que faire quand les parents de naissance surgissent?

Pour échanger sur la vie de tous les jours, parler des soucis et joies rencontrées : adaptation, scolarité, difficultés relationnelles ou comportementales.
Parvathi
Messages : 10
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 22:51

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par Parvathi » mar. 28 déc. 2010 13:09

Parvathi a écrit :Je pense, moi, que la fille devrait exprimer son voeu dans un milieu neutre car beaucoup d'adoptés n'osent pas dire à leurs parents adoptifs leur souhait de rencontre avec la famille biologique. Et cette hypothèse, comme les autres, n'est pas à exclure...
Dans cette situation, si les gens sont vraiment de la famille bio, il y a conflit d'intérêts entre parents adoptifs- enfant- parents biologiques. L'enfant doit pouvoir être accompagnée par une AS, un psy ou un avocat d'enfant dans son choix de voir ou non sa famille biologique.

S'il peut y avoir sur la levée du secret (comment ces gens les connaissent-ils ?), il peut également y avoir erreur dans l'autre sens, à savoir qu'il y aurait des problèmes au moment de l'accouchement sous "x". Par ailleurs, mon dossier d'adoption a "disparu" du tribunal français... Lisez Maître Vergès, "Malheur aux pauvres", et vous verrez ce qu'un avocat pense de la justice française...

Ce qui me choque, c'est que toutes les hypothèses émises précédemment ne vont que dans le sens de la défense contre ces personnes...qui seraient nécessairement mal intentionnés. Déjà, s'ils sont de la famille biologique, ils devraient envoyer un courrier écrit avec des photos à différents âges, pour voir s'il y a des ressemblances physiques.
Et de toutes façons, ce genre de discussion, se fait par écrit, et non pas au téléphone... Si les parties respectives n'ont rien à se reprocher, laisser des traces sur leur motivation(à revoir leur enfant ou refuser une rencontre) ne devraient leur laisser aucun problème.

Il m'est personnellement arrivé de téléphoner à un homme pour dire que j'avais retrouvé la soeur de sa fille, qui n'en avait jamais parlé, ni même émis le souhait de retourner dans son pays d'origine ou de faire des démarches.
Ce monsieur, après m'avoir passé un savon pour "la mauvaise blague", m'a rencontrée personnellement en amenant ses albums de famille et son épouse. J'avais de mon côté appelé la famille adoptive de l'autre soeur, qui a également amené tous les albums photos. Les photos n'ont pas menti, elles étaient bien soeurs.
En ce qui me concerne, ça s'est fini au restaurant avec les deux familles, et, à ma connaissance, les filles sont toujours en contact et leurs familles aussi ; elles ont même cherché leurs parents ensemble mais là, je ne sais pas comment ça s'est fini. Un enfant "abandonné" peut ne plus revoir sa famille parce qu'il a été abandonné mais si la famille le cherche sincèrement, ça peut changer la donne : c'est le cas de la fille du monsieur que j'ai appelé.
Donc là, je ne comprends absolument pas les réactions de ce forum... au vu de la réaction d'autres adoptants, qui cherchent à protéger les enfants.

-En ce qui concerne l'accouchement sous "X", ses détracteurs disent que ça protège les auteurs de viol plutôt que les victimes et que dans les cas d'inceste, c'est même l'auteur 'bien intentionné' qui conseille cela pour ' préserver l'avenir d'une ado immature'...Mais que les mères, en règle générale, ne veulent pas de cet abandon mais elles sont sous l'autorité de proches de leur agresseur... Donc, dans cette hypothèse, il faut peser les choses : vaut-il mieux penser avoir été rejeté de sa mère ou comprendre qu'on a été le fruit d'un viol ? Généralement, elles veulent juste voir si "leur" enfant va bien quand elles cherchent à les retrouver, voir si 'leur' enfant ne subit pas comme elles un mauvais milieu... Dans ce cas de figure, il est peu probable que la famille biologique lâche le morceau car elle peut s'imaginer des tas de choses sur vous.
- Les défenseurs de l'accouchement sous X disent au contraire qu'il faudrait le renforcer car les 'pères' peuvent le contester. Et là je rejoins ce qui a été dit sur le forum sur la méfiance à avoir concernant le tout biologique, un agresseur sexuel conserve ses droits sur la progéniture issu de ses méfaits et 15 ans peuvent correspondre à une sortie de prison et à la prise de renseignements pour contester une adoption régulière et voulue par sa victime, et obtenir des droits de visite à défaut de casser l'adoption...

