Questions, beaucoup de questions

Questions relatives aux premières démarches et à l'agrément.
Maï
Messages : 6
Enregistré le : ven. 4 oct. 2019 14:06

Re: Questions, beaucoup de questions

Message non lu par Maï » lun. 7 oct. 2019 10:46

Merci pour vos réponses à toutes.
Je ne suis ps découragée ;) cette aventure fait un peu peur mais c’est vraiment ce que l’on veut !
Je vais dès aujourd’hui me rendre en librairie pour voir le livre dont vous me parlez. J’ai aussi pris contact avec le secrétariat de L’EFA de mon département. Étant limitrophe entre deux je préférais m assurer que j’écrive au bon endroit.
Aussi pour celles qui sont déjà maman adoptive, comment se sont passés vos parcours? Vos réactions lors de l’annonce qu’un enfant vous attendez? La rencontre? Vos enfants avez quel âge?
Je sais que c’est un peu tôt, mais j’ai lu tellement de choses que j’ai besoin d’avoir vos vécus.
Merci de vos retours :)

Fifoune
Messages : 275
Enregistré le : lun. 25 juil. 2011 17:12
Localisation : IdF
Situation familliale : Mariee
Profession, activité : Assistante de direction
Profil adoption : Heureuse maman de F. arrivée d'Haïti en 2009 à 4 ans et 2 mois (procédure individuelle, 34 mois d'attente), de H. arrivé de RDC en 2016 à 6 ans et demi (OAA, 50 mois d'attente) et de G. né en France et rencontré en 2019 à l'âge de 4 ans.
emailpersonnel : delphine.francou@gmail.com

Re: Questions, beaucoup de questions

Message non lu par Fifoune » lun. 7 oct. 2019 11:30

Rapidement, en ce qui me concerne :

Nous avons eu notre premier agrément en 2005, nous avions 26 et 27 ans, à l'époque l'étranger était plus rapide que la France. Après quelques tatonnement (des pistes avortées pour la Russie et la Colombie), nous avons finalement postulé à Haïti en individuel auprès d'une crèche qu'on nous avait recommandée. On a été apparentés le 21/10/2006 à notre fille qui avait alors 15 mois. On a attendu 34 mois avant de pouvoir aller la chercher... on savait les procédures longues, mais on a fait parti des plus longues. Ca a été éprouvant mais on s'est accroché. On a été la chercher le 27 août 2009, elle avait 4 ans et 2 mois (notre agrément était pour un enfant jusqu'à 3 ans, on l'a fait réajuster en route).

Nous ne voulions pas que notre fille reste fille unique, donc assez rapidement (1 an après son arrivée), on a demandé un nouvel agrément, qu'on a obtenu en juillet 2011 pour un enfant jusqu'à 6 ans. A l'époque c'était une ouverture assez intéressante, on a eu rapidement plusieurs pistes, on a commis l'erreur de se diriger vers la RDC qui était "à la mode" et où l'OAA qui nous a accompagnés était totalement incompétente (mais nous l'avons su trop tard). Nous avons été apparentés en avril 2012 à notre fils alors agé de 2 ans, mais rapidement devant le nombre de dossiers et le doute sur certaines procédures, l'état congolais a tout bloqué. Il n'a jamais levé les doutes, mais tout a été gelé pendant quasiment 3 ans et nous avons été chercher notre fils en juin 2016, plus de 4 ans après notre apparentement, il avait alors 6,5 ans. Nous avons appris rapidement grâce à lui que son dossier était erroné, ce qui n'était finalement pas vraiment une surprise mais qu'on doit aujourd'hui encore gérer avec lui au quotidien.

Cette 2ème procédure nous a vraiment éprouvés pourtant nos enfants se portent à merveille et sont bien dans les baskets, à l'aise avec leurs histoires. Du coup il y a un an, l'envie nous a pris de remettre ça ;) Nous avons donc demandé un nouvel agrément encore plus ouvert (pour un enfant jusqu'à 9 ans avec éventuellement une histoire difficile), nous l'avons obtenu très rapidement (en 6 mois), et moins de 2 mois après nous étions apparentés à notre fils de 4 ans, né en France. La rapidité de la procédure aurait pu nous déstabiliser, mais notre fils a une telle volonté de s'intégrer qu'il nous a embarqué avec lui et qu'en quelques mois à peine (il est avec nous depuis moins de 4 mois), il nous a permis de trouver nos marques à 5.

Voilà pour notre histoire, si je la partage c'est pour démontrer qu'en adoption il ne faut s'attendre à rien mais se préparer à tout, qu'il faut être solide et soudé, et surtout mettre l'enfant au coeur du projet pour l'accompagner au mieux et pour que chacun trouve sa place. Pour nous aujourd'hui tout se passe bien à la maison et on apprécie notre chance (sans jamais présumer de l'avenir), mais il faut avoir conscience que parfois l'arrivée de l'enfant qu'on a tant idéalisé bouscule la famille, et que tout n'est pas toujours aussi rose qu'on l'imagine : lire les témoignages ici ou ailleurs est important pour s'en rendre compte et se préparer.

Delphine
Delphine (42 ans) maman d'une puce de 14 ans (Haïti, 2009), d'un ptit gars de 9 ans (RDC, 2016), et d'un mini gars de 4 ans (France, 2019).

