de l'aide!!!

Vos témoignages d'adoption, heureux ou malheureux, d'adoptant ou d'adopté.
emmanuelle
Messages : 46
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 13:10
emailpersonnel : emmanuelle.campano@laposte.net

Re: de l'aide!!!

Message non lu par emmanuelle » sam. 5 juin 2010 11:26

Merci Valianne d'avoir pris un petit moment pour me répondre.Merci aussi pour le lien, 3min et je me vois ,je m'entends, je pleure...La pièce entière doit être d'une douleur effroyable.Je ne sais pas si je suis encore prête.J'ai lu aussi pas mal de livre de marcel Ruffo, de Nancy newton ( je te les conseille, entre autre: Renouer avec soi du dernier auteur sité).Il m'a permis de comprendre beaucoup de choses, entre autre mon comportement avec les gens que j'aime.Mon acharnement à provoquer mon conjoint dans le seul but qu'il me laisse lui aussi.J'ai toujours cherché les limites de l'amour qu'on me porte, je n'arrive pas à croire qu'on puisse m'aimer assez fort , que je sois une personne qui a le droit de l'être.Je ne m'autorise pas le bonheur, dès que ça va, j'ai peur, et je provoque des situations difficiles pour ma famille.C'est malgré moi, je ne me contrôle pas, et si j'essaie c'est à moi que je fais du mal.Contrairement à toi, j'ai toujours su que j'avais été adoptée.Ma mère m'a abandonnée alors que j'avais 10 jours, ensuite j'ai été placée en famille d'accueil et à 3 mois et demi j'ai été adoptée par mes parents, l'adoption fait partie de moi je l'ai intégrée, je remercie mes parents pour ne jamais m'avoir caché la vérité sur ma naissance.J'imagine à quel point ce doit être destabilisant et choquant, tu sembles avoir beaucoup de courage et une force intérieure énorme.
Je suis très contente que tu m'ais contactée et merci encore .
Amicalement
Emmanuelle

lili1004
Messages : 2
Enregistré le : dim. 6 juin 2010 11:58

Re: de l'aide!!!

Message non lu par lili1004 » dim. 6 juin 2010 12:16

Bonjour à tous et toutes,

Mon époux et moi sommes en plein processus d'obtention d'un agrément en vue de l'adoption d'un enfant.

Afin de me préparer à accueillir cet enfant, j'essaie de lire un maximum de témoignage et je tombe sur le votre, ou plutôt les vôtres. Et je dois avouer que vos histoires me heurtent, et (excusez moi du terme) me surprenne.

Je lis que vos parents vous ont aimés, entourés, supportés, éduqués. Mais malgré cet amour et ce soin, vous êtes meurtries par le manque d'intérêt dans vos vies que vos géniteurs vous portent.

Alors j'aimerai comprendre, notre couple passe par tellement d'épreuves pour enfin fonder une famille, que lire que l'enfant accueilli, même si nous l'aimons, ne sera jamais pleinement heureux, même si nous l'accompagnons dans toutes les étapes de sa vie, recherchera toujours l'approbation de personnes qui ont dès le départ fait le choix de ne pas l'accompagner.

Mes mots sont certainement maladroits, mais soyez certaine qu'il n'y a aucun jugement, juste beaucoup d'angoisse. Dans la démarche d'agrément les sociologues et psychologues nous assurent que le lien du sang n'a que peu d'importance, ce n'est pas ça être parent. Que nous assureront à l'enfant un amour inconditionnel.

Mais à vous lire, ils me semblent qu'ils ne savent pas bien de quoi ils parlent.

Merci de m'avoir lu et merci pour vos éventuelles réponses

Laura
Messages : 19
Enregistré le : jeu. 12 juin 2008 20:29

Re: de l'aide!!!