Toutes les hypothèses doivent être examinées, dans l'intérêt de l'enfant (et non de la famille adoptive ou biologique)et pour cela, les parents adoptifs comme biologiques ne sont pas les mieux placés...

Parvathi
Messages : 10
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 22:51

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par Parvathi » mar. 28 déc. 2010 13:17

Parvathi a écrit :
Parvathi a écrit :Je pense, moi, que la fille devrait exprimer son voeu dans un milieu neutre car beaucoup d'adoptés n'osent pas dire à leurs parents adoptifs leur souhait de rencontre avec la famille biologique. Et cette hypothèse, comme les autres, n'est pas à exclure...
Dans cette situation, si les gens sont vraiment de la famille bio, il y a conflit d'intérêts entre parents adoptifs- enfant- parents biologiques. L'enfant doit pouvoir être accompagnée par une AS, un psy ou un avocat d'enfant dans son choix de voir ou non sa famille biologique.

S'il peut y avoir sur la levée du secret (comment ces gens les connaissent-ils ?), il peut également y avoir erreur dans l'autre sens, à savoir qu'il y aurait des problèmes au moment de l'accouchement sous "x". Par ailleurs, mon dossier d'adoption a "disparu" du tribunal français... Lisez Maître Vergès, "Malheur aux pauvres", et vous verrez ce qu'un avocat pense de la justice française...

Ce qui me choque, c'est que toutes les hypothèses émises précédemment ne vont que dans le sens de la défense contre ces personnes...qui seraient nécessairement mal intentionnés. Déjà, s'ils sont de la famille biologique, ils devraient envoyer un courrier écrit avec des photos à différents âges, pour voir s'il y a des ressemblances physiques.
Et de toutes façons, ce genre de discussion, se fait par écrit, et non pas au téléphone... Si les parties respectives n'ont rien à se reprocher, laisser des traces sur leur motivation(à revoir leur enfant ou refuser une rencontre) ne devraient leur laisser aucun problème.

Il m'est personnellement arrivé de téléphoner à un homme pour dire que j'avais retrouvé la soeur de sa fille, qui n'en avait jamais parlé, ni même émis le souhait de retourner dans son pays d'origine ou de faire des démarches.
Ce monsieur, après m'avoir passé un savon pour "la mauvaise blague", m'a rencontrée personnellement en amenant ses albums de famille et son épouse. J'avais de mon côté appelé la famille adoptive de l'autre soeur, qui a également amené tous les albums photos. Les photos n'ont pas menti, elles étaient bien soeurs.
En ce qui me concerne, ça s'est fini au restaurant avec les deux familles, et, à ma connaissance, les filles sont toujours en contact et leurs familles aussi ; elles ont même cherché leurs parents ensemble mais là, je ne sais pas comment ça s'est fini. Un enfant "abandonné" peut ne plus revoir sa famille parce qu'il a été abandonné mais si la famille le cherche sincèrement, ça peut changer la donne : c'est le cas de la fille du monsieur que j'ai appelé.
Donc là, je ne comprends absolument pas les réactions de ce forum... au vu de la réaction d'autres adoptants, qui cherchent à protéger les enfants, même si cela remet en cause l'équilibre familial. La soeur qui a fait les démarches a été contrariée d'apprendre l'existence de cette soeur mais sa famille a poursuivi dans un premier temps les recherches sans elle car ils voulaient les renseignements au cas où...La soeur qui n'avait émis aucun souhait de retrouver ses origines, était, selon les dires des parents, très fragile. C'est d'ailleurs ce qui a motivé les parents 1° à me jeter dans un premier temps. 2° A favoriser cette rencontre (trop fragile pour demander peut-être ? )

-En ce qui concerne l'accouchement sous "X", ses détracteurs disent que ça protège les auteurs de viol plutôt que les victimes et que dans les cas d'inceste, c'est même l'auteur 'bien intentionné' qui conseille cela pour ' préserver l'avenir d'une ado immature'...Mais que les mères, en règle générale, ne veulent pas de cet abandon mais elles sont sous l'autorité de proches de leur agresseur... Donc, dans cette hypothèse, il faut peser les choses : vaut-il mieux penser avoir été rejeté de sa mère ou comprendre qu'on a été le fruit d'un viol ? Généralement, elles veulent juste voir si "leur" enfant va bien quand elles cherchent à les retrouver, voir si 'leur' enfant ne subit pas comme elles un mauvais milieu... Dans ce cas de figure, il est peu probable que la famille biologique lâche le morceau car elle peut s'imaginer des tas de choses sur vous.
- Les défenseurs de l'accouchement sous X disent au contraire qu'il faudrait le renforcer car les 'pères' peuvent le contester. Et là je rejoins ce qui a été dit sur le forum sur la méfiance à avoir concernant le tout biologique, un agresseur sexuel conserve ses droits sur la progéniture issu de ses méfaits et 15 ans peuvent correspondre à une sortie de prison et à la prise de renseignements pour contester une adoption régulière et voulue par sa victime, et obtenir des droits de visite à défaut de casser l'adoption...

