souplesse éducative

Pour échanger sur la vie de tous les jours, parler des soucis et joies rencontrées : adaptation, scolarité, difficultés relationnelles ou comportementales.
Répondre
annesad
Messages : 1
Enregistré le : jeu. 7 juin 2012 09:25
emailpersonnel : annesad@hotmail.fr

souplesse éducative

Message non lu par annesad » jeu. 7 juin 2012 09:36

bonjour,

j'ai adopté un petit garçon quand il avait trois semaines, mais malheureusement, nous nous sommes séparés très vite avec son père, ce qui fait qu'il n'a jamais vécu avec lui. Aujourd'hui ce petit garçon a sept ans, et présente des troubles du comportement du type opposition aux adultes, mensonge, difficulté à rester en place, difficulté à rentrer en relation avec ses copains, tendances à la bagarre.... Je vis depuis avec mon compagnon qui s'occupe très bien du petit, mais nous sommes en conflit sur la question de la souplesse éducative. Je prétends qu'il convient d'aller chercher mon fils là où il est avec ses difficultés et qu'il est inutile d'exiger de lui plus qu'il ne peut donner, en l'occurence qu'il est inutile de l'obliger à ranger sa chambre ou a faire ses devoirs s'il ne le veut pas, mon compagnon considère pour sa part que non rangées, les affaires dans sa chambre vont s'abimer, que le petit doit obéir et qu'il n'y a pas a discuter sur ce sujet, et que je suis beaucoup trop laxiste dans ma manière de faire. J'imagine que ce type de conflit se trouve dans d'autres familles, et je cherche des personnes avec lesquelles partager sur ce sujet.
Bien à vous

Annesad

sou
Messages : 51
Enregistré le : ven. 8 août 2008 18:51

Re: souplesse éducative

Message non lu par sou » jeu. 7 juin 2012 10:56

Bonjourn
voici mon avis,
si on laisse un enfant faire ou ne pas faire selon son desir, cela peut paraitre sans importance quand il est petit car il s agit de petites choses sans consequences graves pour lui ou pour les autres, et plus tard quand il sera un grand ado ou adulte qui continue à ne tenir compte d aucune regle cela devient grave pour lui et pour les autres.
ce n est pas facile d obliger un enfant à respecter des regles et ce meme quand elles ne lui plaisent pas, mais c est le devoir des parents qu ils soient parents bio de l enfant ou parent adoptifs. les enfants eux memes bien qu ils protestent contre l encadrement,
ont plus de respect pour celui qui les encadre que pour celui qui lache.
pour ma part je connais la situation d obliger les enfants, c est un stress quotidien, mais j ai tenu et je continue à tenir et je ne le regrette pas, car je constate que certaines regles ont été integrées. et ce n est pas fini car mes enfants sont encore à l ecole, college et lycee et sentent l encadrement malgré leur resistance comme une marque de fort interet, et d encouragement à grandir et aller vers l intdependance. au cours du temps j ai du ajuster pour me concentrer d abord sur les regles essentielles et adapter mes exigences à la capacité des enfants.
Si on arrive pas tout seul il faut se faire aider par l entourage, qui en validant la justesse des exigences des parents facilent leur acceptation par les enfants.
je crois qu il ne faut jamais ceder sur les regles essentielles et la premiere d entre elles c est le respect des parents, des profs etc.. le sens du respect doit etre integré le plus tot possible.
je ne sais pas quels sont les outils des autres familles, moi j ai utilisé parfois dans des moments difficile, des moyens incitatifs en rapport avec ce que les enfants aiment le plus, et bien avec mesure et proportionalité.
Je reste toujours en attente de trouver de nouvelles pistes car avec l age il y a de nouvelles activités qui arrivent et qu il faut arriver à encadrer de facon juste.
bon courage

Avatar du membre
marianne
Messages : 159
Enregistré le : lun. 26 janv. 2009 10:26
emailpersonnel : marianne_zanettin@yahoo.fr