Message non lu par Laura » dim. 6 juin 2010 18:18

Lili,

Vous m'ôtez les mots de la bouche... Je suis mère adoptive d'un enfant de quatre ans et cette blessure si cruelle dont parlent les adoptés est source pour moi d'angoisse et d'étonnement. Je pensais qu'un père et une mère pouvaient ne pas être les géniteurs de leurs enfants. Et quand j'ai lu sous la plume d'un psychiatre passionnant nommé Thierry Vincent qu'"un père n'est pas un spermatozoïde", cela ma semblait aller de soi... Pour ma part même si je n'ai pas mis au monde mon fils, je me sens pleinement "maman" et "mère" et ne crois pas me leurrer en me disant que le lien du sang ne manque pas et ne me manquera jamais... Pourquoi ce lien leur manque-t-il irrémédiablement à eux ? Sans doute parce qu'ils ont connu cette mère pour avoir vécu avec elle au minimum neuf mois. Nous ne pouvons pas regretter de la même façon ce que nous n'avons pas connu et ne connaitrons jamais (je parle pour moi qui n'ai pas mis d'enfant au monde).
Dans cette souffrance je ne sais pas quelle est la part de ce qui a été construit après coup par les discours tenus par les parents adoptifs ou par l'entourage sur la place et le rôle de ces géniteurs si envahissants. Je ne sais pas dans quelle mesure on peut avoir une influence sur la manière dont nos enfants vivront ces deux faits : la plupart des enfants sont mis au monde par leur maman. Pour nos enfants comme pour une minorité d'autres, ce n'est pas la femme qui les a mis au monde qui est devenue leur maman.
J'ai peut-être tort mais je n'ai jamais dit à mon fils qu'il avait une autre mère ailleurs ou pire encore une autre "maman". Nous lui avons expliqué qu'une dame lui avait donné naissance et n'avait pas pu, pas voulu, devenir sa maman... elle l'a confié à des gens qui ne pouvaient pas donner naissance à un enfant mais qui pouvaient et voulaient devenir père et mère.
Il m'est arrivé de discuter sur ce forum avec des adoptés qui jugeaient choquante ma position sur ce sujet délicat. Tout cela est très compliqué... J'aurais l'impression d'avoir raté quelque chose si mon fils était à 30 ou 40 ans obsédé par ses racines. Je voudrais lui faire comprendre que ce qui importe n'est pas tant d'où l'on vient que ce que l'on devient. Mais c'est valable aussi au sein d'une famille où la filiation est naturelle, et je connais beaucoup de gens ravagés psychiquement par la mère biologique qui les a élevés. Ce qui me trouble et m'attriste dans les message de Valianne ou d'Emmanuelle c'est qu'il semble que leur souffrance a été en partie construite par tout ce qui a été dit sur ces géniteurs, qu'elle est née de ce que ces jeunes femmes ont imaginé à partir de ce qu'on leur a dit. Cette souffrance n'en est évidemment pas moins réelle ou moins déchirante que celle d'enfants qui auraient subi des maltraitances visibles. Ce que je souhaite pour ma part c'est me tromper aussi peu que possible...

Laura

Valianne
Messages : 8
Enregistré le : ven. 4 juin 2010 21:33

Re: de l'aide!!!

Message non lu par Valianne » dim. 6 juin 2010 19:30

Ces deux derniers messages sont tout à fait le discours de la plupart des parents adoptifs. Je pense qu'il vous faut absolument lire le livre de Nancy Newton "Comprendre la blessure primitive". Ce livre reflète exactement ce qu'un enfant adopté peut ressentir consciemment ou même inconsciemment. L'auteur est une mère adoptive et biologique. Elle a donc la lucidité et le recul que beaucoup n'ont pas.

