Demande de témoignage

Postez ici vos réflexions sur des sujets d'actualités ou vos questions d'ordre général.
Patricia01
Administrateur du site
Messages : 934
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 13 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 9 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: Demande de témoignage

Message non lu par Patricia01 » ven. 20 oct. 2017 22:53

Pour ce qui est des maladies et handicaps : vous ne pouvez pas tous les connaitre. Mais ça n'empêche pas de définir certaines limites, par exemple réfléchir si vous vous sentez prêt pour : un suivi médical lourd avec beaucoup d'hospitalisation ? Des rééducations en orthophonie, psychomot, etc (avez-vous des professionnels à proximité ?) ? Un traitement lourd ? Un régime alimentaire très contraignant ? Un risque vital (même faible) comme pour le VIH ou l'hépatite ? Une scolarité en établissement adapté ? L'absence d'autonomie à l'âge adulte ? Le regard des autres face à un comportement inadapté / un physique disgracieux ?

Sinon, concernant le discours trop noir : Je pense que les travailleurs sociaux essaient de vous faire comprendre les spécificités de la parentalité adoptive : adopter, ce n'est pas exactement comme faire un enfant. Il arrive avec un passé, des blessures, et il faut se sentir prêt à affronter les éventuelles conséquences des manques dont il aura souffert. Vous le savez, intellectuellement, mais ils veulent essayer de vous faire prendre la mesure de ce que ça représente.
Souvent on songe à la différence physique, on se sent prêt à l'affronter. Mais on se dit inconsciemment que l'enfant va nous ressembler pour d'autres choses.... c'est vrai sur certains aspects. Mais pas pour tout. Le génétique et le vécu avant-adoption jouent un rôle. On peut se retrouver avec un enfant hyperactif dans une famille très calme, un enfant en échec scolaire dans une famille de médecins, un enfant toujours en colère et violent dans une famille totalement pacifique.
Il vaut mieux avoir pris conscience, pendant l'agrément, que l'enfant peut avoir des comportements déroutants, déstabilisants, perturbants, pour savoir y faire face plus tard (et les accepter.... sans se dire que ça va passer, parfois ça ne passe pas comme ça).

Ma plus jeune fille, par exemple, est perpétuellement en colère (contre tout et n'importe quoi, la soupe n'est pas bonne, elle ne sait pas comment s'habiller, on lui a pris son stylo, sa soeur a osé la regarder.... tout est sujet à hurlements !), et très intolérante à la frustration ou à l'échec. On comprend très bien que c'est lié à son histoire, ce qui nous aide à relativiser. Mais même en sachant que c'est "normal", ça peut être franchement usant au quotidien ! Les bonnes idées qu'on avait pour l'agrément, la compréhension de ce genre de situation et les bonnes résolutions, parfois, à l'épreuve des faits, c'est dur à tenir... et ça finit parfois par "file te calmer dans ta chambre, on veut plus te voir à table!" (ce qui ferait bondir les AS, et qu'on ne disait jamais les premières années). Heureusement qu'on les a prises un jour, ces résolutions, ça aide à fixer un cap. Elle a aussi une certaine tendance à la kleptomanie (mais si jamais on le découvre c'est un drame insurmontable pour elle). L'équilibre est dur à trouver entre ne pas en faire un enfant-tyran et accepter les conséquences de son passé.
En plus courant : pendant plus d'un an elle a été incapable de s'endormir seule (je passais 2h dans sa chambre le soir à l'endormir, et parfois rebelote au milieu de la nuit).... Puis sa grande soeur a eu, vers 7 ans, un retour inopiné d'angoisses d'abandon qu'elle ne parvenait pas à surmonter, avec angoisses nocturnes, énurésie pendant plusieurs années (2 changements de draps par nuit!).... j'étais un vrai zombie au boulot, j'ai trop peu dormi pendant quelques années, même à temps partiel ça devenait dur.
En plus rare : ma grande "sans particularités" a finalement un léger retard mental.... pas forcément simple à vivre, à accepter.

Bref, ils veulent vous préparer au fait que l'enfant qui arrivera sera forcément différent de ce dont vous rêviez, et qu'il faudra s'adapter. Une partie de son passé vous échappera toujours, une souffrance peut rester tout au fond de lui et peut se manifester de diverses manières. Bien savoir qu'il sera et deviendra peut-être tout autre que ce que vous auriez voulu.
Et les échecs, ça existe, parfois simplement parce que les couples n'ont pas été suffisamment préparés à cela (d'où le fait qu'on essaie de plus les sensibiliser qu'autrefois), parfois parce que l'enfant était trop en souffrance pour créer un lien. Et même sans échec, l'adoption n'est pas une belle histoire tranquille, il y a des hauts et des bas. C'est normal qu'ils insistent pour que vous vous prépariez à tout...
Bon courage ! Et lisez ce que vous trouvez sur la question...
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 12 et 8 ans

Anne laure
Messages : 6
Enregistré le : mar. 17 oct. 2017 20:47

Re: Demande de témoignage

Message non lu par Anne laure » sam. 21 oct. 2017 07:58

Bonjour,
Un grand merci à tous pour ses témoignages qui en effet fait prendre conscience de beaucoup de chose.
Nous savions que le parcours serait long et parfois douloureux dans l attente mais tous vos témoignages nous encourage à continuer notre démarche.
Mon mari et moi sommes contient que tout ne sera pas rose mais nous savons aussi que l on a les épaules pour y surmonter.
Nous savons maintenant ou sont nos limites avec tout ce que j ai lu sur le forum.
Un GRAND MERCI à vous d avoir livré vos histoires car ça me touche réellement et l adoption n est pas à prendre à la légère, c est ce que pensais avant de m inscrire sur le forum.
Vos histoires je les imaginais dans ma tête mais je pense ne pas assez les exprimer auprès de L'AS, je le ferais le 5 décembre prochain.
Je suis très sensible mais à fort caractère et même si des moments sont dur à l arrivé de l enfant la plus part les histoires finissent bien et tout le monde reste heureux.
MERCI
Anne laure

Répondre