Toutes les hypothèses doivent être examinées, dans l'intérêt de l'enfant (et non de la famille adoptive ou biologique)et pour cela, les parents adoptifs comme biologiques ne sont pas les mieux placés...

sand
Messages : 326
Enregistré le : mer. 3 mars 2010 19:40

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par sand » mar. 28 déc. 2010 15:25

Merci Parvathi pour votre longue réponse, précise et argumentée.

"Je pense, moi, que la fille devrait exprimer son voeu dans un milieu neutre car beaucoup d'adoptés n'osent pas dire à leurs parents adoptifs leur souhait de rencontre avec la famille biologique. Et cette hypothèse, comme les autres, n'est pas à exclure...
Dans cette situation, si les gens sont vraiment de la famille bio, il y a conflit d'intérêts entre parents adoptifs- enfant- parents biologiques. L'enfant doit pouvoir être accompagnée par une AS, un psy ou un avocat d'enfant dans son choix de voir ou non sa famille biologique."
Tout à fait d'accord avec vous sur le fait que l'enfant n'ose peut-être pas dire à ses parents où elle en est vraiment par rapport à son désir de retrouver ou pas sa famille biologique , ce qu'elle ressent par rapport à cette intrusion et qu'un terrain neutre, en dehors du cercle familial, peut permettre à l'enfant de mieux s'exprimer. Ce que vous pointez du doigt ici est ce qu'essayait aussi de dire Sylvie dans son message de réponse, où elle disait qu'il ne fallait peut-être pas continuer à cacher ces événements à l'enfant et aussi ce que disait Dom, en disant que l'entretien avec un psychologue pour les parents d'une part, pour l'enfant d'autre part, serait certainement profitable.

"Ce qui me choque, c'est que toutes les hypothèses émises précédemment ne vont que dans le sens de la défense contre ces personnes...qui seraient nécessairement mal intentionnés. Déjà, s'ils sont de la famille biologique, ils devraient envoyer un courrier écrit avec des photos à différents âges, pour voir s'il y a des ressemblances physiques.
Et de toutes façons, ce genre de discussion, se fait par écrit, et non pas au téléphone... Si les parties respectives n'ont rien à se reprocher, laisser des traces sur leur motivation(à revoir leur enfant ou refuser une rencontre) ne devraient leur laisser aucun problème."
Je n'ai pas vu du tout les hypothèses comme ceci. En fait, tout le monde demandait- et c'est visiblement les démarches qu'on entamées Jacques et Amélie- de contacter les services ( Conseil Général et CNAOP) pour avoir plus d'informations sur ces gens qui ne suivaient pas la procédure légale. Et surtout qu'un en effet, un accouchement sous X est la plupart du temps une décision de la mère et que là, c'est un coule qui s'est présenté; mais encore une fois, personne n'a dit que ces personnes étaient forcément mal intentionnées, mais, que si ce sont en effet les parents biologiques, la rencontre avec leur enfant ne doit pas se passer ainsi, c'est tout : ce n'est pas ce qui est prévu dans la loi, pour l'intérêt de l'enfant.

"Toutes les hypothèses doivent être examinées, dans l'intérêt de l'enfant (et non de la famille adoptive ou biologique)et pour cela, les parents adoptifs comme biologiques ne sont pas les mieux placés..." Tout à fait d'accord avec vous, mais je crois que c'était la pensée de tout le monde ici. Et notamment dans les différents conseils qui ont été donnés, comme les vôtres, de ne pas rester seuls et de faire appel à des services extérieurs pour que la rencontre, si l'enfant la demande, se fasse dans les meilleurs conditions possibles, et avec la meilleure préparation possible. De nombreux parents soulignaient d'ailleurs qu'il vaudrait mieux ne pas faire intervenir la justice, mais seulement le conseil général et le CNAOP, pour que tout puisse de dérouler le plus sereinement et intimement possible pour l'enfant.