Re: souplesse éducative

Message non lu par marianne » jeu. 7 juin 2012 11:32

C'est une vaste question qui n'a pas grand chose à voir avec l'adoption, il me semble...
Je suis assez d'accord pour des règles strictes, mais il faut aussi savoir choisir ses batailles pour que la vie reste supportable pour tout le monde. Ranger la chambre et faire ses devoir ne sont pas des choses "vitales" certes, mais on peut trouver des compromis si c'est important pour certaines personnes : pour ma part c'est aussi une chose qui n'est pas essentielle, mais je sais que ça l'est pour mon mari, alors nous essayons de ranger le vendredi soir pour que ça se passe mieux le week-end. Pour les devoirs, on peut imaginer qu'il soit obligatoire de travailler sérieusement pendant une demi-heure et tant pis si ce n'est pas fini... enfin voilà mon avis...
Nous avons eu cette discussion, chez nous cela porte sur les repas devenus insupportables. Nous avons mis en place deux règles : attendre que la table soit mise et que le repas soit commencé pour demander, et demander poliment.
Nosu avons fait l'impasse sur la propreté, le fait de finir l'assiette servie, d'utiliser ses doigts, de ne pas mélanger des choses qui ne vont pas ensemble, de manger rapidement...
C'était notre compromis pour que ce soit vivable pour tout le monde.
Notre fils a 4 ans et demi, les compromis sont choisis par nous, en tenant compte évidemment de son intérêt à lui, mais aussi du nôtre. Chacun a ses manies et ses priorités. Je suppose que plus un enfant est grand plus son avis peut entrer en ligne de compte.
Pour moi mettre des limites aussi strictes que possible, c'est aussi avoir "du mou" pour lacher plus tard, mais ça c'est peut-être un voeu pieu de ma part, l'avenir nous le dira. :D
Marianne (+ Xavier), maman de Charlie, 7 ans, arrivé d'Ethiopie en juillet 2010 grâce à EAT

lysiane
Messages : 234
Enregistré le : jeu. 26 mars 2009 22:29

Re: souplesse éducative

Message non lu par lysiane » jeu. 7 juin 2012 21:41

Bonsoir,

Pas facile d'éduquer un enfant !
je suis assez d'accord pour qu'il ait des règles strictes , et çà pour plusieurs raisons.
- je ne suis pas très patiente
- je n'aime pas le bazard
- je ne supporte pas que l' on ne respecte pas les adultes ....
Quand j'ai adopté mon fils (il avait presque 6ans) il en a 11 aujourd'hui. C'est une vraie tornade qui est arrivée chez nous.
Il n'écoutait rien, ne respectait rien, se battait à l'école, mentait, ne supportait pas l'autorité...
A tel point qu'un jour l'école m'a convoquée pour me dire que si il ne changeait pas de comportement il ne l'accepterait plus à la cantine ni au périscolaire.
J'étais catastrophée, je ne savais plus quoi faire, je travaille à temps plein et je n'ai pas le temps de rentrer chez moi le midi, alors quoi faire ? Une nourrice ? J'en ai appelé une qui m'a demandé qui était mon fils, quand je le lui ai dit , il a éclaté de rire!!!!
Mais il est terrible cet enfant !!!! je ne vous dis pas ce que j'ai ressenti mais c'était terrible.
Alors, je l'ai changé d'école et je l'ai mis dans le privé. Le changement a été très dur pour lui, la discipline c'était terrible. Mais aujourd'hui après 2 ans, je vous assure que si c'était à refaire je le referai sans problème. Mon fils est transforné :D
On ne peut pas grandir sans règles et sans limites, je crois tout simplement que ce n'est pas possible.
Ceci dit, attention quand même on est pas dans l'armée et un enfant est un enfant, mais il doit savoir que la vie est faite de règles et qu'il faut les respecter.
Il ne veut pas ranger sa chambre, bon admettons pas tous les jours mais au moins une fois dans la semaine, et c'est comme ça c'est tout .
Pour les devoirs, il ne veut pas les faire alors pas de télé après (ou autre chose qu'il aime) ou alors il se débrouillera avec la maîtresse . Si il est puni tant pis pour lui, il ne veut pas respecter les règles alors il assume.
Vous verrez il finira vite par se plier un peu aux règles.

