Adoption et déménagements

Pour échanger sur la vie de tous les jours, parler des soucis et joies rencontrées : adaptation, scolarité, difficultés relationnelles ou comportementales.
Répondre
PaulineNjombé
Messages : 2
Enregistré le : mer. 12 avr. 2017 12:29
emailpersonnel : paulin.bonneviot@gmail.com

Adoption et déménagements

Message non lu par PaulineNjombé » jeu. 13 avr. 2017 09:16

Bonjour à tous,

Nous nous posons des questions sur les impacts psychologiques d'une expatriation pour un enfant adopté : outre le fait de déménager tous les 4 ou 5 ans, les enfants qu'ils côtoieront seront susceptibles de déménager eux aussi régulièrement. Autant nous pouvons influer sur nos déménagements à nous et les espacer au maximum, voire s'installer complètement, autant nous ne pourrons pas influer sur les déménagements des amis des enfants. Autant de ruptures et de changements liés aux déménagements ne sont-ils pas un "point de blocage" pour une adoption ?

Nous avons du mal à trouver des informations spécifiques ou des témoignages sur ce sujet des déménagements…

Merci par avance,

Pauline et Aurélien

Patricia01
Administrateur du site
Messages : 909
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 10 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 7 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: Adoption et déménagements

Message non lu par Patricia01 » ven. 14 avr. 2017 23:19

Déjà, vous êtes conscient du fait que ça peut être problématique, c'est une bonne chose ! Parce que oui, tous ces changements, c'est plus perturbant pour un enfant adopté que pour un enfant "fait maison". Mais ça ne veut pas dire que ce n'est pas gérable. Puisque vous êtes conscient de la difficulté, ça veut dire que vous allez essayer de contrebalancer les effets néfastes de tous ces changements, peut-être en mettant en place des choses qui, elles, ne changeront pas, des repères stables, qui ne seront peut-être pas leurs copains d'école mais d'autres figures stables.... et vous allez trouver comment accompagner votre enfant dans tous ces deuils qu'il devra faire. Et puis via internet, il y a moyen de faire des transitions plus douce pour ne pas perdre définitivement le meilleur ami qui a déménagé.
Bref, c'est effectivement un peu plus compliqué, ce genre de situation, mais vous le savez et vous allez trouver un moyen de gérer ça. Ce n'est pas un point de blocage. C'est peut-être une fragilité qu'il va falloir réussir à compenser, c'est tout. D'un autre côté, le fait que vous soyez capables de vous adapter vous-mêmes très bien à tous ces déménagements et changements d'environnement, ça peut aussi être un atout pour votre dossier (mais les travailleurs sociaux aiment bien qu'il y ait aussi un bon ancrage familial, c'est-à-dire que vous ayez aussi de la stabilité dans vos relations, notamment familiales.... parce qu'il faudra donner des racines à votre enfant, j'imagine).
Bonne réflexion ! N'hésitez pas à en parler avec les travailleurs sociaux, à avancer des pistes, ils apprécieront de voir que vous y avez réfléchi.
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 12 et 8 ans

Répondre