Le dernier message de Jacques montre que visiblement, des démarches ont été lancées, qu'elles s'annoncent longues, car rien n'est simple dans une telle situation. J'espère qu'il nous donnera des nouvelles positives de l'avancée de cette partie de l'histoire de leur fille.

Cordialement,
Sand

lizzy
Messages : 2
Enregistré le : mar. 28 déc. 2010 16:26

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par lizzy » mar. 28 déc. 2010 16:46

Bonjour,
La première chose à faire est de porter plainte.
Ces gens vous importunent, ils s'immiscent dans votre vie privée, mettent en danger l'équilibre de votre famille et surtout de votre fille.
S'ils estiment avoir été lésés lors de l'accouchement sous X, eh bien qu'ils s'adressent à la justice, mais ce n'est pas à eux de régler eux même cette situation en prenant les devants. On n'est pas au Far West!
Ils veulent la rencontrer, et aprés?
Leur méthode s'apparente à de la malveillance et du harcèlement. Vous êtes les parents de votre fille, et personne d'autre n'a autorité sur elle. Peu importe si ces gens pensent le contraire.
Vous pouvez douter de l'honnêteté de ces gens tout d'abord par leur méthode d'approche qui fait fi des lois. Mais qui vous dit qu'un jour ils ne vont pas surgir à la sortie de l'école de votre fille? Quelles sont leurs intentions réelles? Il ne faut pas tomber dans la parano, mais il s'agit d'une enfant.
Faites aussi attention aux informations qui circulent sur le net, Facebook, Twiter et autres chat sont des mines d'informations sur vous et votre famille. Peut être votre fille les utilise sans penser à mal et donne sans le savoir des éléments personnels accessibles à tous...
En tous les cas, je pense que la police prendra au sérieux votre plainte et n'hésitez pas à avertir ces gens de votre démarches, qu'ils sachent que vous protègerez votre fille et qu'ils ne peuvent pas agir en toute impunité.
Avec l'avenement d'internet, je pense que ce genre de situation peut se reproduire pour d'autres, alors si vous le voulez bien,
faites nous savoir comment les choses évoluent pour vous.
Bon courage à vous
Lizzy

Parvathi
Messages : 10
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 22:51

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par Parvathi » mar. 28 déc. 2010 19:10

C'est vrai qu'on n'est pas au far west mais on n'est pas dans les pays arabes non plus. En France, on peut être mère célibataire, une grossesse non désirée ne conduit plus nécessairement à un accouchement sous X comme par le passé. Les motifs des accouchements sous X deviennent plus graves. Et si une jeune fille a subi des choses des adultes censés la protéger, il est tout à fait normal qu'elle ne fasse pas confiance à la justice. Dans 8 cas sur 10, les victimes connaissent leur agresseur et le viol entre conjoints est difficile à prouver... Une femme peut également avoir des réticences face à la justice, dans ces conditions.

Peut-être aussi, pour des raisons qui leur appartiennent, ils n'ont pas confiance dans les services sociaux et ils font plus confiance, finalement, aux adoptants. Les adoptants et ceux qui laissent leurs enfants vivent parfois dans des mondes inimaginables pour l'autre. Personnellement, j'ai appelé le père adoptant directement. Jamais il me serait venu à l'esprit de contacter les services sociaux, car l'expérience que j'en ai, c'est qu'ils retirent les enfants aux parents, pas qu'ils permettent les retrouvailles ou le maintien des liens.

Par ailleurs, de leur côté, ils peuvent également avoir peur d'un emballement judiciaire. La justice est parfois bizarre : trop lente ou trop brusque. Leur proposer une médiatisation médicale ou une médiation familiale comme pour les divorces, ce serait sans doute moins agressif que de porter plainte, sauf s'ils sont incapables de produire des photos montrant des ressemblances.

En tous cas, adoption ou pas, un enfant doit éviter de laisser des infos qui permettent de l'identifier sur internet car il peut être victime de cybercriminalité.

lizzy
Messages : 2
Enregistré le : mar. 28 déc. 2010 16:26

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par lizzy » mar. 28 déc. 2010 19:38

