Echec de mon adoption.

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
Répondre
Lorenzo
Messages : 7
Enregistré le : mer. 22 déc. 2010 21:12

Echec de mon adoption.

Message non lu par Lorenzo » mer. 22 déc. 2010 22:19

2015/

Merci pour tout vos messages
Après 5 ans j'ai posté un nouveau fil. En laissant celui la afin que chacun lise le cheminement. Veuillez pardonner le ton dans ce fil. J'ai conscience de sa violence mais j'ai été et pensé ainsi. Pourquoi le masqué?

2010/
Petit Témoignage. Toute adoption à l'instar des enfants et leur caractère est unique; il appartient seulement de faire des recoupements. Mon témoignage ne peut souffrir de jugement ni de psychologie, science inexacte et perfectible. Mes remarques personnelles sont le fruit de plusieurs années de réflexions et ne sont pas dénuées de sens dans les circonstances ou elles ont mûrie.


"Je suis un jeune adulte de 22 ans et j'ai été adopté à l'âge de 4 ans. Je témoigne avant toute chose pour les futurs parents. Afin qu'il puisse entendre combien un jeune enfant n'est pas innocent et dans quelle mesure il est parfois préférable de s'abstenir de l'adoption ( sauf pour ceux qui veulent connaître le vrai frisson). Adopter un enfant, c'est comme voir des enfants élever un adulte. C'est aussi improbable que stupide. Une sorte de pièce de théâtre sinistre qui risque de durer toute une vie...
D'abord les parents adoptifs sont d'ordinaires immatures et persuadés de ne pas l'être. Confrontés à un choix qui n'en est pas un; ils se heurtent à leur limites. En bref, des parents qui adoptent ont forcément une raison qui est d'elle même bancale. ( impossibilité d'avoir un enfant, une pseudo-humanité déguisé sous un air naturel alors qu'ils viennent de regarder un documentaire à la télé, unique recours pour pouvoir jouer avec un enfant en faisant comme si c'était le sien, bref un pur égoisme pardonnable car ils sont souvent bien jeunes - la trentaine-).

Je suis arrivé en France. Ayant fait mes première armes dans un orphelinat à l'autre bout de la planète , il est dit par les psychologues que cela peut impacter sur la vie future. Autant dire que par suite, les enfants adoptés toujours plus âgés sont une pure folie. C'est comme jouer au casino; impossible que cela soit gagnant a moins d'une chance improbable. Adopté un enfant de 6 ans par exemple est idiot au possible. Arrivé à 4 ans les probabilités sont 50/50.

Pas de hasard gagnant ou perdant avec moi. je me suis tout de suite considéré comme un enfant adopté. C'est à dire un enfant qu'on entraine chez soi pour jouer mais de mon côté je n'ai adopté personne. Mon défaut principal était ma clairvoyance en ces adultes qui me regardait de leur yeux animalier, j'ai donc décidé de manipulé le jeu. Faire croire ces humains que je les aimait et partir le plus rapidement possible.

Et tout mon début de vie s'est construit ainsi. Manipulant et me servant des gens, pour réussir ce que j'avais envie de faire: partir et vivre pour moi même.

Hélas s'était sans compter sur le fait que nous sommes tous humains. Entre la manipulation et les coups du sorts, des sentiments éclosent. j'ai tout tenter pour les faire s'évanouir. Disparaitre. Je devenais plus méchant , plus cruel a mesure que ces parents s'accrochaient. Leur candeur, leur innocence , vouloir m'aimer alors qu'ils ne représentaient rien pour moi : je trouvais cela pathétique et donc intéressant. Je m'amusais de voir dans leurs yeux mouillés leur espoirs d'amour, leur volonté de complicité aux quels je répondais juste assez pour voir cette étincelle d'amour briller et à ce stade précis , je devenais plus cruel , plus ignorant toujours en suffisance pour voir cette pupille d'espérance se morfondre dans la douleur. Un animal sauvage et intelligent se jouait de ses animaux qui ont eu l'audace de croire qu'il serait à la hauteur de ce que j'étais