Attention, ceci est mon point de vue, cela n'engage que moi, chacun fait comme il l'entend.
Bon courage
Lysiane

wuxue
Messages : 21
Enregistré le : lun. 19 oct. 2009 14:30

Re: souplesse éducative

Message non lu par wuxue » ven. 8 juin 2012 11:45

Je suis tout à fait d'accord avec Lysiane

je n'ai eu aucun souci de "discipline" avec ma fille. Mais mon fils, un autre sujet !
Il est arrivé à un petit peu plus de 2 ans et était une vraie tornade aussi. Il tapait, crachait, mordait, n'écoutait rien, n'en faisait qu'à sa tête, s'opposait, provoquait... Et ça fait 2 ans et c'est encore bien compliqué ! Il est toujours très difficile à gérer, y compris à l'école et aux activités. Il s'oppose toujours beaucoup, provoque toujours aussi beaucoup. Et pourtant, ça s'est amélioré !

Nous avons été très cadrants et avons posé des limites dès le départ. Il n'avait pas du tout été stimulé mais pas non plus cadré.
Un enfant a besoin d'autorité et d'un cadre. Il doit arriver à respecter les règles pour vivre en société, tout bêtement.

Alors nous aussi avons fait l'impasse sur des choses : sur le repas par exemple, on est souples, sur la télé on est souples. Mais par contre, on ne tape pas les autres, on ne lance pas des objets sur les autres, quand on fait une bêtise on est puni... Il est prévenu en amont bien sûr et souvent va au conflit exprès. Tant pis pour lui, il en subi les conséquences.

Je crois que la souplesse, c'est très bien des fois (il faut aussi montrer qu'on peut négocier et être sympa) mais qu'il faut un vrai cadre aux enfants. Et certains en ont vraiment besoin.
Maman d'une Louloute de Chine et d'un Loulou d'Ethiopie

Patricia01
Administrateur du site
Messages : 878
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 22:36
Localisation : département de l'Ain
Situation familliale : Mariée, 2 enfants (adoptées)
Profession, activité : enseignante
Profil adoption : Maman de deux adorables puces : l'une de 10 ans, arrivée d'Ethiopie à l'âge de 15 mois 1/2 via Passerelle, et l'autre, 7 ans, arrivée du Vietnam via Médecins du Monde en avril 2010 (chacune avec leur particularité : TDAH-dyspraxie-dysphasie pour la grande, hép B pour la petite) ; membre active EFA01
emailpersonnel : patphil01@yahoo.fr

Re: souplesse éducative

Message non lu par Patricia01 » sam. 23 juin 2012 21:50

J'irais tout à fait dans le sens des réponses précédentes... mais bon, c'est mon métier qui veut ça, je suis prof, en collège, et je vois trop bien à quel point ça peut être difficile un ado qui n'a pas eu un cadre suffisant durant l'enfance (parfois même avec un cadre suffisant c'est dur, rien n'est garanti bien sûr... mais sans cadre c'est quasi certain que l'adolescence sera ingérable).
Après, les débats sont houleux chez nous aussi... mais dans le sens inverse de chez vous:mon mari, prof aussi, estd'accord avec moi en théorie... mais il n'est pas assez rigoureux pour le mettre en pratique, trop bordélique lui-même et supportant difficilement les contraintes, il a bien du mal à être strict avec nos filles... tout en étant conscient qu'elles en ont besoin. C'est d'autant plus problématique que la grande, dyspraxique et ayant un trouble de l'attention avec hyperactivité, a encore plus besoin d'un cadre de vie structuré, dans tous les sens du terme : règles de vie mais aussi ordre, rangement... or on est tous les deux bordéliques... et cet effort, ainsi que l'obligation d'avoir une vie très routinière pour la "sécuriser", pèsent énormément à mon mari. Bref, même si sur la théorie on est d'accord, pour l'appliquer c'est source inépuisable de conflits...