Leur proposer une médiatisation médicale ou une médiation familiale comme pour les divorces, ce serait sans doute moins agressif que de porter plainte, sauf s'ils sont incapables de produire des photos montrant des ressemblances.
Aussi cruel que cela puisse paraitre pour ne famille biologique qui s'estime dans son bon droit, il n'y a pas de médiation à avoir. Il n'ont plus aucun droit sur cette enfant, sa seule famille est celle qui l'a adoptée.
De plus l'enfant ne souhaite pas avoir de contact avec sa famille biologique, pourquoi la forcer? Quand on sait combien l'adolescence est difficile pour la plupart des ados, pour elle se rajoutera peut être un questionnement identitaire, pourquoi aller la perturber un peu plus en l'obligeant à rencontrer des gens qui ne sont que des étrangers? Ces gens pensent ils réellement au bien être de cette enfant, ou seulement au désir d'assouvir leur curiosité?
Et si ils sont bien ce qu'ils prétendent être, une fois qu'ils auront vu l'enfant, que feront ils? Ils demanderont à l'avoir pour les vacances au nom du lien du sang?
La loi permet à la famille biologique de laisser ses coordonnées au dossier de l'enfant adopté, Si et seulement si l'enfant le souhaite, il peut y avoir accès à sa majorité.
De quoi parle-t-on? Il s'agit d'une enfant qui n'a rien demandé dans tout cela et qui n'est pas responsable de cette situation (Même si elle est douloureuse pour la famille biologique), et c'est cela le plus important: l'enfant. Il faut aussi penser à cette jeune fille, famille biologique ou pas, l'enfant a droit au respect et non être considéré comme un objet dont n'importe qui peut revendiquer la propriété. Elle est la fille de ses parents et c'est tout. Elle est ado et doit être protégée de personnes qui veulent s'imposer comme une famille qu'elle n'a pas demandé.
Ces gens ressentent peut être une injustice, mais c'est ainsi, et s'imposer à cette jeune fille ne fera que lui nuire tant qu'elle n'en exprime pas le souhait, et c'est la raison pour laquelle des lois et des procédures doivent (Théoriquement, la preuve en est) éviter ce genre de situation.

Lizzy

Parvathi
Messages : 10
Enregistré le : lun. 27 déc. 2010 22:51

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par Parvathi » mer. 29 déc. 2010 01:20

L'idée que les parents biologiques vont venir reprendre leur enfant ou exiger des droits de visite me semble relever du fantasme plus que de la réalité... En 15 ans, la vie s'est reconstruite autrement, et personnellement, je n'ai pas vu de parents, même abusés par les instances judiciaires, réclamer 'leur' enfant comme un vulgaire objet.

Je n'envisageais absolument pas la médiation avec la fille, mais une médiation entre adultes.
Personnellement, tout en ayant promis à la jeune fille de l'aider à retrouver sa soeur, j'ai contacté le père et je n'ai jamais cherché à avoir la fille en direct. Il y a eu des coups de fils et une rencontre sans les intéressées elles-mêmes, ne serait-ce que pour éviter les désillusions. Car il y a aussi l'hypothèse suivante : ces gens sont bien intentionnés, ont effectivement perdu un enfant mais ce n'est absolument pas la fille qu'ils croient !Et leur désappointement pourrait se manifester sur l'enfant.

Quel est le but de cette "rencontre" ? Si c'est juste d'être rassuré, qu'est-ce que ça coûte aux parents adoptifs, plutôt que d'envenimer les choses au tribunal ? Au passage, c'est aussi l'occasion d'obtenir des explications à propos du geste d'abandon, explications qui pourraient être utiles à donner un jour à l'enfant abandonné. C'est aussi l'occasion de demander les antécédents médicaux de la famille. Pensez à tout ce qu'un adopté ne peut jamais demander à sa famille bio, et posez les questions. En faisant donnant-donnant, c'est aussi montrer à des irresponsables éventuels, qu'êtres parents, c'est aussi avoir des charges, que ce n'est pas forcément agréable tous les jours.

Un enfant n'est pas un objet : on ne peut pas le réclamer comme bon nous semble pas plus qu'on peut s'en déclarer propriétaire par un jugement d'adoption plénière ! Il y a les parents de naissance et les parents adoptifs ; les seconds ne peuvent pas remplacer les premiers et vice versa. Donc, ne vous en déplaise, les parents adoptifs ne sont pas les seuls parents de l'enfant. Demanderait-on à une veuve d'oublier son premier mari et supposerait-on qu'elle l'a oublié parce qu'elle n'en parle pas ? Si les parents adoptifs refusent la rencontre, ils doivent pouvoir en justifier le bien-fondé plus tard à leur enfant. Pour moi, le refus de la rencontre entre adultes n'est pas fondé car il est l'occasion d'obtenir des renseignements que les médecins demandent et que les adoptés ne sont pas en mesure de fournir. Je suis plus réservée sur celui de la rencontre entre adultes et enfant car l'intérêt de l'enfant est difficile à savoir quand il peut diverger de celui de ses parents...