Et voilà le troisième volet. L'arrogance, et l'irrationnel orgueil de l'enfant adopté. Ce mal qui me frappait comme nombre d'entre nous. Un orgueil vital et nécessaire. Chaque parent adoptif doit prendre conscience que l'enfant qu'ils vont adopter sera un enfant roi auto proclamé. A mesure que vous lui donnerez de l' amour , ils vomiront dessus et en cachette rêveront d'une famille idéale à l'américaine. IL est impossible de combler leur soif d'amour. Mon orgueil démesuré , qui me défendait d'être aimer par ces gens ordinaires provient du fait de l'abandon de ma mère et de mon père. Ne pas les connaître. Ne pas voir le sourire de ma mère. Ne pas connaitre mon jour de naissance, ne pas connaitre mon nom. Ne pas savoir d'où provient mon visage, mes yeux et mon corps. Je ne suis pas unique mais m'efforçai de le croire. Pour survivre...je tuerai n'importe quel humain s'il me promettait que je puisse voir ma mère. Et qu'elle me murmure au fond le nom qu'elle avait choisi pour moi, et qu'à 5 mille kilomètres de là, pleure encore un enfant de 22 ans en l'accusant de l'avoir oublié. J'espère qu'elle sera fière de moi.

La douleur. Celle qui habite mon âme et mon corps. Est irréversible. Nul ne peut la comprendre. Et personne ne le saura...
Car par devant , les masques que chacun pose sur son visage sont en or et pics de feu sur nos visages oubliés. Nous sommes milles fois comme vous.

Aujourd'hui après être partis de chez moi à 15 ans, après avoir vu les foyers de l'ASE, être suivi par des éducateurs, passés par des familles d'accueil , j'ai une licence de droit. Mais impossible pour moi de continuer. J'ai toujours fui et là je fui encore. Je ne veux pas une vie ordinaire. Si je faisais autant de bêtise étant jeune c'est que j'étais à la recherche de sensations qui me faisaient ressentir la vie au fond de moi. Et là , quelques années après , après avoir déménager 17 fois je travail.

Merci encore à tous ceux qui m'ont soutenu, écouté en pleurs parfois, même si je ne leur ai pas dit par peur de faiblesse je vous aime"


Merci pour votre lecture. Les parents adoptifs si je puis vous donner une clé: il vaut mieux faire une croix sur l'amour de cet enfant qui n'en ai plus un. Considérez le comme un petit adulte, ignorez-le, mais ne le voyez pas comme un bébé. Vous n'avez pas d'enfant et ce sera toujours ainsi.

Séverine
Messages : 11
Enregistré le : mer. 15 déc. 2010 13:29

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Séverine » jeu. 23 déc. 2010 11:26

Merci pour votre témoignage même si il est très dur à entendre et laisse filtrer une grande douleur.

Votre témoignage le laisse supposer, mais je me risque tout de même à vous poser la question: Vous n'avez vraiment aucun espoir de retrouver tout indice sur votre famille de naissance? Etes-vous retourné dans votre pays de naissance et à l'orphelinat?

Etes vous aussi peut-être en contact avec des associations d'adoptés où l'écoute d'une personne ayant connu votre situation pourrait peut-être vous aider dans ce travail de deuil si difficile?

Ne m'en voulez pas si mes questions vous paraissent naives.

Je vous souhaite en tous cas de trouver un peu d'apaisement pour pouvoir continuer à construire votre vie.

Amicalement,
Séverine

prudence
Messages : 78
Enregistré le : ven. 23 avr. 2010 08:48
emailpersonnel : nonnet@wanadoo.fr

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par prudence » jeu. 23 déc. 2010 13:50

Douloureux votre témoignage, heureusement subjectif et sans doute un peu injuste. J'ose espèrer que tous les adoptés n'ont pas votre ressenti, votre douleur, votre amertume....

Il existe des adoptions heureuses et pour les parents, et pour les enfants, il en existe de malheureuses....

Il existe des familles biologiques heureuses, il en existe de malheureuses....

Il ne faut pas généraliser, et heureusement car votre témoignage fait "froid" et peur.