Maï
Messages : 6
Enregistré le : ven. 4 oct. 2019 14:06

Re: Questions, beaucoup de questions

Message non lu par Maï » lun. 7 oct. 2019 12:54

Merci pour ce retour Fifoune!
C’est tout ce que j attends, des témoignages comme le votre. Où on nous raconte la vraie vie!
Je ne pensais pas qu’il y avait un délai si long entre l apparentement et l’accueil de l’enfant.
Ça a du être difficile et long d attendre. Mais ca ne vous a pas refroidi pour la suite :D
Ça fait une belle famille pour le coup!
Merci à vous et puis si d’autres personnes veulent me partager leur expérience je suis preneuse

Fifoune
Messages : 275
Enregistré le : lun. 25 juil. 2011 17:12
Localisation : IdF
Situation familliale : Mariee
Profession, activité : Assistante de direction
Profil adoption : Heureuse maman de F. arrivée d'Haïti en 2009 à 4 ans et 2 mois (procédure individuelle, 34 mois d'attente), de H. arrivé de RDC en 2016 à 6 ans et demi (OAA, 50 mois d'attente) et de G. né en France et rencontré en 2019 à l'âge de 4 ans.
emailpersonnel : delphine.francou@gmail.com

Re: Questions, beaucoup de questions

Message non lu par Fifoune » lun. 7 oct. 2019 13:21

Tous les pays ne fonctionnent pas comme ça (apparentement en avance de phase) mais c'est vrai que c'était le cas des 2 pays où nous avons été, et nous avons en plus joué de malchance (les délais ont été plus longs que prévu à chaque fois).
Haïti fonctionne encore comme ça aujourd'hui (avec en + un voyage à effectuer en cours de procédure pour une rencontre et le jugement d'adoption... ce qui est encore + dur pour tout le monde à mon avis), mais les adoptions sont fermées en RDC. Le Congo Brazzaville, qui est un des derniers pays où l'adoption individuelle est encore possible, fonctionne comme ça aussi, mais la plupart des autres je ne crois pas (l'attente a lieu avant l'apparentement et le départ rapidement derrière).
Delphine (42 ans) maman d'une puce de 14 ans (Haïti, 2009), d'un ptit gars de 9 ans (RDC, 2016), et d'un mini gars de 4 ans (France, 2019).

papotage
Messages : 20
Enregistré le : mar. 3 nov. 2015 22:06

Re: Questions, beaucoup de questions

Message non lu par papotage » ven. 11 oct. 2019 13:59

Bonjour,
Maïlys, bienvenue dans ce monde de l'adoption. Je rebondis car vous avez écrit plusieurs fois "c’est difficile d'exprimer et de mettre les mots juste sur ce qu’on a en tête". Je crois que justement, une grande partie du travail que vous avez à faire à cette étape, pour notamment préparer au mieux les entretiens que vous allez avoir, c'est d'arriver à mettre des mots. Pas uniquement avec votre compagnon avec lequel à priori vous arrivez à bien vous comprendre et que vous connaissez bien, mais avec des inconnus qui n'auront pas la connaissance de votre vécu, vos références, vos valeurs...
Etre 100% clair avec soi-même ne suffit pas dans cette filiation, il faut aussi être clair avec les différents interlocuteurs tout au long du parcours (car il n'y a pas que les entretiens pour l'agrément, il y aura ensuite les échanges avec les OAA, avec le service Adoption de votre département si ils veulent creuser votre dossier pour un pupille pour le conseil de famille...).
De mon expérience de maman, cette mise en mots préalable est aussi très utile une fois l'enfant arrivé. Car bien souvent lui aussi questionne (notamment le pourquoi avoir choisi d'adopter), et s'il y a une personne avec laquelle il faut être le plus clair possible, c'est lui! Pour expliquer j'entends, pas pour le convaincre car il pourra voir un avis différent du votre et ne pas juger votre choix pertinent ou acceptable (et vous devrez l'entendre).
Concernant la réaction de vos familles, je vois ça dans le même état d'esprit. Si vous vous lancez dans une démarche d'adoption, de toutes façons, ils finiront bien par le savoir donc autant que vous maîtrisiez votre communication. Soyez au clair sur votre démarche, dites leur et c'est tout. Vous n'avez pas à les convaincre et n'attendez pas d'eux qu'ils vous comprennent tous. Vous verrez bien au final ceux qui pourront être soutenants pour le parcours (souvent ceux qui le seront aussi une fois l'enfant arrivé) et ceux à éviter. Je crois avoir dans ma famille des personnes qui pensent encore que nous avons adopté parce que nous ne pouvions pas avoir d'enfant biologique; ça ressort avec des phrases "ah, j'ai vu Machin et Machine; ils sont comme vous; ils ne peuvent pas avoir d'enfant donc ils veulent adopter". Au début de l'aventure, je m'évertuais à préciser "ah oui, comme nous, ils choisissent la filiation adoptive". Après 10ans de vie de famille, je laisse passer ce type de phrase, et plus généralement tout ce qui n'affecte pas mes enfants. Je crois que certaines personnes ne peuvent simplement pas avoir une autre grille de lecture que la leur, car ça vient toucher, même si c'est votre histoire, leur propre intimité. Je ne sais pas exactement ce que vous sous-entendiez avec "peur de leur réaction", mais construisez votre projet avec tous les gens avec lesquels c'est possible, et les autres, tant pis, continuez avec eux comme avant.
Pour les "chances" d'avoir l'agrément et surtout d'accueillir un enfant par la suite, ça dépend beaucoup de votre préparation à la filiation adoptive. Vous pouvez voir toute la bibliographie sur le site de la fédération EFA: choississez ce qui vous attire (guide, témoignage...), abonnez vous à la revue Accueil publiée par EFA et surtout rencontrez du monde.
Bonne journée

Répondre