Par ailleurs, il faut éviter d'être cruel... même si la loi le permet :
1° Ca peut braquer les gens et les conduire aux extrémités qui ont été évoquées, transformer des gens raisonnables en fous furieux.
2° Dans l'adoption internationale, quand l'enfant va mal, parfois le psy conseille aux parents de s'engager dans l'humanitaire. En effet, les parents adoptifs, s'ils ne sont pas responsables de la misère du monde, en tirent des bénéfices puisqu'ils peuvent avoir un enfant grâce à cette misère et l'enfant peut s'imaginer que dans le fond, ça les arrange.
De la même manière, il ne faut pas donner l'impression à son enfant de tirer bénéfice du malheur de leur mère de naissance, d'avoir été une personne de plus qui abusait d'un rapport de force sur elle ; que dans le fond le malheur des autres les arrange

gagatte
Messages : 447
Enregistré le : sam. 10 janv. 2009 14:25
Localisation : Europe
Situation familliale : Mariée, trois enfants
Profil adoption : un enfant adopté
emailpersonnel : magaliparent@hotmail.com

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par gagatte » mer. 29 déc. 2010 14:02

Il y a la loi et il y a les sentiments.
Cette jeune fille n'a peut-etre pas exprime de demande (la reaction de ses parents adoptifs face a des "retrouvailles" me semble sans ambiguite), mais puisque ses parents bio souhaitent la revoir, qu'en pense-t-elle? Elle a le droit, moral, de savoir.
Dans une situation identique, je pense que je chercherais d'abord a rencontrer ces personnes et a m'assurer de leurs intentions avant de porter l'affaire devant la justice, je rejoins Parvathi. Proteger son enfant de personnes malveillantes, oui bien sur, mais pourquoi ses parents de naissance le seraient-ils forcement?
Je crois que beaucoup d'adoptes seraient heureux d'avoir connaissance d'une telle demarche de la part de leurs parents de naissance, quelle que soit l'issue.
Je veillerais a ce que mon enfant ne puisse rien me reprocher plus tard.
mariée, trois enfants

prudence
Messages : 78
Enregistré le : ven. 23 avr. 2010 08:48
emailpersonnel : nonnet@wanadoo.fr

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par prudence » mar. 4 janv. 2011 10:16

J'aimerais que vous puissiez m'éclairer sur un point. J'accueille depuis ses premiers mois une enfant qui aura 5 ans prochainement. Cette enfant est devenue pupille en juin et le CF a formé pour elle un projet d'adoption.... Le travail a commencé avec une bonne évolution.......
Or, la mère bio de cette enfant s'est manifestée et a été reçue par le chef du service adoption, je n'en sais pas plus.
mais quels sont les risques, cette rencontre peut-elle arrêter le projet ? le différer ? Cette femme a t'elle encore des droits sur son enfant ? Que dit la loi ?
Je suis inquiète merci aux personnes qui pourront me renseigner.

frédérique
Messages : 270
Enregistré le : jeu. 29 mai 2008 19:15
Localisation : loiret
Situation familliale : mariée,3 enfants
Profession, activité : musicienne,professeur de formation musicale
Profil adoption : 2 enfants adoptés en éthiopie,via COTS en 2006 et 2008;
co-modératrice du forum
emailpersonnel : fmonnoyer@orange.fr

Re: que faire quand les parents de naissance surgissent?

Message non lu par frédérique » mar. 4 janv. 2011 15:10

bibiderquy a écrit :J'aimerais que vous puissiez m'éclairer sur un point. J'accueille depuis ses premiers mois une enfant qui aura 5 ans prochainement. Cette enfant est devenue pupille en juin et le CF a formé pour elle un projet d'adoption.... Le travail a commencé avec une bonne évolution.......
Or, la mère bio de cette enfant s'est manifestée et a été reçue par le chef du service adoption, je n'en sais pas plus.
mais quels sont les risques, cette rencontre peut-elle arrêter le projet ? le différer ? Cette femme a t'elle encore des droits sur son enfant ? Que dit la loi ?
Je suis inquiète merci aux personnes qui pourront me renseigner.
bonjour
si cette enfant est devenue pupille, c'est sans doute suite à un jugement ?
donc je dirais qu'à priori, le mère biologique n'a plus de droit ...
cordialement
Frédérique, maman de 3 enfants dont 2 nés en Ethiopie

Répondre