Mes parents ont fait le choix (et je le respecte) de ne jamais m'avouer le début de mon histoire. Pourtant, adoptée à l'âge de 16 mois, l'enfant que j'étais avait déjà un vécu, et mes parents, voulant sans doute me préserver d'un passé qu'ils ne connaissaient pas, ont désiré nier en quelque sorte les premiers mois de mon existence. On change le prénom, on occulte une histoire, on repart à zéro. Et je peux comprendre cette réaction, surtout à l'époque où il n'y avait aucune période d'adaptation pour l'enfant et les nouveaux parents. J'ai eu un papa et une maman qui m'ont donné tout l'amour qu'il pouvait, avec une belle enfance et plein de bons souvenirs. Pourtant, je ressentais un vide et un manque inexplicable qui se faisait violence en moi, à tel point que je me demandais si je n'avais pas quelque chose qui ne tournait pas rond.
Il faut arriver à comprendre qu'un enfant arrive dans votre foyer avec un vécu, une blessure, et qu'il faudra faire avec, que vous le vouliez ou non. Nier cela, c'est partir avec un gros handicap dans les relations futures avec votre fils ou fille. Les psychologues vous adresseront de beaux et grands discours, parfois contradictoires, mais parlez plutôt avec d'autres parents adoptifs, d'autres enfants adoptés devenus adultes et vous arriverez sûrement à mesurer la complexité et la divergence des réactions. Il n'existe pas de vérité première, ni de solutions idéales dans l'éducation que vous choisirez de donner. Mais posez-vous les bonnes questions. Pensez-vous qu'un enfant rejeté par celle qui l'a porté durant 9 mois, peut arriver à avoir confiance en lui et grandir sans avoir enfoui au fond de lui une cicatrice profonde qui l'a amputé d'une partie de lui ? Alors, bien sûr, ce sont des mots, et vous vous dîtes peut-être, qu'un tout petit enfant ne se souvient pas, ne souffre pas, puisqu'il est encore dans la période du non verbal...
Détrompez-vous. En tant que parents adoptifs,( parents tout court d'ailleurs, car vous serez leur papa et leur maman, et il n'en aura que deux, on est bien d'accord), vous aurez un rôle important à tenir, une mission à accomplir, celui de lui rendre cette confiance qu'il a perdu, et vous y arriverez. Seul l'amour peut arriver à combler des manques et à atténuer des souffrances. Mais ne vous dîtes jamais que tout est joué d'avance et que tout est gagné. Un jour ou l'autre, il voudra comprendre, non pas pour s'éloigner de vous, mais pour connaître ses racines, son histoire, et c'est bien légitime.
Pourquoi ceux qui n'ont pas vécu cela, veulent détenir toutes les vérités et avoir des idées toutes faites sur ce problème-là ? Combien de fois ai-je entendu "maintenant c'est le présent qui compte, vous avez eu de bons parents, alors pourquoi vouloir fouiller dans un passé d'où vous n'en tirerez rien de bon?", "A quoi bon savoir qui sont vos parents biologiques, ils vous ont donné la vie, rien de plus!"
Oui, c'est vrai, ils ont donné la vie ainsi qu'une part d'hérédité que personne ne peut nier, ceux qui adoptent donneront tout le reste, et croyez-moi c'est la plus belle partie... Dîtes-vous également que si vous avez la chance de pouvoir adopter un enfant, c'est aussi parce qu'une mère l'a abandonné. Mes parents m'en ont voulu de rechercher ma famille bio, et malgré mes explications, ils ne l'ont jamais accepté. Pas facile pour moi je vous assure. Même à mon âge.
Je répondrai à Laura qui a raison de dire "l'important n'est pas tant d'où l'on vient mais ce que l'on devient". Mais comment peut-on sereinement aborder l'avenir quand on ne connait rien de notre passé? Comment un arbre peut-il se développer sans ses racines? Je dois à mes parents ce que je suis devenue, et je ne regrette rien de ma vie. Si tout était à refaire, je le referai pareil pour les avoir et pour rencontrer tous ceux que j'aime. Mais oui, je suis heureuse d'avoir retrouver ma mère bio, même si elle me fait souffrir par ses mots et son attitude, même si elle n'a jamais rien partagé de ma vie jusqu'à présent. Elle est mon histoire et mon passé premier et pour cela je ne peux renier mon lien avec elle.
Il ne faut pas tout mélanger. Souvent (et je le sais car je connais plusieurs couples qui ont adopté), les parents ont peur dès le départ, qu'un jour leur enfant leur échappe, parce que justement ils ne sont pas leurs parents "de sang". Je crois qu'il convient de parler, d'être toujours à l'écoute de son enfant (qu'il soit biologique ou non!) Et de rester attentif à ses émotions, à ses réactions parfois excessives qu'on n'arrive pas à comprendre. Ne vivez pas constamment avec des craintes qui n'ont pas lieu d'être. Vous serez leurs parents et vous le resterez, mais ne les jugez pas, ne les condamnez pas s'ils ont envie de comprendre à un moment ou à un autre d'où ils viennent.
J'ai deux enfants et comme toutes les mamans, je trouve parfois que c'est un véritable parcours du combattant. Mais c'est une belle histoire et ça vaut la peine de la vivre à 100%.
Bonne continuation!
Valianne

Laura
Messages : 19
Enregistré le : jeu. 12 juin 2008 20:29

Re: de l'aide!!!