J'ai 4 enfants, ma dernière a été adoptée et je suis convaincue que son amour pour nous ses parents, ses frère et soeurs est bien réel, qu'elle est sincère, qu'elle donne et reçoit sans calcul, qu'elle nous a adopté, que nous sommes sa famille, et j'esp_re bien ne pas être la seule maman dans ce cas

Lorenzo
Messages : 7
Enregistré le : mer. 22 déc. 2010 21:12

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Lorenzo » jeu. 23 déc. 2010 18:22

En effet impossible de retrouver mon père et ma mère. Je n'y suis retourner qu'une fois mais je ne suis pas allé à l'orphelinat. Je suis allé en touriste faire les sommets des montagnes.
Quand au travail de deuil en fait il est inutile. Il est clairement impossible de supprimer une balafre dans le cœur et dans l'âme. Au contraire je pense qu'en parler avec des gens est plus défavorable et empêche d'aller de l'avant.
J'ai suivi des associations d'adoptés et leur protocole. A part se retrouver entre enfants adoptés et lier de solides amitiés, cela ne possède aucun intérêt. Ce genre d'association est plus bénéfique pour les parents.


Bibiderquy/

Il est clairement dit que mon témoignage est unique et ma prétention de faire du général mon unicité n'est pas encore au jour.
L'erreur de comparé des familles malheureuses biologiques avec une famille heureuse adoptive est le pire des faux sens réalisé par des gens ( sûrement honnêtes). Je le répète , si une famille adoptive est assez stable pour accueillir un enfant adopté et que cet équilibre semble se renforcer ou stagner c'est clairement à la simple diligence de l'enfant adopté. Nous seuls décidons si cela se passe bien ou pas car jamais aucun enfant adopté ne considérera ses parents adoptifs comme ses parents. C'est un leurre de le croire. L'erreur des parents adoptifs est de vouloir être nos papa et maman et croire encore en l'amour.


Je pense que la seule manière de voir de l'amour est de tenter de percer les ressentiments de vos enfants adoptés et se battre en cachette pour qu'il oriente sa vie vers SON choix et SES goûts. Beaucoup de professionnel conseil avec erreur de prendre soin de vos enfants adoptés. En fait il faut faire l'inverse. Vivre côte à côté sous le même toit sans chercher une once de ressentiment est la meilleur des solutions pour que l'enfant souhaite vous aimer. La fausse idée qui consiste à dire que ce serait un second abandon vous fera plonger dans l'enfer du je t'aime moi non plus.
En d'autres termes il faut créer un sentiment d'absence pour créer un besoin naturel de renforcement. Nous sommes des enfants qui aimons le pur, le vrai, l'irrationnel. Nous rêvons et chaque pas dans le réel est un échec.

J'ai passer ma vie à détruire celle de mes parents adoptifs et j'ai réussi. Tout cela parce qu'ils ont voulu m'aimer et moi je détestais toute forme démontrée d'amour, de sentiments. J'ai attendu 20 ans pour comprendre qu'il m'était impossible d'aimer quelqu'un.

Si j'ai écris ce témoignage s'est pour les parents et non pour faire une généralité. Je sais que des milliers de parents vivent mon histoire avec leurs enfants mais le cache. Ce forum est là aussi pour dire la vérité.

Pour conclure intelligemment. J'ai repris contact avec ses parents. Impossible de les appeler papa ou maman . Je leur ai expliqué et je me suis excusé. Je ne rejette aucune faute sur eux. Je sais que je suis l'origine du cataclysme. A ce jour j'ai un travail, je bosse en Afghanistan sur des terres désolées ou chaque regard me fait songer à la mort qui plane, qui vole dans ses poussières soulevées par des obus de canons alors que les balles sont consommés par centaines.
Je veux travailler ensuite pour la sécurité des ONG sur des terres de conflits, surtout pour les réfugiés.
Et si je parviens à mes objectifs c'est grâce à ceux que j'ai toujours rejetés: mes parents adoptifs. Je leur ai dit. Qu'il se rassure j'ai détruit leur vie mais la mienne va se réussir grâce à eux. Et cette douleur dans le cœur ce n'est pas de leur faute.