Voilà, juste pour vous dire que vous n'êtes pas le seul couple où c'est pas si simple... Mais en l'occurrence, oui, il faut des règles, un cadre. Après, certes, il faut qu'elles soient adaptées à ce qu'on peut exiger de votre enfant, il y a des choses non négociables (respect des autres et du matériel, ne pas mentir,...), d'autres qui seront fonction de ce que vous vous sentez être capable de tenir (une règle ne sera efficace que si vous êtes capable d'en imposer le respect), donc comme certains l'ont dit, le rangement ça peut être simplement une ou deux fois par semaine mais il faut s'y tenir, les devoirs c'est imposé par l'école donc obligatoire (mais il faut trouver un moyen pour que ce ne soit pas trop source de conflit, donc aménager évetuellement les exigences en terme de "contenu", ne pas y passer des heures).
On m'a souvent conseillé le renforcement positif,c'est-à-dire féliciter beaucoup lorsque le comportement est bon. Je vais d'ailleurs aller plus loin dès cet été, en instaurant un système de bons points (sous forme de gommettes) avec récompense (symbolique) à la clé, pour le petit travail "scolaire" que je vais lui imposer 1/4h par jour, et pour les tâches de la vie quotidienne. (une méthode qui a très bien marché pour la petite soeur pour la propreté... donc on va voir si ça marche pour la grande !)
Patricia, maman de deux petites filles chocolat et miel (Ethiopie/Vietnam) de 12 et 8 ans

ee93
Messages : 3
Enregistré le : lun. 26 mars 2012 13:43

Re: souplesse éducative

Message non lu par ee93 » dim. 24 juin 2012 23:00

annesad a écrit :bonjour,

j'ai adopté un petit garçon quand il avait trois semaines, mais malheureusement, nous nous sommes séparés très vite avec son père, ce qui fait qu'il n'a jamais vécu avec lui. Aujourd'hui ce petit garçon a sept ans, et présente des troubles du comportement du type opposition aux adultes, mensonge, difficulté à rester en place, difficulté à rentrer en relation avec ses copains, tendances à la bagarre.... Je vis depuis avec mon compagnon qui s'occupe très bien du petit, mais nous sommes en conflit sur la question de la souplesse éducative. Je prétends qu'il convient d'aller chercher mon fils là où il est avec ses difficultés et qu'il est inutile d'exiger de lui plus qu'il ne peut donner, en l'occurence qu'il est inutile de l'obliger à ranger sa chambre ou a faire ses devoirs s'il ne le veut pas, mon compagnon considère pour sa part que non rangées, les affaires dans sa chambre vont s'abimer, que le petit doit obéir et qu'il n'y a pas a discuter sur ce sujet, et que je suis beaucoup trop laxiste dans ma manière de faire. J'imagine que ce type de conflit se trouve dans d'autres familles, et je cherche des personnes avec lesquelles partager sur ce sujet.
Bien à vous

Annesad

ee93
Messages : 3
Enregistré le : lun. 26 mars 2012 13:43

Re: souplesse éducative

Message non lu par ee93 » dim. 24 juin 2012 23:13

annesad a écrit :bonjour,

j'ai adopté un petit garçon quand il avait trois semaines, mais malheureusement, nous nous sommes séparés très vite avec son père, ce qui fait qu'il n'a jamais vécu avec lui. Aujourd'hui ce petit garçon a sept ans, et présente des troubles du comportement du type opposition aux adultes, mensonge, difficulté à rester en place, difficulté à rentrer en relation avec ses copains, tendances à la bagarre.... Je vis depuis avec mon compagnon qui s'occupe très bien du petit, mais nous sommes en conflit sur la question de la souplesse éducative. Je prétends qu'il convient d'aller chercher mon fils là où il est avec ses difficultés et qu'il est inutile d'exiger de lui plus qu'il ne peut donner, en l'occurence qu'il est inutile de l'obliger à ranger sa chambre ou a faire ses devoirs s'il ne le veut pas, mon compagnon considère pour sa part que non rangées, les affaires dans sa chambre vont s'abimer, que le petit doit obéir et qu'il n'y a pas a discuter sur ce sujet, et que je suis beaucoup trop laxiste dans ma manière de faire. J'imagine que ce type de conflit se trouve dans d'autres familles, et je cherche des personnes avec lesquelles partager sur ce sujet.
Bien à vous

