Lorenzo ( douleur et réactions proches de l'histoire avec l'enfant que nous avons adoptée), je veux prendre du recul par rapport à cet épisode de notre vie.

Vous l'aurez remarqué, je n'emploie plus "notre" fille, mais l'enfant adopté. Où est ma certitude ? Où est ma vérité ? Où est SA vérité ?

A ce jour, mais cela peut changer, je compare l'adoption à une greffe. Une greffe, ça prend ou ça ne prend pas. Personne ne peut le dire ou le prédire à l'avance, même si toutes les précautions et informations ont été faites pour prévenir que le risque zéro n'existe pas dans ce genre d'opération.

Toute greffe nécessite deux éléments de base : un demandeur (l'adoptant) et un greffon (l'adopté). La question qui se pose alors est :
" Qui a besoin le plus de l'autre ?".

- Le futur greffé qui considère cette "implantation" comme nécessaire à sa vie, son bonheur, son équilibre, son amour pour autrui, etc ?
- Le greffon qui souffre d'avoir été extrait ou expulsé de son milieu vital et tente de survivre en ne comptant d'abord que sur lui-même et sa propre force ?

Toute greffe nécessite une transplantation. Personne ne peut en prévoir l'évolution. Pourquoi dans une même famille un greffon prend, l'autre pas ? Qui peut prédire qu'il n'y aura jamais de phénomène de rejet, même après quelques années ? Si le rejet ne vient pas du greffé, peut-être vient-il du greffon qui ne supporte plus ou sature de trop de soins et d'attentions qui l'empêchent de se développer à son rythme ou lui font regretter tout un milieu de "survie" qu'il avait fini par affectionner comme une bouée de sauvetage et dont on l'a extrait, parfois sans ménagement ?

La souffrance après cette greffe est-elle plus importante que celle qui l'avait motivée ?

Greffon n'a jamais été une position de "demandeur" ou dans une très faible minorité de cas.
Greffé, l'est sans aucun doute.

Il n'y a pas de jugement à porter, simplement réfléchir aux risques d'une greffe et savoir déterminer très rapidement les symptômes d'un possible rejet, ne pas les nier pour permettre au greffon de mieux s'exprimer. Il ne faut pas s'écouter, mais l'écouter d'abord et ce n'est pas facile, car le transplanté c'est d'abord lui ! ;)

Parvathi
Messages : 10
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 22:51

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Parvathi » mer. 29 déc. 2010 01:33

en même temps, les désordres sexuels dont témoignent Lorenzo sont plus le cas d'enfants victimes d'abus sexuels que d'adoptés.
1) un enfant peut avoir été abusé avant son adoption
2) pire, un enfant adopté me semble plus facilement abusable par un "ami" de la famille, qui aura vite fait de mettre le déséquilibre de l'enfant sur le compte de son passé. Il n'y a pas d'études là-dessus mais les enfants handicapés, les enfants en situation de divorce parental et les enfants malades mentaux sont plus facilement victimes d'abus que les autres car les pédophiles profitent de leur faiblesse passagère ou permanente par rapport à d'autres enfants qui seront plus facilement dépistés (par d'autre problème qui brouille les pistes)

Un enfant peut également être abandonné parce qu'il a une maladie mentale pas toujours visible, identifiée ou déclarée aux services sociaux.

L'adoption n'est pas la seule chose qui construit ou non un lien, qui répare ou crée des problèmes. Il y a plein d'éléments et en cas de soucis, il faut tout examiner.

lhirondelle
Messages : 4
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 00:13

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par lhirondelle » jeu. 30 déc. 2010 01:00

Bonjour,
Juste pour me présenter, je suis maman adoptante d'un petit garçon de 3 ans. Quand j'ai lu la première fois le témoignage de Lorenzo, j'ai ressenti un mal être, une espèce d'angoisse. J'ai peur et je n'ai pas honte de le dire. Peur pour notre enfant, pour son intégration sociale et scolaire, peur pour son avenir, pour la vision qu'il aura de son adoption, de son abandon... Oui, cela me tiraille régulièrement mais que deviendrait la vie si on ne prenait pas de risque? Le plus beau jour de ma vie a été celui où j'ai rencontré mon fils et tous les jours nous savourons cette chance qui nous a été donnée d'être ensemble. Alors peut-être qu'un jour tout ne sera pas aussi idyllique mais quelle est la solution? Ne plus adopter par peur des risques futurs? Alors non, nous parents adoptifs ne sommes pas des idiots ou des des personnes naîves, nous croyons en l'avenir de nos enfants et nous ne nous voilons pas la face. Nous savons que tout ne sera pas simple, qu'il y aura des moments de doutes, de pleurs mais il faut y croire. En y réfléchissant bien, c'est la généralisation du témoignage de Lorenzo qui me dérange, c'est la dramatisation systématique qui me gêne car les prisons ne sont pas pleines que d'enfants adoptés bien heureusement, les suicides ne sont pas non plus le propre des enfants adoptés et la délinquance non plus. On peut voir le mal partout lorsqu'on a une vision bien pessimiste du monde. Alors je ne remets pas en cause les souffrances de Lorenzo mais son témoignage comme tous les ouvrages qui se multiplient sur les risques de l'adoption tendent à stigmatiser l'adoption qui reste avant tout un acte d'amour.
Ludivine

bambou
Messages : 22
Enregistré le : jeu. 21 août 2008 12:23

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par bambou » jeu. 30 déc. 2010 16:44

Merci Ludivine!
Vous avez trouvé les mots que je n'avais pas et moi aussi, en connaissance de cause, je veux penser que tt n'est pas noir....partout et que l'adoption peut aussi bien se passer, comme un enfant naturel!
Merci encore !

Parvathi
Messages : 10
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 22:51

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Parvathi » jeu. 30 déc. 2010 23:31

Quitter ses attaches son pays, ça fait mal... Ne pas du tout avoir de famille, ça fait mal aussi... L'adoption n'est pas un bien mais un moindre mal, si elle est bien faite.
Une "bonne" adoption doit constituer un moindre mal pour l'enfant adopté : s'il risquait de mourir malheureux à 20 ans sans être adopté et qu'il meurt heureux à 40 ans en l'étant, eh bien , c'est un moindre mal et c'est une "bonne" adoption...même si l'espérance de vie en Occident est de 80 ans.

Par contre , les gens qui disent "mais tu serais morte de faim dans ton pays", ça m'énerve car ça ne justifie pas tous les abus des adoptants (dernière en date : rétention de papiers du pays d'origine !)

lhirondelle
Messages : 4
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 00:13

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par lhirondelle » jeu. 30 déc. 2010 23:44

Ce qui me gêne aujourd'hui c'est toute la médiatisation autour des risques de l'adoptioon. Il est difficile pour nous parents adoptifs de vivre avec nos enfants en toute plénitude sans être interpellés par tel ou tel témoignage, par tel ou tel ouvrage, comme si nous avions une épée de Damoclès au-dessus de nos tête. Bien sûr nous devons garder à l'esprit tout ce que suppose l'adoption pour nos enfants mais doit-on s'empêcher de vivre sereinement et au jour le jour avec nos enfants?
Voilà, c'était juste ma façon de voir...

Répondre