Rôle de l'assistante sociale

Questions relatives aux premières démarches et à l'agrément.
Répondre
Choco
Messages : 24
Enregistré le : jeu. 3 août 2017 15:56

Rôle de l'assistante sociale

Message non lu par Choco » jeu. 5 juil. 2018 17:39

Bonjour,
Lors de la procédure d'agrément, l'A.Sociale peut elle émettre un avis réservé d'un point de vue psychologique, alors le rapport de la psy est justement positif ? Quel est le rôle précis de l'Ass.Soc. dans l'évaluation?
Merci !

papotage
Messages : 19
Enregistré le : mar. 3 nov. 2015 22:06

Re: Rôle de l'assistante sociale

Message non lu par papotage » ven. 6 juil. 2018 15:20

Bonjour,
Comme pour votre question sur la commission d'agrément, vous trouverez vos réponses dans les documents officiels qui traitent de ces questions. Par exemple en lisant les référentiels à disposition des professionnels pour cette évaluation, publiés par le ministère, notamment:
https://docplayer.fr/26435041-Referenti ... ption.html

Extraits (il y a aussi les infos dans les annexes):
"Le partage des missions du travailleur social et du psychologue ne se fera pas tant autour des thèmes à aborder qu’à partir de logiques d’entretien différentes, les réalités externe (sociale, économique, éducative) et interne (psychique) étant bien évidemment liées. Un même thème, abordé avec le travailleur social puis le psychologue, pourra avoir un développement différent en fonction du mode d’approche de son interlocuteur et du niveau d’élaboration du candidat d’un entretien à l’autre.
Le travailleur social a en charge l'organisation de la visite à domicile et l’évaluation du contexte social et éducatif (disponibilité vis-à-vis de l'enfant, évaluation des facultés d'adaptation des candidats à lui aménager un cadre de vie épanouissant et sécurisant, tout en respectant son histoire).
Le psychologue doit apprécier le contexte psychologique dans lequel est formé le projet d’adoption."

"L’évaluation socio-éducative
L’article R. 225-4 du Code de l’action sociale et des familles précise que le travailleur social doit évaluer « la situation familiale, les capacités éducatives ainsi que les possibilités d’accueil en vue d’adoption d’un enfant pupille de l’État ou d’un enfant étranger ».
Pour mener à bien cette mission, le professionnel doit mener au minimum deux entretiens, dont l’un impérativement au domicile du ou des candidats.
L’objectif est d’évaluer l’environnement social et familial dans lequel va s’intégrer un enfant, la place qui lui sera faite au sein du couple et de la famille ainsi que la capacité des parents à s’adapter aux besoins de l’enfant en fonction de son développement.
Ainsi, de manière générale, le travailleur social sera amené à évaluer : la composition du foyer, le fonctionnement de la famille, le cadre de vie, la
conception du rôle éducatif, le mode de communication avec l’environnement, les démarches vers l’adoption (sur le plan administratif et au
niveau personnel) et la place de l’enfant dans l’imaginaire et dans le quotidien. La question du budget est également un point de la compétence
du travailleur social à ne pas négliger."

"L’évaluation psychologique
Dans le cadre de sa mission, le professionnel doit évaluer « le contexte psychologique dans lequel est formé le projet d’adopter » (article R. 225-4
du Code de l’action sociale et des familles).
Il sera ainsi amené à évaluer les motivations des candidats, leurs représentations à propos de l’enfant désiré, leur mode de vie et de relations
intrafamiliales, leur capacité à devenir parents en lien avec leur histoire personnelle et familiale, leurs attentes en tant que futurs parents et leurs
capacités d’identification à un enfant réel. Il doit aider à faire advenir le projet d’enfant, en essayant de faire dire explicitement ce qui était de
l’ordre de l’implicite.
À cette fin, il doit mener au minimum deux entretiens avec le ou les candidats.
Il est important de bien définir préalablement le champ de son investigation. En effet, dans le cadre de l’adoption, le roman familial de l’enfant
se heurte à celui de l’adoptant. Il peut faire resurgir des problématiques intimes du ou des candidats susceptibles d’affecter les mécanismes de
protection que celui-ci s’est constitué au cours de son histoire.
Le professionnel doit donc repérer avec précaution, ce qui est susceptible de faire écho pour le ou les candidats dans leur propre histoire pour que
l’arrivée de l’enfant ne réactive pas certaines problématiques que les candidats ne sont peut-être pas en mesure de dépasser.
À ce titre, le rôle du psychologue est très délicat, mais il doit notamment garder à l’esprit qu’il n’a pas compétence pour poser un diagnostic
et que ce qu’il est tenu d’explorer doit toujours avoir un lien avec l’adoption et bien s’inscrire dans sa mission d’évaluation du contexte psychologique du projet d’adoption."

Répondre