Annesad
Bonjour,

J'aurais tendance à être d'accord avec vous plus qu'avec votre compagnon, car il me semble essentiel de préserver d'abord et avant tout deux choses :
- l'amour que l'on porte à son enfant, celui là et pas un autre, avec ses particularités, ses défauts, ses qualités ;

- le respect de son propre ressenti (on ne se force pas à être autoritaire quand on ne l'est pas!).

Les enfants ont besoin d'un cadre, c'est évident, mais ce cadre, c'est d'abord et avant tout celui d'être dans une famille où l'on se sait aimé quoi qu'on puisse faire (tester les limites, ce n'est pas seulement chercher l'autorité, c'est aussi et parfois surtout chercher la preuve qu'on a bien des parents aimants, et pas seulement des éducateurs). Et puis le cadre, ce sont les parents qui le posent tout simplement par leur propre mode de vie, le fait qu'eux mêmes respectent des règles, vont travailler, discutent ensemble plutôt que de se disputer etc

Je me souviens des véritables crises de rage que faisaient ma fille durant ses deux premiers mois. Je la laissais parfois se rouler par terre en hurlant, parce qu'il n'y avait pas d'autre solution, je ne lui donnais pas ce qu'elle réclamait (généralement de la nourriture) sur le moment mais, dès qu'elle était calmée, je la dorlotais, l'embrassais, lui disais combien je comprenais qu'elle puisse être en colère, et n'hésitais pas à lui donner un peu plus tard ce dont elle avait manifesté si violemment l'envie.

1an1/2 après, les colères ayant disparu, je ne regrette pas d'avoir été parfois aussi "laxiste". Car enfin, que nos enfants aient quelques bonnes raisons de se méfier des adultes, et aient besoin de plus de preuves de patience et d'affection que d'autres, ce n'est quand même pas très étonnant, non?

AMicalement,

EE

anne-laure M
Messages : 10
Enregistré le : lun. 16 mai 2011 12:20

Re: souplesse éducative

Message non lu par anne-laure M » lun. 20 août 2012 17:30

Bonjour,
je ne crois pas qu'il y ait contradiction entre faire respecter des règles et donner patience et affection. Au contraire! je pense que nos enfants ont besoin des 2 , structure et maternage; les règles c'est de la structure, de la sécurité, des murs solides (même s'il ne faut pas oublier les portes et les fenêtres pour pouvoir "sortir" de temps en temps, tout en sachant qu'on va "rentrer" bien à l'abri). Par exemple chez , l'heure du coucher, évidememnt avec bisous, câlins et tout (pour eux comme pour nous) est non négociable; si l'un des 2 fait le pitre (au-delà des quelques minutes), "punition" (en général dormir dans la chambre d'amis pour laisser l'autre dormir). Je leur ai expliqué que pour eux comme pour moi c'était nécessaire et non négociable et après une période d'ajustemet ils dormaient généralement comme des anges en 5 mn (au passé car mon mari est décédé récemment et c'est assez difficile le soir). J'emmène régulièrement mon fils chez la psychologue depuis, et dans les moments difficiles, il se plaint que je ne le punis pas assez... C'est elle qui m'a expliqué qu'il avait vraiment besoin de s'assurer (par la transgression) que les murs (moi quoi) étaient solides (pas toujours...) et que le ciel allait arrêter de lui tomber sur la tête. Donc bon, même si j'ai souvent envie de laisser couler, j'essaie de tenir les règles de base quoiqu'il arrive et visiblement ça l'aide (mais avec plein de câlins aussi évidemment!!!!!). D'un autre côté ma fille (sa jumelle) ne transgresse quasiment jamais et tremble de tous ces membres à la moindre remarque, alors avec elle je minimise au maximum.
anne-laure
maman de josé et angela, 7 ans, adoptés en 2008

Répondre