Message non lu par Laura » dim. 6 juin 2010 21:12

Valianne,

Merci infiniment pour votre réponse qui me permets une fois encore de nuancer et de remettre en question certaines de mes idées qui précisément ne sont pas toutes faites mais en perpétuel chantier !Je me réjouis de pouvoir discuter avec des adultes adoptés sensés et sensibles et qui comme vous ont du recul sur leur histoire.
Pour ma part je ne crains pas que mon enfant m'échappe, il ne m'appartient pas et j'espère seulement qu'il deviendra un adulte autonome et heureux de vivre. Chaque histoire est singulière. Nous connaissons la famille biologique de notre enfant qui nous a été confié par sa génitrice le jour de sa naissance. Je ne parviens pas à penser que cette femme l'a rejeté, elle l'a confié à d'autres en qui elle avait confiance, si elle a rejeté quelque chose c'est son rôle de mère parce qu'elle se savait incapable de tenir ce rôle pour des raisons qui ne dépendaient pas d'elle... Mon fils sait de son histoire ce que nous pouvons lui en dire, il verra des photos, des lettres quand il pourra et aura envie de les voir. Ce n'est pas du tout le cas aujourd'hui. Nous essayons de maintenir tant bien que mal un lien avec la famille biologique de notre enfant. Et si nous n'y parvenons pas nous ne voulons pas non plus nous acharner à revendiquer pour cette femme un attachement auquel elle semble ne pas tenir pour des raisons qu'il est impossible de connaître vraiment. Nous n'avons pas voulu repartir à zéro. La mère biologique de notre enfant a souhaité une adoption plénière alors que l'adoption simple nous paraissait à nous conforme à la réalité. Nous avons reçu il y a quelques temps le "nouvel" acte de naissance de notre fils. Il est écrit qu'il est né de nous. Je m'attendais à un soulagement immense à la lecture de cet acte qui arrivait quatre ans après la naissance de notre enfant accompagné de notre livret de famille enfin rempli à la page "premier enfant" ! Je savais aussi que la mention né de NOUS ses parents adoptifs me paraissait a priori choquante car mensongère. Mais je ne m'attendais pas à éprouver une telle tristesse et un tel vide. J'avais l'impression de voir rompu un lien qui ne devait pas l'être...

Laura

emmanuelle
Messages : 46
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 13:10
emailpersonnel : emmanuelle.campano@laposte.net

Re: de l'aide!!!

Message non lu par emmanuelle » dim. 6 juin 2010 21:15

Lili, Laura,
Le message de Valianne est , je pense , bien explicite, et tellement vrai.
J'ai été abandonnée par ma mère à 10 jours, puis adoptée à 3 mois et demi.On peut donc penser que je n'ai pas eu le temps de souffrir d'un manque...mais c'est loin d'être aussi facile.Le besoin de retrouver cette femme que je ne connaissais pas et qui pourtant m'a créée, était vital.Il ne s'agissait ,en aucun cas, d'un rejet de mes parents adoptifs, ils sont mon papa et ma maman, et ils sont uniques et irremplaçables.Non! Il s'agissait de comprendre, de savoir, de voir.Je voulais me VOIR dans des traits physiques, je voulais savoir pourquoi elle m'a abandonnée.Si vous saviez combien cela était important.Pour moi ( et ça n'engage que moi) les liens du sang existent, je vous dirais que la première fois que je l'ai vue, j'ai eu un moment de flottement, une sensation étrange, elle ne m'a pas parlé , je l'ai vu arriver sur ce parking plein de monde et j'ai su que c'était elle, c'était une évidence.
Une autre chose m'a frappée, c'est le tout premier contact que j'ai eu avec elle, C'était par téléphone, j'ai d'abord eu son mari, j'étais trés stréssée, puis il me la passée et dès que j'ai entendu sa voix, j'ai ressenti une paix intérieure incroyable, je la connaissais. Et même si aujourd'hui, c'est très très difficile, je ne regrette pas, je suis actuellement en psychothérapie et mon psy me dit " vous devez l'oublier", mais j'ai envie de hurler quand il me dit ça!!!!Je ne le PEUX pas, elle fait partie de moi, j'ai besoin d'elle, l'oublier ce serait comme tuer une partie de moi même.Après , est ce que tous les enfants abandonnés ont ce besoin de recherches de leurs origines? Je ne sais pas.J'ai un frère de 30 ans aujourd'hui, qui dit ne pas souhaiter faire de recherches...Alors peut-être que certains sont plus disposés que d'autres...
Quoi qu'il en soit , je conseillerais de ne pas cacher la vérité à un enfant qui est adopté, et si un jour le besoin de retrouver ses origines se manifeste, le soutenir, l'accompagner et surtout surtout ne jamais juger, et continuer à l'aimer de toutes vos forces.L'amour de mes parents, leur franchise, et leur soutien constant, m'ont permis de remporter beaucoup de combats, la bataille n'est pas encore gagnée, mais ils me tiennent la main, je ne suis plus seule je ne le serais plus jamais...
Merci pour vos témoignages, vos questions, parce que si on pouvait faire avancer un peu les choses, et arrêter de se voiler la face avec des discours préconçus de psy qui n'y comprennent rien, ça serait le paradis, ou presque....
Emmanuelle