Si j'ai agit dans ce sens c'est que j'ai cru comme nombres d'entre nous que ma blessure se refermerait. j'ai parcouru les villes, le monde à la recherche d'un pansement. j'ai accusé, j'ai condamné. Rien n'y a fait. La drogue, l'alcool,la violence froide, le suicide, tout y est passé mais rien la douleur est présente. C'est devenu ma force.

Amis parents adoptifs bon courage. Bienvenue dans le monde de l'amour perdu.

monsarirose
Messages : 2
Enregistré le : jeu. 23 déc. 2010 18:12
Localisation : Paris
Situation familliale : Mariée
Profil adoption : En cours d'agrément. Pas d'enfant. Moi 33 Lui 27. Projet fratrie 4 à 7 ans en Inde.

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par monsarirose » jeu. 23 déc. 2010 18:47

Bonsoir Lorenzo,

Je respecte tes pensées, tes mots. Ils sont durs à lire mais ils sont vrais et témoignent d'une grande blessure. Beaucoup d'enfants adoptés souffrent de ce que l'on appèle "troubles de l'attachement".
C'est encore assez tabou en France mais le terme est bien connu au Canada et en Belgique.

"Tous les futurs parents se créent l'image d'un enfant rêvé. Pourtant l'enfant réel peut réserver des surprises, avec des comportements inattendus, pénibles ou incompréhensibles. Les enfants souffrent, les parents sont malheureux, mais ils n'osent pas en parler et ne parviennent pas à identifier le mal. Ils se sentent coupables.
Or, l'une des causes majeures peut venir des difficultés d'un enfant à s'attacher et à se sentir en sécurité affective: il a du mal à confier sa survie à un adulte." d' Andréa Negrelli dans son film documentaire "De l'enfant rêvé à l'enfant réel..." Live Production.

Je te souhaite une jolie vie sereine et apaisée. Courage, au bout du tunnel, on voit souvent de la lumière.

frédérique
Messages : 270
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 19:15
Localisation : loiret
Situation familliale : mariée,3 enfants
Profession, activité : musicienne,professeur de formation musicale
Profil adoption : 2 enfants adoptés en éthiopie,via COTS en 2006 et 2008;
co-modératrice du forum
emailpersonnel : fmonnoyer@orange.fr

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par frédérique » jeu. 23 déc. 2010 18:59

lorenzo
vous êtes bien jeune pour dire aux parents ce qu'ils doivent faire, ce qu'ils doivent penser ...
votre témoignage est interessant et certainement important pour vous, mais ne généralisez pas, s'il vous plait !!!
je vous souhaite de trouver la paix !
Frédérique, maman de 3 enfants dont 2 nés en Ethiopie

Sophie D
Messages : 80
Enregistré le : dim. 18 janv. 2009 19:05
emailpersonnel : sophie.dazord@yahoo.fr

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Sophie D » jeu. 23 déc. 2010 20:11

Lorenzo, vous dites ne pas généraliser mais vous sembler bien sur que cela ne marche jamais (sur cette discussion et une autre).
Votre histoire est la votre et je ne suis pas sure que ce qui vous aide le plus à l'accepter et à vivre avec est ainsi de la porter comme un cas général. Il y a des enfants qui à 6 ans ne veulent pas être adopter. Il ne faut pas refuser de l'entendre. Mais ce n'est pas non plus le cas de tous.

Vous êtes vous. Vous voulez qu'on accepte vos choix, votre histoire. Vous avez raison.
Maintenant c'est à vous, à votre avenir qu'il faut penser.

prudence
Messages : 78
Enregistré le : ven. 23 avr. 2010 08:48
emailpersonnel : nonnet@wanadoo.fr

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par prudence » ven. 24 déc. 2010 09:58