Valianne
Messages : 8
Enregistré le : ven. 4 juin 2010 21:33

Re: de l'aide!!!

Message non lu par Valianne » dim. 6 juin 2010 22:08

Emmanuelle,

Plus je lis tes contributions, plus je me retrouve! Mon premier contact avec ma bio s'est fait par téléphone et j'ai d'abord eu son mari! Quand il me l'a passée, sa voix m'a fait un choc, comme si du fond de ma mémoire, s'ouvrait une petite porte fermée depuis 40 ans! Et la première fois que je l'ai "revue" sur ce quai de gare où je l'attendais, l'évidence comme tu dis, quand elle est descendue de ce TGV... Et lorsqu'elle m'a serrée dans ses bras, ça a été tellement fort et indescriptible que je n'ai plus pu parler pendant 1/2heure. Comme si j'étais redevenue une toute petite fille qui se blottissait contre sa mère et qui n'avait d'autre besoin que de contact et pas de mots... Et là, ta maîtrise de toi en tant qu'adulte, ta sagesse et ton côté raisonnable de femme adulte, en prennent un sacré coup! Tu ne comprends plus rien de ce qui t'arrive, le présent t'échappe, tu ne contrôles plus rien...
Juste pour expliquer que oui, comme tu l'écris si bien, les liens de sang existent. Et c'est pour cette raison-là encore, que l'on souffre. La raison seule nous dit d'arrêter de se faire du mal pour quelqu'un qui nous a laissée, mais le cœur en décide autrement.
J'ai également un frère que j'ai retrouvé et qui ne veut pas rentrer en relation avec notre bio. Il a tourné la page. Chacun réagit différemment. Les hommes ont peut-être plus de facilité à se soustraire à ce qui touche l'émotionnel pur.

Surtout, Lili et Laura, écoutez Emmanuelle et ne cachez pas la vérité; un jour elle vous rattrape et elle chamboule tout le monde comme un ouragan qu'on ne peut stopper. C'est du vécu, je suis passée par là, et cela fait trop de dégâts!!

Bonne soirée les filles!

Valianne

emmanuelle
Messages : 46
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 13:10
emailpersonnel : emmanuelle.campano@laposte.net

Re: de l'aide!!!