Lorenzo je ne vais revenir sur ton témoignage poignant, ta douleur, ta colère. Je pense que si tu avais pu accepter l'amour que te proposais tes parents adoptifs au lieu de vouloir leur faire payer ton abandon tu aurais pu construire plus tôt ce que tu réalises aujourd'hui, mais ceci est dit sans jugement, par contre tu ne peux pas te permettre de parler au nom de tous les enfants adoptés en disant qu'ils ne considéreront jamais leurs parents adoptifs comme leurs parents.
Heureusement c'est faux.
Tu dis qu'on ne peut pas comparer familles bio et familles adoptives, là je te rejoins, la blessure de l'abandon est la plus violente, la plus douloureuse, la plus traumatisante qui soit, mais il y a aussi la résilience, et les enfants abandonnés peuvent faire le choix d'être heureux, d'aimer et d'être aimés.
Je te souhaite une belle route à présent, ton témoignage est violent, plein de colère encore, de désespoir, mais je sais qu'ils existent des adoptions réussies ou parents et enfants sont heureux et s'aiment et ou le lien d'amour est le même que si l'enfant était né du couple, sans pour autant nié son histoire et son vécu précédents.

Chantal
Messages : 34
Enregistré le : lun. 11 août 2008 10:43

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par Chantal » ven. 24 déc. 2010 11:27

Bravo pour ce témoignage lucide et courageux!!!
J'approuve cette idée de laisser l'enfant se développer sans l'abreuver d'un amour qu'il ne veut peut-être pas, auquel il ne comprend rien et dont bien souvent il perçoit les failles beaucoup mieux que les adultes eux-mêmes, car dans cet amour quelle est la part du rêve? de l'égoïsme? Peut-être faudrait-il attendre que le premier pas vienne de l'enfant? Difficile à réaliser.
En tout cas lire ce témoignage ouvre une réflexion qui me paraît nécessaire chez tout adoptant. Les ressentiments émis par Lorenzo vis-à-vis de ses parents adoptifs sont souvent éprouvés , même s'ils ne sont pas toujours exprimés avec autant de violence et de froide lucidité. Et peuvent expliquer certaines situations dramatiques et soudaines (voir le post de l'adoptant qui veut rompre l'adoption avec sa fille).

chrysou
Messages : 27
Enregistré le : ven. 24 déc. 2010 09:51

Re: Echec de mon adoption.

Message non lu par chrysou » ven. 24 déc. 2010 11:36

Bonjour Lorenzo,

Merci pour ce témoignage. Même s'il n'est le reflet que de votre histoire, il éveille sur les sentiments que vous avez pu ressentir en tant qu'adopté. Je rejoins quelques post, dans le sens où il ne faut pas généraliser, chaque adoption est unique, chaque histoire est unique, chaque enfant est unique et chaque parent adoptif est unique. J'ai été très sensible à tous ces ressentis que vous exprimez et si j'ai pu l'être c'est parce qu'en tant que parent adoptif, nous sommes conscients de la blessure indélébile de l'abandon et, même si nous ne pourrons jamais effacer cette douleur, nous pouvons aimer, apporter de l'amour, montrer que l'abandon n'est pas assimilable à un "tu ne valais rien" , montrer que, dans l'adoption, il y a de l'amour et essayer au quotidien d'aider à grandir, d'être aux côtés, de soutenir dans les apprentissages, de respecter son histoire. Ce n'est pas parce que nous montrons de l'amour que nous imposons cet amour. Certains enfants en carences affectives montreront peut être des troubles de l'attachement, mais notre rôle de parents est avant tout d'être des parents de coeur.
Je vous souhaite beaucoup de courage et je suis sure que votre mère biologique serait fière de vous, tout comme votre maman de coeur l'est également. Ne cherchez pas un pansement pour cacher cette blessure, ou d'autres moyens pour vous aider à l'oublier. Pourquoi ne pas essayer d'accepter votre histoire, de prendre conscience de vos réussites comme cette licence de droit (grand bravo), comme votre prise de conscience qui vous aide à transmettre ce message à vos parents adoptifs, et faire de cette colère, cette rage qui est en vous par rapport à vos origines, une force qui pourra vous aider à chercher les moyens d'apporter des réponses à vos questions, sur vos origines pour vous aider, enfin, à vous accorder le droit d'être aimé...
Bon courage Lorenzo.
Chrystele.

Répondre