Message non lu par emmanuelle » lun. 7 juin 2010 13:30

Valianne,
je constate que ton histoire est pratiquement similaire à la mienne, et que nos émotions et ressentis sont semblables.Effectivement, lorsque je suis en présence de ma mère biologique, je ne suis pas adulte, je suis cette petite fille, ce bébé, qui a tant besoin de reconnaissance, j'ai besoin qu'elle me donne le droit d'exister.Et je ne sais pas si elle en est capable, est ce qu'elle m'en a donné le droit un jour? Alors certain me diront que oui, parce qu'elle a mené cette grossesse à terme, mais faire venir au monde un enfant , ce n'est pas lui donner un passeport au droit d'exister.On est arrivé sur cette terre avec , je pense le sentiment de "déranger".On a ressenti toutes les émotions de nos mères, toutes les attaques, et les mots durs qui lui ont été adressés, ou qui nous ont été adressés directement.Alors, comme je le lui ai écrit, comment comprendre et accepter ce que nous sommes, on ne nous a pas souhaité la bienvenue dans ce monde, on a été un "petit paquet" qu'on prend, qu'on éloigne vite de la seule personne qu'il a connu et avec laquelle il ne croit faire qu'un.Le bébé met 6 mois à comprendre que sa mère ne fait pas parti de lui, nous il a fallu qu'on s'adapte, dans la douleur, la peur, le traumatisme.Aujourd'hui, on est adulte, on a réussi à devenir des femmes, des mamans, mais sous les sourires du dimanche au repas de famille, il y a des yeux plein de larmes et des cris de détresse.Comme je l'ai déjà dit, et toi aussi, nous avons deux personnalités; et le plus dur de nos combats est d'admettre que le bébé que nous avons été, doit pouvoir s'éloigner doucement, mais toutes les séparations sont difficiles, d'autant plus quand il s'agit de dire aurevoir à une part si douloureuse et importante de soi.C'est la bataille que je mène au jour le jour, et toi aussi je pense...
Je te soutien de tout mon coeur et j'ai l'espoir qu'un jour on y arrive.
Bien amicalement
Emmanuelle

emmanuelle
Messages : 46
Enregistré le : mar. 11 mai 2010 13:10
emailpersonnel : emmanuelle.campano@laposte.net

Re: de l'aide!!!

Message non lu par emmanuelle » lun. 7 juin 2010 15:42

je voudrais ajouter quelque chose, pour que vous essayez ,parents et futurs parents adoptifs, de mieux comprendre cette motivation acharnée de retrouvailles, qui peut être très douloureuse pour vous.C'est que lorsque vous adoptez un enfant vous attendez d'être RECONNUS en tant que tels, en tant que ses parents légitimes, et bien nous avons (enfants adoptés) ce besoin de reconnaissance de notre mère biologique.A partir de cette reconnaissance vous devenez papa et maman et nous on se donne "parfois" le droit d'exister parce qu'ELLE reconnait notre existance.
J'espère ne choquer personne mais c'est peut être dans ce besoin de reconnaissance que nous nous rejoignons le plus.
Emmanuelle

ATHOR
Messages : 8
Enregistré le : dim. 23 mai 2010 11:20
Situation familliale : remariée, 2 enfants adoptés majeurs, 3 petits-enfants
Profession, activité : Adjoint territorial
Profil adoption : 2 enfants adoptés majeurs (1 par l'ASE de l'AVEYRON, 1 par l'ASE de la REUNION)
emailpersonnel : gevitchicou@yahoo.fr

Re: de l'aide!!!

Message non lu par ATHOR » mar. 8 juin 2010 13:24

A Lili, Laura et toutes les mamans par adoption
Je comprends vos angoisses pour les avoir partagées mais je comprends aussi celles de ma fille Emmanuelle et de beaucoup d'adoptés. Bien sûr, qu'au départ, on s'est toutes dit qu'avec notre amour, nous allions guérir leur blessure causée par l'abandon. Mais notre amour ne suffit malheureusement pas et nous voyons nos enfants souffrir et c'est insupportable. Notre amour les aide mais c'est à eux de faire le travail de deuil pour guérir l'enfant qui est en eux et qui a mal d'avoir été séparé à la naissance de sa mère biologique (on est bien obligé d'employer biologique et adoptante pour bien se comprendre). Nous avons, en tant que parents à faire le deuil de l'enfant que nous n'avons pas procréé. C'est dur, mais nous ne l'avons pas connu alors je suppose que ce doit être quand même moins dur que pour les enfants adoptés, qui eux, ont vécu 9 mois dans le ventre de leur mère biologique avec tout ce qu'ils ont pu ressentir pendant cette période et ensuite quand ils ont été séparés de celle qui leur a donné la vie. Je sais qu'ils ont en eux la capacité de rebondir à ce drame, mais chacun à sa façon, plus ou moins longue.
En tous cas, c'est horrible à vivre de voir son enfant souffrir autant et d'être là, impuissante ... Nous ne pouvons que les écouter, leur parler, mais c'est eux qui font le travail vers la paix avec eux-mêmes.
Merci à toutes les personnes qui aident ma fille par leurs messages.

Répondre